Charles Diaz

  • Voici un point de vue inédit sur les événements de Mai 68 grâce à un accès sans précédent aux archives de la préfecture de police de Paris : plan des barricades, témoignages, notes de services, fiches des RG... Charles Diaz , auteur de la fameuse «Histoire du 36 quai des Orfèves» commente ici plus de 200 documents encore jamais reproduits. L'occasion de revivre un événement historique majeur, de l'autre côté des barricades.

  • Cette dénomination recouvre l'ensemble des connaissances et des moyens d'analyse visant à l'administration de la preuve dans le procès pénal. Le domaine d'activité est la criminalistique, discipline au carrefour de sciences matérielles faisant appel à des techniques très sophistiquées.

  • Plus de soixante informateurs rémunérés sur les fonds secrets du ministère de l'Intérieur ont transmis à la police politique de la Troisième République (préfecture de police et sûreté générale), pendant près de trois décennies - de 1885 à 1914 -, des informations concernant la vie privée, l'activité politique et journalistique, les combats (affaire Dreyfus, unité socialiste, loi des Trois ans, ...) ou encore l'état d'esprit de Jean Jaurès.



    Présents dans tous les milieux, au Palais-Bourbon comme dans les locaux de la Petite République ou de l'Humanité, au sein des réunions privées, des comités restreints comme des grands congrès politiques - tant à Paris qu'en province, voire à l'étranger -, très proches parfois du leader socialiste, qui sont ces agents secrets d'un autre âge cachés derrière de singuliers pseudonymes (tels « Argus », « Quelqu'un », « Pasteur », « Ricin » ou « Fauvette ») ? Quel crédit accorder à leurs renseignements ? Quelle image rendent-ils de Jaurès à travers leurs informations volées ? Quelle portée a pu avoir leur action autour du député de Carmaux ? Ont-ils été de simples observateurs, de banals « mouchards » ou des provocateurs, de véritables « agents secrets », instruments des « coups montés » par la police politique républicaine ?



    Cet ouvrage répond à toutes ces interrogations. Il est le résultat de près d'une dizaine d'années de recherches approfondies menées dans les archives de police (archives de la préfecture de police, archives nationales, archives départementales -Tarn, Haute-Garonne, Rhône, Nord, etc.) et qui ont abouti à un inventaire de près de 1500 documents concernant Jaurès, dont plusieurs pièces totalement inédites et d'un intérêt majeur.



    Avec ce livre, le lecteur s'enfonce dans l'arrière-cour de la société d'alors. Un endroit très fréquenté où l'on croise aussi bien Aristide Briand que Clemenceau, Louis Barthou ou Waldeck-Rousseau, l'écrivain Zola comme le financier véreux Rochette, le socialiste Guesde comme le nationaliste Déroulède. Un endroit sur lequel plane sans cesse l'ombre du préfet Lépine ou celle de l'inquiétant directeur des recherches Puybaraud, mystérieux marionnettiste d'un univers où se mêlent trahisons, intérêts, jalousies, mais aussi routine et devoir. Et dans tout cela, le personnage de Jaurès qui avance au mépris de tous les « coups tordus » jusqu'à son rendez-vous avec le destin au café du Croissant.

  • Des êtres d'exception, pour la plupart, que ces grands flics ! II y a les vrais. Il y a les faux. Parfois on s'y perd un peu, tant la réalité dépasse souvent la fiction. Qui sait que le premier flic de l'histoire de France, Nicolas de la Reynie vida la Cour des miracles avec soixante arbalétriers ? Qui se souvient du redoutable commissaire Kuehn, "l'homme au gant noir" ou de Jules Belin "le tombeur de Landru", de Henry "L'ange malin" ou de Jules Sébille dit "le Puritain"? Qui a jamais entendu parler de Gustave Rossignol, le virtuose du camouflage ou de "Guichard coeur de Lion" qui mit fin aux activités de Jules Bonnot ? Qui sait quoi de Guillaume le commissaire qui inspira Simenon pour son Maigret et dont on disait que nul ne pouvait soutenir son regard ? Qui sait ce que l'on doit à Vucetich, "le maître argentin" qui s'usa sa vie durant à convaincre les polices du monde entier - et Bertillon le premier ! - que les empreintes digitales étaient l'avenir de la police ? Et les Javert, les Lavardin, les Harry Callaghan, les Columbo, Adamsberg et autres soeurs Angèle, qui sait leur place véritable dans la littérature ou ce qu'ils firent d'innovant au cinéma ? La liste est longue de tous ces personnages - extravagants, étonnants, déroutants et quelquefois inquiétants - exhumés des archives par le maître du genre, le seul qui pouvait écrire semblable saga, Charles Diaz, historien et inspecteur général de la police nationale, le premier à avoir écrit sur les fameuses Brigades du Tigre. Ce livre unique en son genre est un voyage extraordinaire dans le temps et l'imaginaire.

  • « Les Brigades du Tigre » : tout le monde se souvient de ce feuilleton qui fit les grandes heures de la télévision française dans les années 1970. Tout le monde se souvient du commissaire Valentin et du fidèle Pujol. Tout le monde se souvient de ces tacots ronronnant démarrant à coups de manivelles, se lançant à la poursuite des voyous de l'époque qui tenaient encore la dragée haute à une police vieillotte.
    Une police dépassée et c'est bien pour cette raison là que le « Tigre », ainsi que l'on surnommait Clémenceau, alors ministre de l'Intérieur, décida de créer ces Brigades mobiles qui allaient porter un coup fatal à une grande partie de la pègre. Charles Diaz qui porte la double étiquette, rarissime, de grand flic et d'historien, il prépare un master, fut le premier à raconter cette épopée, la retraçant dans un style simple et efficace, brossant un tableau pittoresque mais précis de ce qu'était la police d'avant la création des « mobilards ».
    Le lecteur y découvrira des personnages hauts en couleur ayant participé à l'émergence de la police moderne mais qui se sont, malheureusement, perdus dans les brumes de l'Histoire : les Jules Sébille, les Faivre, les Jules Belin et autres Edmond Locard... Bien sûr, impossible de retracer cette saga sans évoquer les grandes affaires qui ont marqué cette époque, de l'épopée sanglante de la bande à Bonnot, en passant par la terrible affaire Vacher ou le vol de la Joconde. Cette réédition est enrichie d'une cinquantaine de pages et de documents à ce jour « inédits », exhumés des archives de la police par Charles Diaz dont le fonds de documentation sur ce sujet est époustouflant ! « L'épopée des brigades du Tigre » est un livre riche et passionnant qui se lit comme un roman.
    Car c'en fut un. Et l'on sait que Charles Diaz maîtrise son sujet et est l'un des rares aujourd'hui à en être capable...

  • Au début des années 70, les Français découvraient sur leur petit écran « Les Brigades du Tigre », un nouveau feuilleton policier. Les inspecteurs champions de savate traquant les malfaiteurs à bord de leur De Dion-Bouton allaient connaître un immense succès, confirmé depuis par de nombreuses rediffusions.
    Aucun livre à ce jour n'a pourtant relaté la véritable et passionnante naissance des brigades mobiles créées par Clemenceau en 1907 pour lutter contre les bandes organisées qui sévissaient impunément sur tout le territoire. Haut responsable de la police judiciaire, Charles Diaz raconte ici cette saga d'une poignée d'hommes attachants, Jules Sébille, dit « le Puritain », le père Faivre ou Jules Belin, apprenti policier et futur tombeur de Landru.
    De la « bande à Pollet » aux « chauffeurs de la Drôme », de Bonnot au vol de la Joconde, il retrace toutes les grandes enquêtes qui ont forgé la légende des « mobilards » et marqué les débuts de la police moderne.
    Charles Diaz, né en 1957, ancien chef d'état-major de la P.J., est commissaire principal à la direction centrale de la police judiciaire et chef de l'Office central pour la répression du trafic des armes, des explosifs et des matières nucléaires.

  • Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, traduite en 40 langues, diffusée pour les éditions françaises à plus de 160 millions d'exemplaires, la collection " Que sais-je ? ", est aujourd'hui l'une des plus grandes bases de données internationales construite, pour le grand public, par des spécialistes.
    La politique d'auteurs, la régularité des rééditions, l'ouverture aux nouvelles disciplines et aux nouveaux savoirs, l'universailité des sujets traités et le pluralisme des approches constituent un réseau d'informations et de connaissance bien adapté aux exigences de la culture contemporaine.

  • Un coffret avec un DVD exceptionnel : l'interview de Simenon au 36, quai des orfèvres.Dans le livre Histoire du 36, Quai des Orfèvres illustrée, Claude Cancès, l'ancien directeur de la Police Judiciaire, nous invite à un passionnant voyage. Associé à son ami Charles Diaz, commissaire général de la Police nationale, historien renommé et ancien du 36, Claude Cancès nous propose une Histoire du 36 ILLUSTRÉE. Rien d'autre qu'une plongée captivante dans les archives de la Préfecture de police et de l'Identité judiciaire ! Photographies, rapports, enquêtes, pièces à conviction, lettres et fiches - parfois inédits -, rythment les pages de cet ouvrage sur lequel on se précipite avec curiosité. On se promène dans les coulisses de l'Histoire, la grande et la petite, de la plus ancienne à la plus récente, avec fascination, découvrant par l'image toutes ces affaires retentissantes qui ont ponctué la vie du mythique Quai des Orfèvres, croisant au passage un certain Georges Simenon, en compagnie d'un policier qui devait lui inspirer le célébrissime commissaire Maigret. Ce coffret est l'occasion pour Claude Cancès de nous offrir un supplément exceptionnel en DVD : un interview de Simenon dans son intégralité réalisée au quai des orfèvres dans laquelle Maigret, le 36, etc.

  • RAID. Derrière ces quatre lettres et des cagoules noires se cache l'unité d'élite de la police nationale, des hommes et des femmes prêts à accomplir les plus périlleuses missions, de la libération d'otages à la neutralisation de forcenés, de la surveillance en milieu hostile à la capture de terroristes et autres criminels en tous genres. "Servir sans faillir" est la devise de ce service hors du commun dont ce beau livre raconte l'histoire, de sa création en 1985 par la volonté de Pierre Joxe jusqu'à nos jours.
    À travers des témoignages, des documents et des photographies souvent inédits, grâce aussi à l'apport sans précédent du préfet Mancini, premier patron du RAID, l'ouvrage explore le quotidien de ces spécialistes de l'intervention mais aussi des psys, négociateurs, tireurs d'élite et experts en explosifs et fait partager au lecteur les moments forts traversés par l'unité tels la prise d'otages de la maternelle de Neuilly en 1993 ou encore l'assaut au magasin Hypercacher en 2015. Une histoire de souffrance, de sacrifice et d'engagement. Une histoire d'aujourd'hui.

  • 36, quai des Orfèvres. Une adresse mythique au coeur de Paris, celle du siège de la police judiciaire et de ses brigades centrales chargées depuis plus d'un siècle de combattre les assassins, les terroristes, les braqueurs, violeurs et escrocs en tous genres dans la capitale et sa banlieue. L'histoire de cette prestigieuse institution policière, étrangement créée en 1811 par le bagnard François Vidocq, se confond avec celle des grands flics qui ont laissé leur empreinte dans l'histoire du 36 et dans les annales criminelles.

    Ce livre trace le portrait de ces enquêteurs hors pair, de ces "grands patrons" d'une autre époque et livre les coulisses non seulement des enquêtes retentissantes qu'ils ont traitées mais aussi des combats qu'ils ont menés pour défendre leur métier et le droit à la vérité. On découvre ainsi des personnages hauts en couleur comme l'inspecteur Rossignol, le roi de la filature et du déguisement ;
    D'autres plus inquiétants, comme le commissaire manchot Kuehn cachant sa prothèse en bois sous un gant noir. On revit les luttes acharnées contre des criminels de haut vol, du dynamiteur Ravachol, de la bande à Bonnot à la pathétique empoisonneuse Violette Nozières, des tueurs en série Petiot, Paulin ou Guy Georges à Mesrine ou au gang des postiches, ces figures du grand banditisme. On partage les craintes, les doutes, les espoirs, les succès et les déceptions d'une pléiade de grands policiers - qu'ils se nomment entre autres Xavier Guichard, François Le Mouel, Robert Broussard ou encore Martine Monteil -, et le regard qu'ils portent sur les profondes réformes qui ont changé la police d'hier à aujourd'hui. On croise aussi les divisionnaires Guillaume et Massu qui ont servi de modèle à Georges Simenon pour donner de la consistance à l'épais et solide commissaire Maigret, personnage de roman qui reste la figure emblématique du 36 quai des Orfèvres.

    Une fascinante galerie de portraits. Des portraits à l'encre rouge évidemment.

  • Un siècle d'Histoire et d'histoires ... C'est à un voyage passionnant que nous invite Claude Cancès, l'ancien patron de la PJ parisienne. Passionnant et différent, puisque cette fois, associé à son ami Charles Diaz, contrôleur général de la Police nationale, historien renommé et ancien du 36, Claude Cancès nous propose une Histoire du 36 illustrée. Rien d'autre qu'une plongée captivante dans les archives de la Préfecture de police et de l'Identité judiciaire! Photographies, rapports, enquêtes, pièces à conviction, lettres et fiches - parfois inédits -, rythment les pages de cet ouvrage sur lequel on se précipite avec curiosité. On se promène dans les coulisses de l'Histoire, la grande et la petite, de la plus ancienne à la plus récente, avec fascination, découvrant par l'image toutes ces affaires retentissantes qui ont ponctué la vie du mythique Quai des Orfèvres, croisant au passage un certain Georges Simenon, en compagnie d'un policier qui devait lui inspirer le célébrissime commissaire Maigret. Un ouvrage réalisé avec le concours et le soutien de la Préfecture de police qui a ouvert ses services et mis à disposition des auteurs les archives, pour certaines inédites, de l'Identité judiciaire. Paru en 2011, ce livre est réédité à l'occasion du déménagement de la Pj parisienne (avec en supplément: l'affaire des papys braqueurs).

  • Dans le livre Histoire du 36, Quai des Orfèvres illustrée, Claude Cancès, l'ancien directeur de la Police Judiciaire, nous invite à un passionnant voyage. Associé à son ami Charles Diaz, contrôleur général de la Police nationale, historien renommé et ancien du 36, Claude Cancès nous propose une Histoire du 36 ILLUSTRÉE. Rien d'autre qu'une plongée captivante dans les archives de la Préfecture de police et de l'Identité judiciaire !
    Photographies, rapports, enquêtes, pièces à conviction, lettres et fiches - parfois inédits -, rythment les pages de cet ouvrage sur lequel on se précipite avec curiosité. On se promène dans les coulisses de l'Histoire, la grande et la petite, de la plus ancienne à la plus récente, avec fascination, découvrant par l'image toutes ces affaires retentissantes qui ont ponctué la vie du mythique Quai des Orfèvres, croisant au passage un certain Georges Simenon, en compagnie d'un policier qui devait lui inspirer le célébrissime commissaire Maigret.

    Ce coffret est l'occasion pour Claude Cancès de nous offrir ce supplément exceptionnel : l'interview de Simenon dans son intégralité.

empty