Bruno Heitz

  • Une façon nouvelle d'aborder l'Histoire de l'art, au plus près des artistes.

    Cette fois, Bruno Heitz revisite seul l'histoire de l'art à travers 10 artistes incontournables : Vinci, Bruegel, Vermeer, David, Géricault, Monet, Van Gogh, Cézanne, Picasso et Niki de Saint Phalle. En 10 séquences de 4 pages, il nous emmène dans leur atelier (page 1) pour raconter un moment emblématique de leur oeuvre (2 et 3) avant de donner des éléments contextuels : biographie, inspirations, etc. (4). On découvre les débuts déjà géniaux de l'apprenti Léonard chez Verrocchio ; la genèse de la première exposition des impressionnistes ; la précarité dans laquelle vivait Van Gogh ; le geste protestataire de Picasso lorsqu'il peint Guernica... A la fin, les tableaux évoqués sont reproduits en photo.
    Cet album montre avec habileté que la grande histoire de l'art s'est construite à partir de trajectoires individuelles d'hommes et de femmes entièrement dévoués à leur cause, l'art.

  • À Saint-Saturnin, le bistrot d'Émile, populaire et familier, fait la joie des habitués et des clients de passage. On ne connaît pas patron plus enjoué, plus dévoué! Jusqu'à ce qu'un jour il décide de vendre et de quitter le village. C'est une banque qui remplace bientôt le fameux bistrot, au grand dam des villageois... Pour sûr, un mystère plane sur cette affaire. Une chronique de moeurs qui fleure bon l'enquête policière. Irrésistible !

  • Tout le monde connaît l'histoire de ce brave menuisier appelé Gepetto, qui tailla dans un morceau de bois un pantin à l'humeur vagabonde : le fameux PINOCCHIO ! Ce que l'on sait moins, c'est ce qu'il arriva au reste du bout de bois, une fois que ce galopin de Pinocchio s'en fut courir le monde, son pauvre papa à ses troussesâ?¦ Pour son cinquième album, dans la même collection, de découpages photographiés en noir et blanc (après les récents Le Petit Chaperon gris et L'Arrière-arrière-petit-fils de Barbe-Bleue), Bruno Heitz a puisé son inspiration dans un grand classique italien de la littérature pour enfants. A la manière d'une randonnée dont les mésaventures des protagonistes vont croissant, ce récit déjanté met en scène tout un petit monde victime du caractère insaisissable d'un bâton magique. Destinée aux 6 ans et plus, cette histoire malicieuse est servie par la maîtrise des compositions visuelles en trois dimensions de Bruno Heitz, à l'imagination toujours aussi féconde.

  • Le roi Noble, le lion, est en colère. Qui sera donc capable de ramener Renart à la cour pour qu'il réponde de ses méfaits? Le blaireau est revenu bredouille et prétend que son cousin est parti en pèlerinage. Le roi lance alors Tybert le chat, puis Brun l'ours à ses trousses... Mais le rusé goupil a plus d'un tour dans son sac. Bien malin qui pourra l'attraper!

  • Pas facile de se mettre quelque chose sous la dent au coeur de l'hiver. À moins de s'appeler Renart. Voici justement la charrette des poissonniers qui s'avance, remplie de harengs et d'anguilles... Le rusé goupil réussit à s'emparer du butin, qu'il n'a pas du tout l'intention de partager avec son oncle, le loup Ysengrin. Quel tour pendable va-t-il lui jouer ?

  • "La Cigale et la Fourmi", "Le Corbeau et le Renard", "Le Lièvre et la Tortue"... Autant de fables que les enfants apprennent à l'école depuis des générations.
    Cette fois, Bruno Heitz les revisite en bande dessinée. L'occasion de savourer avec un plaisir nouveau, ces textes en vers parfaitement ciselés dans leur version originale.
    24 fables, des plus incontournables aux moins connues, pour entrer de plain-pied dans l'imaginaire malicieux de Jean de la Fontaine.

  • Adaptation en fiction sonore des deux premiers albums de la série de bandes dessinées de Bruno Heitz publiées chez Casterman :
    "Rapidissimo" et "Sardine Express".

    Dans une BD sonore, un narrateur pose le décor, les acteurs entrent en scène, les bulles et les dessins des albums papier sont traduits en son. Grâce aux bruitages, la magie de l'audio opère rapidement et l'imagination de l'enfant bat son plein !

  • « La vallée de la Morne et ses joyaux ! Le bois du pendu, l'étang des crevés, le virage de la mort, la croix des vertus... Derrière tous ces noms, des histoires de mensonge, de jalousie, de vengeance...Derrière chaque tas de bois, un mort possible, et pas forcément mort d'un accident de chasse... Faut pas soulever les pierres ici, y a plein de bêtes qui grouillent dessous. » Ce troisième volume reprend les histoires Retour au bercail, Chambre froide et L'Affaire marguerite.

  • « Chez Léon, on ne rigole pas tous les jours.
    Son café à la chaussette, on s'en méfie. On préfère les produits du terroir. On ne rigole pas, et on ne parle pas beaucoup. Sauf pour les grandes occasions :
    L'ouverture de la chasse, la pêche ou les catastrophes météorologiques. Déjà qu'on me cause guère, depuis que je mélange mes deux métiers, épicier ambulant et détective. c'est carrément la méfiance. » Ce deuxième volume reprend les titres Les Fantômes du garde-barrière, Virage dangereux et Au bout du canal.

  • Épicier ambulant dans la vallée de la Morne, Hubert vit avec son frère, une brute avec laquelle il ne partage rien, hormis la maison de leurs parents. Mais Hubert commence à s'intéresser aux autres, mène l'enquête au rythme tranquille de sa mobylette et découvre les pots aux roses de la rase campagne.

  • Pour son quatrième album, dans la même collection, de découpages photographiés en noir et blanc (après Parking de nuit, L'Autre Voyage d'Ulysse et Le Petit Chaperon gris), Bruno Heitz s'inspire d'un autre conte traditionnel pour en imaginer une contre-suite à l'humour détonnant. Outre le héros de l'histoire, une bibliothécaire et un volumineux colis offriront au lecteur une surprise très fleur bleue, couleur de la barbe du redoutable ancêtre.

  • L'ex-femme de Jean-Paul est en dépression. En effet, depuis que son écrivain favori, Gaston Sidérac, a abandonné l'écriture des Enquêtes du commissaire Grosjules, rien ne va plus pour la Jacotte ! Même Jean Gadin, l'acteur de l'adaptation télé, risque le chômage technique. Pour que le célèbre auteur de polar retrouve l'inspiration, tout est permis...

  • Jean-Paul a quitté sa morne ville de l'Est pour la capitale, où un vendeur de voitures l'entraîne dans une escroquerie à l'assurance. Lui, ça lui va bien. L'argent est facile et les filles d'à côté très gentilles. Jusqu'au jour où il tombe sur des moins honnêtes que lui. Des moins honnêtes et des plus méchants, des types de l'OAS, qui le font chanter et se servent de lui comme chauffeur lors de leurs expéditions punitives.

  • Depuis que Fernand le ragondin est parti en Camargue, Louisette la taupe n'a qu'une idée en tête : le rejoindre. Mais comment faire? Creuser un tunnel?...trop long! Suivre les rivières?....trop humide! Et si Louisette se glissait dans un colis de la poste?...En rapidissimo bien sûr!

  • Le chat botté... l'ogre... le loup déguisé en grand-mère... les trois petits cochons... les sept chevreaux... la petite fille aux allumettes... le soldat de plomb... la sirène nageant dans les eaux froides d'un port du Nord. Aucun de ces personnages des contes traditionnels n'a été oublié dans ce savoureux pastiche des nouvelles aventures d'Ulysse.

  • Jean-Paul hérite de sa vieille tante lorraine et se retrouve à la tête d'un riche patrimoine. de garages ! La gestion de ses affaires le mène jusqu'à l'île d'Yeu, où une poignée d'individus nostalgiques du maréchal Pétain a monté un coup tordu : déterrer le mort pour le ramener à Verdun, au milieu des Poilus !

  • Rue du coin du bois

    Bruno Heitz

    Un matin, en retard pour l'école, un garçon et une fillette trop pressés se croisent au coin d'une rue et se rentrent dedans. Boum ! Les cartables étaient identiques et chacun repart avec celui de l'autre. Stupeur quand on découvre la méprise.
    On organise alors une rencontre au parc, pour faire l'échange. Mais à cet âge tendre, les relations fillesgarçons ne sont pas des plus simples. Les grands frères s'en mêlent. Puis les passants. Puis les grands-parents. Tout dégénère, c'est la bagarre généralisée, et le désordre culmine lorsqu'une dépanneuse agressive emporte papy et mamie dans une cabine téléphonique à l'ancienne, direction le cimetière des objets inutiles...
    Comment tout cela finira-t-il ?

  • Comme tous les animaux de la forêt et des terriers environnants, Louisette la taupe est invitée au vernissage de l'exposition de sculptures de Gaspard, l'écureuil. Inutile de préciser qu'en cuisinière avertie, Louisette préfère nettement mitonner des soupes au lard que parler d'art! Le vernissage l'ennuie à mourir, les officiels sont terriblement bavards et Louisette décide, en attendant la fin des discours, de s'offrir une discrète sieste dans l'une des oeuvres de Gaspard : une chaussure transformée en sardine! Mais un goéland de passage vient troubler la fête. Il confond l'oeuvre d'art... avec une véritable sardine, fond en piqué sur la sculpture et l'emporte. Quant à Louisette, toujours endormie, elle ne s'aperçoit de rien et, bercée par le vol du goéland, s'imagine en plein rêve. C'est le début d'une aventure risquée et aérienne qui, de bec de goéland en vol à dos de pigeon voyageur, emmènera Louisette jusqu'au repère de "Monsieur Vieux Bandit", un castor solitaire et grognon, grand ami de Gaspard le sculpteur...

  • Ce soir, les lapins ont adoré le conte des frères Grimm qu'a commencé à leur raconter Louisette : l'histoire d'Hansel, Gretel et de la maison en pain d'épice de la sorcière découverte au fond de la forêt. Une histoire qui leur a diablement donné faim ! Mais ils n'ont pas remarqué que quelqu'un d'autre, quelqu'un de beaucoup moins sympathique, a aussi profité de la lecture : la redoutable belette ! Et dès le lendemain, en utilisant du pain d'épice comme appât, la belette capture les lapins, avec la ferme intention, comme dans le conte de Grimm, de les engraisser pour ensuite s'en délecter, en civet ou en brochette ! Heureusement, Louisette veille. Avec l'aide du Raton laveur, de Gaspard l'écureuil - et d'un impressionnant costume de renard qu'ils étaient en train de préparer pour le carnaval -, elle va se charger de rappeler à la belette que l'histoire des frères Grimm se termine plutôt mal pour la sorcière.

  • Nos deux loupiots partent à la recherche de la chèvre de monsieur Seguin, dans la montagne. Qu'elle n'est pas leur surprise lorsqu'ils tombent nez-à-nez avec Blanchette, la petite-fille de la célèbre chèvre !
    Tout l'humour de Bruno Heitz se retrouve dans cet album drôle et dynamique, qui explique la genèse de la " La chèvre de monsieur Seguin ", version " Loupiots " !

  • Sire Gombaut est sorti pour inviter le prêtre à manger deux belles perdrix. À la maison, sa femme prépare le festin. Mais comme son mari s'attarde, les perdrix sont cuites bien avant son retour... La gourmande résistera-t-elle au fumet qui s'élève de la volaille rôtie ?

    Bruno Heitz est l'auteur-illustrateur à succès de très nombreux albums pour enfants et de plusieurs bandes dessinées. Avec sa verve coutumière et son talent de graveur, il met ici en scène le récit truculent des aventures de trois personnages du Moyen Age qui nous enchantent par leur morale si particulière !

  • Monsieur buvard

    Bruno Heitz

    Et il était dans tous ses états ...
    Il buvait tant qu'il en devenait tout noir. C'est pour ça qu'il avait perdu son travail. Un jour qu'il cherchait un emploi, il rencontra Papier Photo. Et Papier Photo (très sensible aux problèmes d'argent) lui fit une proposition malhonnête.
    C'est là que ses ennuis commencèrent. Monsieur Buvard eut bien du mal à se racheter une conduite, bref à se blanchir.
    Nous suivons ici les aventures de ce personnage de papier qui se transforme avec un humour dans la veine de Monsieur 2D paru au Rouergue en 2012.
    Monsieur Buvard a été publié initialement dans les années 90 aux éditions Mango. Il fait ici l'objet d'une réédition actualisée et notamment mis à la page côté numérique.
    Bruno Heitz a ajouté le scanner, l'imprimante et a même modifié le billet de « 50 frs » ! La réédition de cet album nous parle aussi d'évolutions techniques.

  • Le pere noel noir

    Bruno Heitz

    Tout le monde sait que le Père Noël s'habille en rouge, qu'il porte une longue barbe et que pour distribuer ses cadeaux, il passe par des cheminées noires de suie. Mais il a une femme peu commode qui en a assez de le voir salir ses vêtements. Alors cette année le Père Noël sera imberbe et vêtu de noir. Seulement voilà, ainsi accoutré, il ressemble à Dédé le cambrioleur.

empty