Hadrien Klent

  • Et si on ne travaillait plus que trois heures par jour??
    Telle est la proposition iconoclaste d'Émilien Long, prix Nobel d'économie français, dans son essai Le Droit à la paresse au XXIesiècle. Très vite le débat public s'enflamme autour de cette idée, portée par la renommée de l'auteur et la rigueur de ses analyses. Et si un autre monde était possible ? Débordé par le succès de son livre, poussé par ses amis, Émilien Long se jette à l'eau?: il sera le candidat de la paresse à l'élection présidentielle. Entouré d'une équipe improbable, il va mener une campagne ne ressemblant à aucune autre. Avec un but simple?: faire changer la société, sortir d'un productivisme morbide pour redécouvrir le bonheur de vivre.
    Roman porté par une érudition joyeuse et un regard taquin sur nos choix de vie, Paresse pour tous imagine un pays qui renverse ses priorités et prend le temps d'exister. Après La Grande Panne (Le Tripode, 2016), récit visionnaire d'une France qui se retrouve à l'arrêt, Hadrien Klent offre cette fois-­ci le portrait d'une France qui se remet en marche, mais pas vraiment comme certains le voudraient.

    «?En 2008, on devait surmonter la crise des subprimes. Aujourd'hui, celle du coronavirus. ­Demain, ce sera quoi?? Le réchauffement climatique?? La conquête de Mars?? À chaque fois, le libéralisme triomphant propose qu'on souffre encore plus?! Qu'on se sacrifie pour sauver un système qui est pourtant absurde. Qu'on nourrisse un monstre incontrôlable et incontrôlé. Moi je propose le contraire. Qu'on inverse la place du travail et du temps libre. Qu'on interroge notre place dans la marche du monde. Je suis la voix de ceux qui veulent que la vie ne se résume pas au travail, à la croissance, à la consommation.?» Émilien Long

  • La grande panne

    Hadrien Klent

    Accident ou attentat ? Une explosion dans une mine graphite italienne provoque l'apparition d'un immense nuage qui menace de s'enflammer au contact des lignes à haute tension. Pour éviter la catastrophe, une coupure électrique générale est décidée dans toute l'Italie. Le nuage se déplace vers la France, qui décide à son tour de procéder à un black-out. Le gouvernement prépare la population au désastre à venir et organise l'installation d'un QG de crise sur l'Île de Sein. Cette île bretonne a été choisie à cause de son autonomie en production électrique mais aussi pour ce qu'elle incarne (les marins de Sein y avaient rejoint le Général de Gaulle durant la guerre, devenant un des premiers symboles de la Résistance). Le but de l'exécutif est simple : convaincre la population que la situation reste sous contrôle.
    Hadrien Klent mêle avec un plaisir évident les histoires d'amour aux arcanes du pouvoir, les trahisons amicales aux surveillances policières. La Grande panne nous offre le portrait d'une humanité un peu paumée qui l'emporte sur la violence officielle du monde.

  • Une découverte scientifique aussi révolutionnaire que la théorie de la relativité. Un chercheur misanthrope qui voudrait être le dernier des hommes. Un psychanalyste qui lèche les choses pour vérifier qu'elles existent. Un tueur à gages qui pratique le relativisme culturel. Un dentiste qui raffole des mâchoires de Staline. Et un couple improvisé qui, dans ce chaos naissant, va tenter de sauver l'humanité. Tel est le cadre de Et qu'advienne le chaos.
    L'intrigue du roman repose sur une théorie scientifique qui imagine que notre univers n'est qu'une juxtaposition de « calques » composés chacun de quelques dizaines d'êtres humains ayant pour particularité d'avoir le même iris. Chaque calque peut, théoriquement, être isolé dans son propre espace-temps et ses individus se retrouvent alors dans un monde parallèle, identique au nôtre, mais vidé du reste de l'humanité.
    Un scientifique trouve le protocole pour activer réellement le processus. Atteint d'une tumeur au cerveau, misanthrope, il décide de devenir le dernier des hommes. Pour mener à bien son projet, il va tout d'abord identifier et faire assassiner les quelques personnes qui se trouvent sur son propre calque...

empty