Jacob-duvernet

  • Un siècle d'histoire et d'histoires.
    C'est à un voyage palpitant dans les archives du mythique Quai des Orfèvres auquel nous invite Claude Cancès, l'une des figures les plus emblématiques et originales du 36. En 35 ans de carrière dans la PJ parisienne, Claude Cancès a tout connu ; de la Mondaine, à l'Antigang en passant par la Crim avant de devenir le patron du 36 quai des Orfèvres. Dans ce livre, il ne se contente pas de raconter les affaires - nombreuses et retentissantes - qu'il a eu à traiter (Empain, de Broglie, les Irlandais de Vincennes, les attentats de 1995, etc.), mais aussi celles qui jet marqué l'histoire de la police parisienne : la bande à Bonnot (qui a propulsé la Pl dans l'ère du vingtième siècle), les affaires Stavisky, Petiot, Ben Barka, Markovic Mais il n'y a pas que les affaires.
    En effet, Claude Cancès propose de remonter aux sources du 36, quai des Orfèvres (la police d'avant la PJ) où le lecteur croisera les premières brigades, les premières affaires criminelles, vivra la naissance de la police scientifique et fera la connaissance du premier patron de la PJ parisienne qui fut...un magistrat ! Un livre d'histoire qui se lit comme un polar.

  • Aujourd'hui, la BRI (Brigade de Recherches et d'Intervention) se fait discrète, par essence, par nécessité, et n'en est que plus efficace.
    Mais l'Antigang a connu son heure de gloire médiatique dans les années 1970, lorsque le non moins médiatique Robert Broussard était à sa tête, pourchassant les ravisseurs du baron Empain ou traquant l'ennemi public n°1, Jacques Mesrine. Mais qui sait que la BRI doit son existence à un autre grand flic, François Le Mouêl qui, en 1964, imagine une méthode révolutionnaire pour traquer les voyous ? Qui a jamais raconté par le détail ces " autres affaires " oubliées des Unes des journaux, ces mois de filatures, de surveillance H24, parsemés de rebondissements et à l'issue toujours incertaine ? Au fil des dossiers, des plus célèbres aux plus méconnus, ce livre ne se contente pas de donner la parole aux seuls patrons de l'Antigang, mais aussi à ces hommes qui ont fait et font encore l'histoire de cette unité exceptionnelle de la PJ parisienne.

  • L'école d'hier / l'école d'aujourd'hui. Une autre façon de regarder l'école, une autre manière d'aborder l'éducation. L'école d'aujourd'hui n'est pas la fabrique de crétins que l'on se plaît à stigmatiser. Pourquoi fait-on la comparaison entre une école dite d'excellence et une école considérée comme abâtardie ? Au travers de différents exemples de la vie quotidienne scolaire, les trois intervenants (Philippe Meirieu, Jean-Bertrand Pontalis, Emmanuel Davidenkoff) tordent le cou aux idées toutes faites et démontent les a priori qui bloquent le débat sur l'école et empêchent d'imaginer l'école de demain. Les auteurs décryptent quelques témoignages de professeurs, d'élèves et de parents. Chaque thème est illustré par des photographies : carte blanche est donnée à une trentaine de photographes dont le travail s'est porté sur l'école.

  • Les oubliees

    Lilo Petersen

    Le 15 mai 1940, deux ans avant la célèbre Rafle du Vel' d'Hiv', 5 000 femmes allemandes de toutes confessions ont été piégées au Vélodrome d'Hiver et transférées dans le plus grand camp de concentration français, à Gurs, au pied des Pyrénées. L'une de ces femmes, Lilo Petersen, aujourd'hui âgée de 85 ans, livre un témoignage brûlant d'humanité sur cet épisode "oublié" de l'histoire française.

  • Ce premier numéro de la série "Une histoire du 36, quai des Orfèvres" propose une affaire emblématique : la prise d'otage de la maternelle de Neuilly ou le mystère HB. Claude Cances, alors directeur du 36, l'a vécue de l'intérieur et la raconte aujourd'hui.

    Sans fard avec précision et telle qu'elle s'est déroulée. Pendant 46 heures d'angoisse, 21 enfants étaient sous la menace d'un homme à la personnalité et aux motivations demeurées jusqu'au bout une énigme, et qui restera pour tous, HumanBomb.

  • Jean-Pierre Guéno a retrouvé dans l'oeuvre d'Antoine de Saint- Exupéry le message visionnaire du créateur du "Petit Prince" pour le troisième millénaire.
    Les paroles de l'aviateur-écrivain nous rappellent que notre environnement ne se résume pas à la nature qui nous a précédés, et qu'il est temps de prendre en compte l'environnement que nous nous sommes construit, qu'il soit urbain, social, économique, temporel ou spirituel. Gérer notre urbanisme, savoir vivre ensemble, consommer différemment, apprendre à durer pour transmettre l'héritage que nous avons reçu, échapper à notre égocentrisme instinctif qui compromet le développement de l'humanité, tels sont les défis que nous devons relever et qui ont été recensés dans l'oeuvre de Saint-Exupéry bien avant que nous n'ayons plus d'autre choix que de les affronter.
    Pour illustrer les trésors de l'héritage que nous avons pour mission de transmettre, outre les mots de Saint-Exupéry qui expriment la Terre vue de l'âme, les dessins préparatoires du "Petit Prince" nous rendent le regard neuf de l'enfance, tandis que les photos de Yann Arthus-Bertrand et celles de la Nasa dressent l'inventaire des trésors de notre planète, la Terre, vue du ciel et vue de l'espace, avec le regard émerveillé de l'aviateur ou celui encore plus actuel du spationaute.

  • Pierre de Coubertin, avant d'être le ré-inventeur des Jeux Olympiques, n'était-il pas un metteur en scène de génie ? Sa vie, ses travaux, l'analyse de ses écrits et son engagement révèlent son profond intérêt pour la mise en scène, et pour l'organisation de spectacles hors du commun. Et ce goût pour la chose théâtrale a profondément marqué l'image même de la nouvelle institution olympique, dont nous sommes aujourd'hui héritiers.
    Pierre de Coubertin s'entoure de metteurs en scène ; il théorise, observe, analyse et met en scène conférences et spectacles en jouant, bien avant Jean-Paul Goude et Philippe Decouflé, avec la musique, la chorégraphie, la lumière et la pyrotechnie. Ce livre est le récit du plus grand désir de Pierre de Coubertin : celui d'allier l'art à l'olympisme. De la vaine tentative d'introduction des concours artistiques à l'apothéose de la mise en scène des cérémonies d'ouverture et de clôture, on suit comme un roman le cheminement d'un esthète et d'un artiste particulièrement curieux.

  • La caravane sur le Tour de France fut créée il y a 73 ans, en 1930, par le fondateur du Tour, Henri Desgrange, soucieux de trouver de nouvelles sources de financement pour son épreuve. Cette année là, en effet, pour la première fois de son histoire, le Tour se disputait par équipes nationales, sans l'aide des marques. L'Auto, journal organisateur, prenait désormais tous les frais à sa charge. La naissance de la caravane permettait de trouver une nouvelle source de revenus.
    De 1930 à aujourd'hui, cette caravane s'est modernisée, elle a changé de look, et est devenue un véritable vecteur de communication ainsi qu'un immense marché publicitaire. C'est à la fin des années 60 que le changement s'est accompli, avec l'apparition d'une caravane plus professionnelle, de véhicules plus volumineux, plus spectaculaires. L'un des principaux artisans de ce bouleversement est un homme passionné par la publicité, natif de Brive : Yves Arnal.
    Il a été le précurseur en matière de look, il fut à l'origine des gros contrats publicitaires qui permirent la création du maillot blanc, porté par le meilleur jeune coureur du Tour, et patronné par une lessive, ou de multiples classements secondaires comme le prix de l'amabilité, de l'équipier N°1 ou le ruban bleu récompensant le coureur le plus rapide. Dans ce livre Yves Arnal raconte son extraordinaire aventure durant 36 Tours de France et nous fait pénétrer dans les entrailles de la caravane, dans le secret des constructeurs de chars.
    Ils imaginent des véhicules de carnaval, mais derrière cette magie qu'ils offrent au regard, se cache toute une technique. Yves Arnal nous livre de très nombreuses anecdotes liées à son métier : les pannes les plus imprévues, les véhicules les plus surprenants comme le sattelite Astra, piloté à l'aide d'une caméra parce que le conducteur n'a aucune visibilité, les gadgets les plus fous, les opérations marketing les plus inattendues pendant la course et le soir après l'étape.
    Yves avait plus de 400 invités certaines années à gérer dans chaque étape ! En sa compagnie, grâce à son expérience et à ses confidences, la caravane n'a plus de secret pour nous, on porte un regard différent sur son excentricité colorée et bruyante. Elle devient plus familière et encore plus attachante.

  • On croit tout savoir sur Michel Drucker. Depuis bientôt un demi-siècle, l'animateur-producteur de Vivement dimanche n'a cessé de se raconter. Les articles qui lui ont été consacrés se comptent par centaines. Au fil des années, il a ainsi rédigé sa propre histoire, il a construit sa statue, ouvrant grandes les portes de sa vie privée, se laissant photographier avec sa femme, ses chiens, son vélo... La presse s'est rapidement intéressée au parcours hors norme du journaliste-saltimbanque, s'étonnant de sa force de travail, de ses journées millimétrées pour allier télévision et radio, de sa popularité qui n'a jamais faibli. Elle a tout dit de son enfance normande sous la férule d'un père qui ne rêvait que d'excellence française pour ses trois fils, de ses mauvais résultats scolaires qui ne l'ont pas empêché de réussir professionnellement ; elle a interviewé le jeune débutant du service des sports de l'ORTF, le commentateur des coupes du monde de football et le présentateur d'émissions de variétés, dont le mythique Champs-Elysées... Elle a aussi raillé sa gentillesse excessive, s'est moquée de sa connivence, a critiqué la futilité de ses programmes. En revanche, elle n'a jamais vraiment réussi à percer son intimité. A force de volonté, Michel est donc devenu Drucker, l'une des personnalités les plus familières des Français. Mais, au-delà des images toutes faites, derrière l'icône qui chaque semaine reçoit les artistes et les politiques sur son canapé rouge, que savons-nous vraiment de lui ? En suivant pas à pas Michel Drucker depuis plus de quarante ans, Franck Lacroix emboîte les pièces d'un puzzle qui se révèle beaucoup plus complexe que prévu. Avec cette première biographie. on découvre un autre Michel Drucker.

  • "La revue fait découvrir la face cachée de la société. L'univers du fait divers où se croisent policiers, magistrats, avocats, criminels et citoyens est pour la première fois décrypté !

    Chaque trimestre, la revue invite à des lectures aussi captivantes que celles des polars et à la découverte d'images, de personnages et d'événements surprenants.

    Crimes et châtiments parce que ce nom fait référence à un célèbre roman de Dostoïevski et que cette revue se veut littéraire.
    Crimes et châtiments parce que les articles de fonds de la revue traiteront aussi bien du monde policier que du ""milieu"".
    Crimes et châtiments n'est pas un livre, ni un magazine, c'est une revue haut de gamme, un espace de liberté où les points de vue sont multiples, où s'expriment les meilleures plumes.
    Crimes et châtiments, revue trimestrielle de 200 pages, au format news, est divisée en quatre parties, et est composée d'articles longs. Elle est illustrée par de nombreux dessins originaux plus que par des photographies, ce qui permet d'affirmer son originalité et son image.
    Crimes et châtiments accueille des auteurs de qualité avec leurs partis pris, qui s'immergent dans la réalité de leur temps, au contact des autres, pour voir, comprendre, partager, ressentir, informer.
    Crimes et châtiments emmène le lecteur sur les scènes de crime, dans les coulisses de la justice, de la police, dans les salles d'audience, les cabinets des juges et les bureaux des enquêteurs ou sur les traces des criminels et des délinquants. Un monde à part mais un monde réel, méconnu, dans lequel pénètre le lecteur, en France et à l'étranger.
    Crimes et châtiments tous les trimestres, chez votre libraire, à ne pas manquer !"

  • Il restera à jamais " l'ange vert ", le symbole d'une équipe stéphanoise qui a sorti le football français de sa léthargie au milieu des années 1970.
    Dominique Rocheteau a marqué toute une génération. Son ascension fulgurante a fasciné. Une gueule, un look romantique avec sa longue chevelure bouclée, des dribbles déroutants, des raids flamboyants dans les défenses adverses, le jeune homme a aussitôt conquis spectateurs et médias. Dans la fièvre verte qui s'était emparée de la France entière, c'est Rocheteau que la jeunesse chérissait. Cette " Rocheteaumania " n'a pas été éphémère.
    Loin de là. A la période verte a en effet succédé celle des Bleus, avec la Bande de Michel Platini, trois phases finales de Coupe du Monde de 1978 à 1986, un couronnement européen en 1984. Dans cet album-souvenirs, Dominique Rocheteau a voulu revenir sur les grands événements qui ont marqué sa carrière et la France du football, en sélectionnant les articles de presse d'époque, en les commentant. Il a également tenu à expliquer l'évolution de son jeu, donner son avis sur le football d'aujourd'hui.
    C'est aussi l'occasion pour ses entraîneurs, ses équipiers de lui rendre hommage au travers de témoignages. Mais Rocheteau n'a pas été qu'un footballeur hors norme. Curieux de tout, il se passionne pour un tas d'autres choses. La musique notamment, le cinéma. Allant même jusqu'à donner la réplique à Gérard Depardieu dans un film de Maurice Pialat, Le garçu. Expérience que l'immense acteur a tenu à raconter.
    Ses cahiers d'écolier, les lettres de fan, Dominique Rocheteau a recherché dans ses archives afin de faire de " son " album le reflet le plus fidèle des années " bonheur ", deux décennies 70 et 80 restées dans toutes les mémoires.

  • À l'aube du troisième millénaire, le Petit Prince est bien vivant: il est présent dans chacun des livres de Saint-Exupéry, dans chacune des pages de sa trop brève existence.
    Jean-Pierre Guéno a retrouvé l'enfant blond et recompose avec lui l'album de la vie de l'aviateur écrivain, illustré par ses objets fétiches et par ses souvenirs: photos, documents, dessins et lettres manuscrites. Journal intime enluminé par ses " paroles " piochées comme des pépites dans son oeuvre, dans sa correspondance, dans ses brouillons, dans ses carnets. La mémoire du Petit Prince, c'est la mémoire d'Antoine de Saint-Exupéry: celle de son enfance, de ses passions, de ses amours et de ses angoisses, celle d'un albatros mélancolique qui ne trouvait son réconfort que dans l'envol de son avion ou dans celui de son écriture, et qui lègue aux enfants du XXIe siècle les clefs de son humanisme pour mieux affronter le vertige d'une mondialisation qu'il avait su prédire.

  • Première fois décrypté !
    Chaque trimestre, la revue invite à des lectures aussi captivantes que celles des polars et à la découverte d?images, de personnages et d?événements surprenants.
    Crimes et châtiments parce que ce nom fait référence à un célèbre roman de Dostoïevski et que cette revue se veut littéraire.
    Crimes et châtiments parce que les articles de fonds de la revue traiteront aussi bien du monde policier que du "milieu".
    Crimes et châtiments n?est pas un livre, ni un magazine, c?est une revue haut de gamme, un espace de liberté où les points de vue sont multiples, où s?expriment les meilleures plumes.
    Crimes et châtiments, revue trimestrielle de 200 pages, au format news, est divisée en quatre parties, et est composée d?articles longs.
    Elle est illustrée par de nombreux dessins originaux plus que par des photographies, ce qui permet d?affirmer son originalité et son image.
    Crimes et châtiments accueille des auteurs de qualité avec leurs partis pris, qui s?immergent dans la réalité de leur temps, au contact des autres, pour voir, comprendre, partager, ressentir, informer.
    Crimes et châtiments emmène le lecteur sur les scènes de crime, dans les coulisses de la justice, de la police, dans les salles d?audience, les cabinets des juges et les bureaux des enquêteurs ou sur les traces des criminels et des délinquants.
    Un monde à part mais un monde réel, méconnu, dans lequel pénètre le lecteur, en France et à l?étranger.

  • Dans la collection, Les Grandes années du football, Thierry Roland, avec la collaboration de Jean-Paul Vespini, raconte l'histoire du football des années 80.
    Celle de la "bande à Michel Platini" et ses glorieux équipiers Amoros, Giresse, Rocheteau, Bats qui vont marquer les esprits en Coupe du monde. D'abord à Séville en 1982 où la France obtient une quatrième place inattendue malgré une demi-finale d'anthologie contre la RFA - personne n'a oublié l'agression du gardien allemand sur Patrick Battiston ! - ensuite en 1986 à Mexico où l'équipe emmenée par le sélectionneur Henri Michel gagnera contre le Brésil en quart de finale dans un match mythique pour terminer à la troisième place de la compétition.
    Sans oublier l'Euro 1984 et le premier sacre international ! Ce livre riche en documents d'archive et photos d'époque est l'ouvrage tant attendu du foot des eighties écrit par le commentateur sportif de ces années de légende !

  • L'Ukraine ? Le grenier à blé de la Russie, bien sûr ! La patrie des Cosaques, peut-être ! Ou encore, le Dynamo de Kiev...
    Oui, mais encore ? En décembre 2004, l'Ukraine est quasiment sortie d'un anonymat dans lequel l'Occident s'était plu à confiner ce pays coincé entre l'Europe et la Russie. Durant cet hiver-là, l'Ukraine, pays indépendant depuis maintenant quatorze ans, a entrepris de faire sa révolution. Et les médias du monde entier se sont emballés. Derrière Viktor louchtchenko et lulia Tyrnochenko, charismatiques leaders de l'indépendance face au grand frère russe, les Ukrainiens ont affirmé leur volonté d'exister par eux-mêmes dans un pays libre de toute sujétion.
    Avec eux, l'Ukraine se dégage de plusieurs siècles d'asservissement. L'Occident a ouvert les yeux et s'est interrogé : qu'est-ce que l'Ukraine ? Qui sont les Ukrainiens ? Quel est leur avenir, et sauront-ils trouver une place au sein de l'Europe élargie ? Ces questions, L'Ukraine en révolutions y répond au travers de l'actualité récente d'une nation bouleversée par cette saga révolutionnaire moderne, mais aussi des révolutions successives qui ont forgé son histoire.


  • l'espoir français du patinage artistique ! depuis 2002, ce jeune homme joue dans la cour des grands et s'illustre sur la glace internationale championnats du monde, d'europe, de france, jeux olympiques ne sont que les compétitions auxquelles il a participé.
    pendant sa première année chez les seniors. avec les mots de sa génération, il raconte sa jeune carrière, depuis son enfance poitevine et ses débuts à quatre ans, jusqu'aux olympiades de turin, en passant par les compétitions nationales et internationales. en toute honnêteté et simplicité, il évoque sa famille, ses entraîneurs, ses adversaires et ses amis, ses espoirs et ses déceptions. il proclame sa rage de vaincre, de gagner, d'être le premier et nous fait aussi partager ses doutes, ses hésitations et ses fulgurances.
    loin de porter un regard distancé sur son parcours, il emmène le lecteur en plein feu de l'action. une biographie expresse, marquée du feu sacré de ce jeune prodige, qui ravira ses fans et tous les amoureux de patinage artistique !.

  • La revue fait découvrir la face cachée de la société.
    L'univers du fait divers où se croisent policiers, magistrats, avocats, criminels et citoyens est pour la première fois décrypté ! Chaque trimestre, la revue invite à des lectures aussi captivantes que celles des polars et à la découverte d'images, de personnages et d'événements surprenants. CRIM' parce que ce nom fait référence à la célébrissime Brigade criminelle, la Crim', une brigade mythique qui a vu grandir des limiers de légende et où se sont résolues les plus grandes affaires ! CRIM' parce qu'en 2012, la Brigade criminelle célèbrera ses 100 ans.
    L'année 2012 est donc idéale pour lancer une revue sur les faits divers. CRIM' n'est pas un livre, ni un magazine, c'est une revue haut de gamme, un espace de liberté où les points de vue sont multiples, où s'expriment les meilleures plumes. CRIM' revue trimestrielle de 200 pages, au format news, est divisée en quatre parties, et est composée d'articles longs. Elle est illustrée par de nombreux dessins originaux plus que par des photographies, ce qui permet d'affirmer son originalité et son image. CRIM' accueille des auteurs de qualité avec leurs partis pris, qui s'immergent dans la réalité de leur temps, au contact des autres, pour voir, comprendre, partager, ressentir, informer. CRIM' emmène le lecteur sur les scènes de crime, dans les coulisses de la justice, de la police, dans les salles d'audience, les cabinets des juges et les bureaux des enquêteurs ou sur les traces des criminels et des délinquants.
    Un monde à part mais un monde réel, méconnu, dans lequel pénètre le lecteur, en France et à l'étranger. CRIM' tous les trimestres, chez votre libraire, à ne pas manquer !

empty