Littérature générale

  • Le conte antillais est né et s'est développé à partir du XVIe siècle dans les habitations coloniales. En général, une fois la nuit tombée, le maître « béké » (blanc) autorisait ses esclaves à se réunir afin d'écouter celui qui allait leur raconter des histoires : le conteur.
    Aux Antilles, le conte, dont les racines provenaient de différents pays d'Afrique, avait comme partout pour fonction principale de distraire et d'amuser, mais ici il avait aussi une fonction de « résistance », à travers laquelle on pouvait deviner des paroles et des messages interdits, et certains héros et personnages récurrents représentaient les esclaves eux-mêmes, ou bien le maître.
    Toutes ces histoires recueillies en créole auprès des amis et de la famille du couple REUSSNLIBA sont classées en deux grandes catégories : les contes d'animaux et les contes d'humains et de créatures surnaturelles. Les contes d'animaux forment des cycles centrés sur les aventures d'un héros récurrent comme, par exemple, le cycle de la baleine, de l'éléphant, de la tortue, et surtout celui de Compère Lapin. La plupart des animaux appartiennent évidemment à la faune antillaise : on y trouve des araignées, des colibris, des serpents et bien sûr des lapins. Par contre, d'autres n'y ont jamais eu d'existence réelle : l'éléphant, le lion ou le tigre ne vivent qu'en Afrique ou en Asie, et le singe a été exterminé aux Antilles il y a bien longtemps.
    Les contes à personnages humains et surnaturels sont souvent des histoires romanesques, des contes d'amour, ou des contes d'inspiration morale et religieuse. Ces contes nous emmènent dans un monde où peuvent s'entremêler la fiction et le quotidien, et où la faiblesse, associée à l'esprit d'initiative et à l'intelligence, se trouve opposée à la force cruelle : dans ces histoires, le Grand Diable, la Diablesse, le Monstre symbolisent la force mauvaise, alors que des fillettes, Cécène, Ti-Choute ou Petite Marie représentent la faiblesse, l'innocence, mais aussi la pureté.
    Pour lutter contre les forces du mal, intervient généralement un jeune garçon, pas très costaud mais très futé, comme par exemple Ti Jean.

  • « Né en province en 1877, Jean Mollet débarque à Paris sans un sou. Mais, débrouillard et gentil, il séduit tous ceux qu'il approche. Ainsi, après avoir exercé les métiers de directeur de théâtre, organisateur d'expositions, clerc d'avoué, journaliste, verrier et tant d'autres, connaît-il bientôt le Tout-Paris depuis 1900 jusqu'à nos jours. Mille anecdotes nous sont contées où nous retrouvons pêle-mêle les noms suivants : Apollinaire, Derain, Vlaminck, Braque, Mac Orlan, Marie Laurencin, Picasso, Max Jacob, Jarry, Carco, Cocteau, Blaise Cendrars, Léon-Paul Fargue, etc. Entre la France et la Belgique, il subsiste au jour le jour, réunissant ou ratant mille entreprises avec le même sens de la joie. Mais, grâce à son art de vivre qui sait nier le temps, et par conséquent l'éventualité de vieillir, Jean Mollet parvient à établir un délicieux tableau panoramique de la vie littéraire et artistique du XXe siècle. "Je suis le chevalier servant de l'art", a-t-il dit. Et c'est comme tel que nous le suivons sur les zigzagantes routes de la liberté et de l'esprit, toujours en accord avec la vie. » Extrait du prière d'insérer original des Mémoires du Baron Mollet.

  • Un pays où la guerre fait rage. Dans une ville préservée, la Barbière rase les hommes. Mira, la narratrice, l'assiste dans cette tâche délicate.
    Car les lames effilées servent aussi à un étrange rituel.
    L'inquiétant capitaine Dragon, passionnément épris de la Barbière, en fera la singulière expérience...
    Un récit étincelant et noir, né de la rencontre entre Caroline Lamarche et Charlotte Mollet, passée avec audace de l'illustration jeunesse à l'érotisme onirique de ce conte pour adultes.

  • Les semaines et les mois qui viennent vont décider de l'avenir de la gauche non communiste. En définissant ce qu'est pour lui le socialisme français, Guy Mollet ouvre la discussion. Il rappelle ce que sont les principes toujours valables de cette doctrine du changement et va, sans agressivité mais sans périphrases, au fond des problèmes, qu'il s'agisse de la défiguration du socialisme en Union Soviétique ou de la définition d'une véritable démocratie pour notre pays, de l'apport réel du marxisme ou de la philosophie du bonheur qui inspire l'humanisme socialiste. Mais il montre aussi que le socialisme doit rénover ses méthodes, adapter son action, assimiler son époque. Cela le conduit en particulier à poser les bases de ce que doivent être le passage au socialisme et les principes d'une société nouvelle.

  • Nathalie vient d'avoir dix ans. Derrière ses grands yeux bleus de poupée se cachent une force de caractère et un amour passionné de la vie, hors du commun.
    Élève brillante, elle veut goûter à tout : dessin, peinture, poterie, initiation à l'athlétisme, ski de piste, ski de fond, randonnées pédestres, solfège, flûte à bec, harpe, danse classique, claquettes, photographie...puis faire du cheval, devenir actrice, non plutôt comédienne...
    Débordante d'énergie, elle voudrait vivre dans un pays sans nuit, car, pour elle, la nuit est une perte de temps. Peut-être a-t-elle l'intuition que sa vie va être très courte ?
    En octobre 1980, touchée par un cancer particulièrement rare et violent, son univers bascule.
    Elle lutte contre le crabe durant neuf mois, avec un courage inouï, puis, une nuit de solitude, elle comprend que ce combat trop dur est surtout sans issue...

  • Je jongle au quotidien avec travail, mari, enfants, maison, famille, amis...ma vie ressemble à un numéro d'équilibriste. En prime, je dois trouver quelques heures pour aller chez le coiffeur ou acheter le dernier vêtement à la mode pour rester sexy. Pendant ce temps, lui est dévoré par son travail... ou ce qu'il appelle son travail. La nuit est conçue paraît-il pour se reposer mais chez nous, elle n'existe pas. En tous cas, elle n'est plus faite pour dormir...

    Virginie BAUER (sur)vit à Paris. " La nuit n'est plus faite pour dormir " est son premier roman.

  • La Dispute et interrogation faicte par deux poètes françois, l'un nommé le sieur Pierre Du Mollet,... et le sieur Hector de Nantes,... s'estant rencontré dans le cloistre S.-Germain de l'Auxerrois proche le Louvre à Paris... [Signé : Pierre Du Mollet, 23 juillet 1610.] Date de l'édition originale : 1610 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

empty