Sciences humaines & sociales

  • Partant du constat que l'éducation souffre d'une crise aux multiples causes, Edgar Morin trace un chemin, une voie, vers un enseignement repensé, efficient, à la fois adapté à la culture et au monde d'aujourd'hui.
    Conscient du paradoxe que la réforme génère, puisqu'il faut réformer les esprits et les institutions de manière réciproque, il propose une méthode fondée sur la pensée complexe.
    En étudiant tour à tour la classe enseignante et la jeunesse enseignée, Edgar Morin présente des remèdes à la lutte de classe qui les oppose en régénérant la passion d'enseigner des uns et la passion d'apprendre des autres. La méthode qu'il construit, basée sur le diptyque comprendre-agir, vise à dépasser l'incompréhension entre structures de pensée.
    Il prône ainsi une refonte profonde de l'éducation, centrée sur sa mission essentielle telle que l'envisageait Rousseau : enseigner à vivre. Il s'agit alors de permettre à chaque individu d'acquérir une autonomie, de se prémunir contre l'erreur et l'illusion, de pratiquer la compréhension d'autrui, de même que d'affronter les problèmes du «vivre» et les incertitudes de toute vie. Sept savoirs nécessaires sont ainsi utilisés dans une démarche didactique et fondamentalement humaniste. Cette éducation doit permettre à chacun de concevoir et traiter les problèmes fondamentaux et les problèmes globaux.
    Par l'introduction de thèmes de «savoir vivre» dans notre civilisation, actuellement absents des programmes éducatifs, tels que la vie urbaine, l'éducation aux médias ou l'individualisme et les solidarités, il s'agit de permettre à chacun de mieux s'orienter dans notre société.

  • Le désir de retour à l'oeuvre sonne à toutes les portes de la vie : la vie de l'humain qu'on soigne, qu'on éduque, à qui on rend justice, qui s'informe, qui se cultive, qui joue, qui s'associe, qui se bat, fort de la solidarité qui s'offre à qui sait la chercher. Ce manifeste revendique la place de l'homme au centre des activités de production et création, pour lutter contre la normalisation technocratique et financière.

  • Troisième édition totalement revue, corrigée et augmentée. Cet ouvrage constitue le seul dictionnaire de hiéroglyphes en français et reste un outil de travail indispensable pour les étudiants, les amateurs et les passionnés d'épigraphie égyptienne. Pour cette troisième édition, il a été enrichi de nombreuses entrées et de références inédites.

  • EXTRÉMISME RELIGIEUX ET DICTATURE sont les deux faces d'un même malheur historique. Voici plus de trente ans que les Égyptiens - et avec eux tous les peuples arabes - sont acculés face à ce dilemme : impossible sans démocratie d'en finir avec le fascisme religieux, impossible de bâtir la démocratie sans mettre fin au fascisme religieux. Entre ces maux d'égale nocivité il n'y a pas à choisir : il faut les combattre tous deux avec une même ardeur. C'est sur cette difficile ligne de crête que les Arabes doivent se maintenir s'ils souhaitent redevenir pleinement sujets de leur propre histoire. Cette problématique qui sous-tend toute l'oeuvre littéraire d'Alaa El Aswany est également le thème central de la chronique hebdomadaire par laquelle, depuis cinq ans, il poursuit au grand jour son double combat pour la liberté.
    Tant que les femmes ne seront pas considérées comme des êtres humains à part entière, tant que les coptes et les bahaïs d'Égypte, tant que les chiites de Bahrein et d'Arabie Saoudite ne seront pas totalement égaux en droits avec les autres citoyens, les peuples arabes ne pourront pas secouer les chaînes de leur servitude. Liberté, égalité, justice, démocratie : pendant cinq ans - avant la révolution de 2011, puis tout au long des péripéties qui ont suivi -, l'auteur de L'Immeuble Yacoubian a martelé ces mots pour mieux les faire pénétrer dans la conscience de ses concitoyens.
    Ces valeurs sont-elles incompatibles avec l'islam ? Non, nous dit-il, mais elles le sont avec ce que l'islam est devenu, au terme de siècles de décadence et de tyrannie, dans sa version la plus caricaturale, celle d'un salafisme sclérosé aux références médiévales propagé grâce à l'argent du pétrole sur le terrain propice de sociétés en crise. Au coeur de la religion se trouvent des valeurs spirituelles - ou humaines - universelles. Tout le reste - les rites, la charia - est une construction opportuniste au service d'une volonté de pouvoir, un moyen d'asservir les hommes et de les aveugler.


    GILLES GAUTHIER

  • Nouvelle édition, totalement revue, corrigée et augmentée de nouveaux textes Cet ouvrage propose de découvrir la civilisation égyptienne à travers sa littérature : textes fondateurs, hymnes religieux, écrits officieux, biographies, récits de campagnes ou de batailles... Il constitue, à la fois, un outil pour toute personne cherchant à s'initier à l'écriture hiéroglyphique (puisque chaque texte est donné dans sa version originale, en hiéroglyphes informatiques, en translittération et en traduction) et un guide permettant d'éclairer les différents aspects de la civilisation pharaonique, en particulier, dans ce premier volet, la vie sous la XVIIIe dynastie.


  • " ce que l'amérique refuse de voir distinctement, elle ne peut guère y remédier.
    " cette formule d'edward said, à qui ce livre est dédié, dit très clairement le sens de cet essai : l'empire aveuglé. rashid khalidi. un des meilleurs connaisseurs de la politique américaine au moyen-orient, nous permet de comprendre pourquoi un tel chaos. dans une région du monde qui a la mémoire longue, l'ignorance de l'histoire et de ses enseignements peut être fatale. a partir d'une analyse de l'héritage de l'engagement occidental au moyen-orient, de la façon dont la démocratie a été instrumentalisée et le pétrole accaparé, alors qu'en palestine l'amérique ne cesse d'affirmer son parti pris en faveur d'israël, khalidi nous révèle le dessous des cartes.
    " thierry fabre. " l'ouvrage extraordinaire de rashid khalidi est d'une grande pertinence pour notre époque, à la lumière surtout de l'implication croissante des etats-unis au moyen-orient. khalidi apporte des connaissances de tout premier ordre et fournit un vaste arrière-plan historique à un sujet qui, plus que jamais, nécessite une telle clairvoyance. " joseph stiglitz, prix nobel d'économie.

  • Qui sait aujourd'hui qui est Antonelle, nommé premier maire d'Arles en 1790 ? Député à l'Assemblée législative, juré au tribunal révolutionnaire, puis mis en prison par Robespierrre, il a été comparé à Bonaparte sous le Directoire. L'homme est un paradoxe vivant : issu de la vieille noblesse et très riche, il s'engage sans retenue dans la Révolution française aux côtés des plus démunis. Sous le Directoire, il échafaude avec Babeuf la conspiration des Égaux, puis théorise le concept - banal aujourd'hui, mais extrêmement neuf à l'époque - de "démocratie représentative", dont il est le père inconnu. Opposant à la dictature de Bonaparte, il se retire à Arles après 1800 pour y devenir le bienfaiteur de sa ville et de son quartier.

  • Dans cet ouvrage, facilement accessible malgré son caractère scientifique, les deux auteurs rapportent leurs investigations dans la pyramide de Snefrou (vers 2500 av. J.-C.) à Dahchour-Sud, dite «rhomboïdale» du fait d'une rupture de pente à mi-hauteur. Le lecteur se trouve emporté dans l'aventure de cette découverte archéologique où les chercheurs analysent les problèmes que suppose une telle construction, expliquent de manière très claire les solutions possiblement trouvées par les Égyptiens bâtisseurs et nous conduisent - point d'orgue de la démonstration - à l'existence d'une troisième chambre, jusque-là inconnue.


  • Journaliste d'investigation, J.-P. Desbordes a enquêté sur les pratiques marketing visant les enfants à travers la diffusion de programme leur étant destiné.


  • Que penser de l'actuel conflit international sur la question du nucléaire iranien : Quelle est l'origine de la crise qui oppose les Etats-Unis et l'Iran ? Quels seul les changements qui ont fait de l'allie privilégié des USA dans la région un "étau voyou" ? Que faut-il comprendre par République islamique ? Quelle soit les instances et les personnes qui modèlent celte théocratie ? Quelle politique adopter face à la menace d'une guerre Le dissident iranien Rahman Nirumand, grand connaisseur du sujet, propose ici une nouvelle lecture des provocations iraniennes. D'une écriture alerte et nourrie d'informations "de l'intérieur", cet essai est une contribution essentielle pour comprendre les enjeux contemporains au Moyen-Orient.

  • Quatorze auteurs prestigieux pour ce nouvel opus de la collection « Questions vives », en coédition avec l'IHEST.

  • La naissance de l'écriture, puis l'apparition et la métamorphose de ses différents supports, du codex à l'Internet, en passant par l'invention de l'imprimerie et des caractères mobiles, ont constitué, à travers l'histoire, autant d'étapes essentielles dans la diffusion du savoir.
    A ceux qui s'interrogent sur le déroulement et les conséquences de ces révolutions de l'écrit, Jean-Pierre Gérault et Alain Pierrot proposent une analyse qui permettra de mieux comprendre à quel avenir le livre est promis.

  • Se nourrir : la banalité quotidienne de ce geste vient d'être brutalement interrogée par les récentes crises alimentaires qui ont ravivé chez le consommateur des peurs archaïques.
    L'innocuité des aliments ne saurait cependant suffire à les décréter "bons" à manger. Même si la plupart des pratiques alimentaires de nos contemporains semblent émancipées des législations religieuses, dans toutes les cultures, les repas impliquent de sélectionner des aliments et c'est hors tout motif religieux que les Coréens consomment la chair des chiens et les Français celle des grenouilles...
    C'est sans doute parce que la nourriture constitue l'archétype de tout ce qui est hors de l'homme et qu'il doit faire sien en l'incorporant que chaque religion a élaboré, à travers ses ouvrages sacrés, une manière "morale" d'avaler des parties du monde. Les prohibitions alimentaires évoquées dans le présent ouvrage concernent, de près ou de loin, presque deux milliards de chrétiens, plus de un milliard de musulmans, huit cents millions d'hindous et près de quatorze millions de juifs.
    Parce que l'acte de se nourrir, s'il s'effectue au présent ne cesse pour autant de se conjuguer au passé, il convenait d'interroger la rémanence, dans le rapport de nos contemporains à leurs nourritures, d'un héritage religieux dont sont pétries les différentes civilisations afin de relativiser les interprétations hygiénistes, médicales ou diététiques trop souvent privilégiées par les sociétés actuelles dans leur tentative de rationnaliser à l'excès le geste alimentaire.

  • Dans ce début de xxie siècle, déjà si plein de bruit et de fureur, la figure de germaine tillion peut nous servir de repère.
    Connue pour ses engagements, notamment dans la résistance et à propos de la guerre d'algérie, germaine tillion reste en revanche bien trop méconnue comme ethnologue. a l'occasion de la 1re conférence germainetillion d'anthropologie méditerranéenne qui s'est tenue à aix-en-provence en mars 2002, tzvetan todorov a écrit ce texte qui éclaire l'oeuvre-vie de germaine tillion. christian bromberger nous révèle quant à lui l'immense apport de germaine tillion dans la connaissance du monde méditerranéen.
    Le harem et les cousins, qu'elle a écrit, est une étape très importante pour comprendre les formes de la parenté et la situation des femmes en méditerranée. "si l'ethnologie, qui est affaire de patience, d'écoute, de courtoisie et de temps, peut encore servir à quelque chose, c'est à apprendre à vivre ensemble. " n'est-ce pas ce dont nous avons le plus grand besoin aujourd'hui ? ce livre, enrichi de photographies inédites de germaine tillion, répond à cette attente.

empty