Benevent

  • Objectif trente juin

    Robert Briquet

    • Benevent
    • 13 Septembre 2011

    Un jeune chef d'école découvre toutes les facettes de son nouveau métier. Surtout les faces cachées. Avec un humour omniprésent, tendre ou caustique, parfois féroce.
    De surprises en aventures, de découvertes en pas de danse, de fêtes en poursuites, il vous entraîne avec son équipe d'enseignants, sur un rythme endiablé, dans une sarabande de péripéties hilarantes, désopilantes.
    Il côtoie, rencontre, travaille avec des personnages étonnants, drôles ou surprenants.
    Il découvre avec surprise qu'être chef d'école, c'est exercer dix métiers à la fois.
    L'aventure est derrière la porte ! Parfois même dans le bureau. Toujours renouvelée. Haletante.
    Son objectif : survivre à son année scolaire et atteindre le trente juin.
    L'école comme vous ne l'avez jamais vue ! L'école comme vous ne l'avez jamais imaginée.
    Ce roman est destiné aux chefs d'école, à ceux qui vont l'être, à ceux qui l'ont été, à ceux qui n'ont pas pu l'être, à ceux qui ne le seront jamais, à ceux qui n'ont pas voulu l'être, à ceux qui un jour ont fréquenté l'école. Aux enseignants, aux élèves, aux parents. Bref à tous. et surtout à ceux qui aiment rire.

  • La trace d'un géant

    Hédi Jouini

    Musicien auteur compositeur et interprète par héritage, batteur de Claude François, Mike Brant, Earl Lett, sax de Ike and Tina Turner, Errol Garner, Manu Dibango, Myriam Makéba et d'autres... L'écriture s'est imposée à moi après une longue réflexion qui prendra sa source à la disparition de mon père, Hédi Jouini. Enfant, je n'ai rien connu de ce père si peu présent. J'ai mal vécu ses absences répétées ; le manque d'amour et de sollicitude de sa part, ses interminables voyages professionnels vont faire naître en moi un désamour qui s'installera durant mon adolescence et perdurera. Mais à sa disparition en 1990, j'ai mis le nez dans une montagne d'archives le concernant, et au fur et à mesure que je pénétrais son univers, l'homme qui dans mes souvenirs d'enfance semblait inabordable, autoritaire et toujours absent, focalisé sur son art, la musique, allait prendre l'allure d'un géant de la chanson arabe, ce que j'ignorais totalement et que j'allais découvrir. J'ai compris alors qui était Hédi Jouini et je suis tombé en amour pour ce père qui m'a tant manqué.

  • Au Maroc

    Alice Payret

    • Benevent
    • 12 Janvier 2009

    Dans ce 8e livre, Alice Payret nous fait revivre au Maroc dans les années où ce pays est arrivé à se libérer du Protectorat de la France, d'une façon assez bien conduite, avec un minimum de difficultés.
    Le récit, toujours sobre, cependant près de la vie d'Alice, est suivi de photos de l'auteur, ainsi que d'une série de dessins originaux à l'encre de chine.
    Une deuxième partie du livre est constituée de lettres reçues par l'auteur après son départ du Maroc. Ce sont des témoignages, écrits avec une grande spontanéité, par quelques élèves qui deviennent des amis, dans une correspondance où apparaît leur vie au lycée et dans leur pays.
    Ia. Matviichine

  • La vie

    Payret Alice

    Pour Alice Payret, qui a présenté déjà une dizaine de livres, cette conclusion que nous essayons de formuler se dégage de toute sa production, variée et riche, de toute sa vie. Plus que jamais, c'est ici une succession de notes chantantes et brèves, par des mots simples, aussi simples que ses encres de Chine, aussi parlantes et spontanées. Peut-être, peut-on dire, qu'elle ne calcule pas longtemps ses mots ! Sans doute ne voulait-elle pas s'attarder.

  • C'est après cette partie de vie, entre l'enfance et l'âge viril, le premier temps des choses passées, où l'adolescent devient homme et responsable, que je ne pus supporter cette action de violence par abus d'autorité, perpétrée par les intrus du IIIe reich.
    Authentique est la narration des faits vécus pendant la période où, les Français ne voulant plus subir l'invasion barbare de l'Allemagne, je pris part - à 20 ans, conscient de tous les risques, de toutes les difficultés -, aux combats menés par la résistance française pour en chasser les malséants.
    Ce témoignage est une marque de respect devant la dignité de ces hommes d'honneur, résistant à l'occupation allemande, qui, en me soustrayant à la déportation au péril de leur vie, sauvèrent la mienne.
    Malgré l'estime, le respect et la vénération qui n'ont cessé de m'habiter, ce n'est qu'à titre posthume, par gratitude en souvenir du bienfait reçu, qu'il m'a été essentiel de les nommer.

  • Avant tout le coeur

    Payret

    9782756322124R Avant tout, le coeur Les poèmes sont des façons de dire, légères ou profondes, selon l'état de chacun et que chacun peut aimer plus ou moins.

    Ici et là, chacun peut en prendre sa part, et vouloir en retenir l'essentiel, du moins pour en garder un heureux reflet et pour que lui revienne peut-être un jour cette pensée chantante et riche de sens, qu'il peut aimer comme venue d'un ami.

    L'ensemble unit la poésie au dessin et façonne une pensée originale, alliant les diverses possibilités de pénétrer la réalité.


    Iaroslav Matviichine

  • Le temps des cerises

    Neel

    9782756321394R Le temps des cerises [...] " - Et bé, Maïu, c'est bien le moment de piquer un roupillon. On vit des heures historiques et ce gros égoïste ronfle tout ce qu'il peut à côté de la fraternité retrouvée. Regardez-moi ça. La gauche et la droite, Frachon et Tessier, Marianne et Marie qui se serrent la main. On n'a jamais vu ça.
    - Bon goui ! Francine, pince-moi si je rêve. C'est encore mieux qu'à la Libération. Alors, dis, la grève est reconduite ? Qu'est-ce qui s'est passé ? J'ai eu un petit moment d'absence... Les pages d'histoire, moi, ça me fait dormir...
    - La grève continue. Tout le monde est d'accord. Il va y avoir une grande journée de manifestation dans toute la ville. Du jamais vu. On va gagner, Maïu, les patrons vont plier. C'est pas Dieu possible de voir ça. Tenez, faut que je vous bise, Maïu, c'est trop de bonheur ! " [...] Croiser deux histoires, l'une sociale, l'autre individuelle, surgies à l'époque de l'après Seconde Guerre mondiale, dans une petite ville ouvrière du département de la Loire, c'est ce qu'a tenté l'auteur qui a créé une fiction et qui ne veut pas jouer à l'historien.

    Le récit alterne les descriptions et les dialogues, refusant toute nostalgie qui enfermerait le lecteur dans un passé révolu. Les personnages qui vivent au début de la IVe République ont des colères, des enthousiasmes, des idéaux que ne renieraient pas les enfants, les femmes et les hommes du début du XXIe siècle. L'auteur a choisi précisément de privilégier l'humour et la poésie, deux tournures d'esprit qu'on voudrait éternelles.

  • Mina et sa soeur jumelle ont choisi un parcours de vie que tout oppose. Pour la première, la réussite sociale était le fondement d'une vie accomplie ; pour la seconde, les joies simples d'une vie de famille. Mais un problème de santé sérieux viendra bouleverser tout ce en quoi Mina croyait. Partie sur le Nouveau Continent où elle devient une architecte reconnue, ses pas la ramèneront vers ses racines tel un retour aux sources de son être intime. Et si tout cela avait été orchestré pour la conduire vers son destin ?
    Un destin qui donnera tout son sens à sa vie et un sens spirituel à l'humanité. Avec pour toile de fond le majestueux décor des Pyrénées de la Catalogne du Nord, elle se lancera dans la quête de la vérité sur la mort mystérieuse d'une jeune fille au siècle dernier. Mina découvrira qu'il existe des passerelles dans le temps. Elle se retrouvera plongée à son corps défendant dans une enquête aussi palpitante qu'effrayante. Mais au terme de sa " Mission ", le voile qui obscurcissait son esprit sera levé. Elle trouvera le véritable amour, celui d'un homme mais aussi celui de soi et des autres. Ainsi que sa raison d'être et de croire que la vie est un formidable voyage initiatique de ce qui en est l'essence fondamentale, l'âme.

  • Découvrez Grandeur et servitudes policières, la vie d'un flic, le livre de Jean Baklouti. Cet ouvrage, écrit par un ancien Haut Fonctionnaire de la Police, témoin actif d?une époque, constitue un plus et apporte un éclairage nouveau sur les combats menés par les flics de la DST, pour : juguler les menées subversives, combattre le terrorisme et neutraliser les services d?espionnage adverses, suivre et au besoin maîtriser des affaires politico-judiciaires, l?affaire des diamants de Giscard, l?affaire des fuites et les soupçons portés sur François Mitterrand, l?assassinat d?Henri Curiel, les exactions de la « main rouge » ou l?activité de certains hommes qui ont fait l?actualité du moment. En plus du témoignage, il tient, comme le titre de l?ouvrage l?indique, Grandeur et servitudes, à souligner les difficultés rencontrées pour exercer ce métier sans subir les contraintes du pouvoir politique du moment et tenter de contrôler l?activité de certains services de renseignements dits amis comme le « Mossad » ou encore évaluer à leur juste valeur les rodomontades du président libyen Khadafi. En 1981, à l?arrivée des socialistes au pouvoir, qui avaient dans un premier temps envisagé de dissoudre la DST, il a été considéré comme le « Deus Ex Machina » de ce service et fait l?objet de nombreuses tentatives pour le « placardiser ». Imperturbable, il a poursuivi sa tâche, sans faiblir et sans attacher d?importance aux attaques dont il a été l?objet de la part de certains journalistes politiquement engagés. Sa ligne de conduite a été payante puisqu?il sera finalement confirmé à son poste par le nouveau ministre de l?Intérieur Gaston Deferre, qui n?hésitera d?ailleurs pas à le faire nommer Inspecteur Général de la Police nationale par le président Mitterand et décorer en personne, par le secrétaire d?État à la Police, Joseph Franceschi, de la rosette du Mérite National. Jean Baklouti prendra sa retraite en 1984, heureux d?avoir exercé un métier, actif, plein d?enseignements, humain, hélas mal connu de la population, décrié à tort. Il est toujours prêt à recommencer.

  • À l'âge de vingt-deux ans, Arnaud, touché par la foi, quitte son Congo natal pour la France, le 15 septembre 1996. Comment être Africain en Europe ? Il nous raconte la nostalgie d'un passé africain, sa découverte des « ancêtres les Gaulois », ses rencontres riches en amitié et en partage, ses doutes sur sa vocation, son attention envers les petits, sa rencontre de la souffrance, ses réflexions sur la foi et l'amour, et son interprétation de la finale de foot entre la France et l'Italie !
    C'est réellement le journal d'un curé africain en campagne française. À coeur ouvert, le jeune prêtre nous fait entrer dans l'univers intime de sa vie de foi, d'homme et d'étranger. Et même si vous ne rencontrez jamais le père Arnaud, à travers la lecture de son ouvrage, il deviendra l'un de vos amis.

  • La malédiction

    Jacques Garcin

    Le prix de la liberté sera cette malédiction, qui scellera à jamais leurs destins à tous et le rêve d'émancipation de l'un d'entre eux deviendra au fil du temps un cauchemar pour le reste de la famille. Ni le temps ni la bienveillance d'un oncle dévoué ne parviendront à éloigner ces fantômes qui vont continuer à rôder autour des vivants jusqu'à ce matin froid de janvier.
    Ce roman est tiré d'une histoire authentique plus terrible encore. De la famille frappée par l'épreuve, nul n'est resté pour témoigner. Enfants, quand d'aventure nos jeux nous entraînaient vers ces pierres calcinées où les ronces partaient à l'assaut des maigres murs encore debout, nos parents apprenant le soir nos escapades nous grondaient avec dans la voix un mélange de crainte et de colère :
    " N'approchez pas de la malédiction "

  • Jonathan, jeune Anglais de douze ans, prend l'avion pour aller passer ses vacances scolaires chez son père, sur l'île de la Réunion dans l'océan Indien. Quand des parents sont divorcés et qu'ils habitent à des milliers de kilomètres l'un de l'autre, il faut aimer voyager !
    Pourtant, Jonathan ne se doute pas que ce voyage sera bien différent de ceux qu'il fait régulièrement. On ne tombe pas tous les jours d'un avion !
    Mais aussi, pourquoi sa bonne grand-mère Hyacinthe lui avait-elle raconté toutes ces histoires du temps de l'esclavage ?

  • En 1939, lorsque la Deuxième Guerre mondiale éclata, Pierre Berchet avait treize ans.
    Ce n'était encore qu'un très jeune adolescent qui vivait dans l'insouciance. Mais le départ de son père pour la guerre allait changer bien des choses dans sa vie : il allait se retrouver devant des responsabilités que son jeune âge ne lui avait même pas fait entrevoir. Il allait devoir travailler pour aider sa mère.
    Mais l'année suivante, une catastrophe venait endeuiller le pays. La France perdait la guerre, les troupes allemandes occupaient la moitié du territoire et y instauraient de très sévères privations.
    Le manque de nourriture allait peser très lourd sur la santé de Pierre, et encore bien davantage puisqu'il était en pleine croissance.
    Heureusement pour lui, des gens bien placés veillaient sur lui et le firent soigner. Mais bien que leur dévouement fût sans faille, il conserva tout de même sa faiblesse et il allait la ressentir toute sa vie.
    Durant ces quatre années de privations et de souffrances, que Pierre et sa mère supportèrent stoïquement, ils eurent tout de même la chance d'avoir de véritables amis qui firent tout ce qu'ils purent pour leur faire oublier ces terribles moments, et ils purent leur parler aussi de cet être cher qui leur manquait tant.

  • Autant l etre

    Bartoli

    Ma Belle ! ô fruit de mes passions/J'ai grâce à toi de l'ambition./De l'espérance et du bonheur/Tu me donnes du baume au coeur !/ô Belle ! ô fruit de mon amour Il en est que je le savoure,/Il en est tout rempli de pleurs./Et si grand que le premier jour/ Cela me sera pour toujours/ Auprès de la plus jolie Fleur ?

  • La bibliothèque...

    Patrick Gauthier

    C'est en revisitant son école quelque quarante ans plus tard, et notamment lorsqu'il ouvre la bibliothèque, ce grand meuble au fond de son ancienne classe, que toute sa vie bascule. Les émotions qui ressurgissent des livres en sommeil depuis des décennies ont une puissance étrange...
    Avec ses deux amis d'enfance retrouvés, ils connaîtront alors d'invraisemblables aventures dont ils ne sortiront pas indemnes.
    Peu à peu, il réalise que le monde que nous percevons n'est que la partie infime d'un tout... Et fortuitement, il découvrira un secret terrifiant, peut-être une porte ouverte sur l'éternité !
    Et si la clef n'était autre que l'amour d'une grand-mère ?

  • Le client est venu. C'est déjà ça.
    Thomas se décide à aller lui parler pour lui faire ses dernières recommandations. Jérémy a mis un pantalon vert à carreaux et une veste de costume bleue à rayures. À gerber. Il a même pensé à la pochette blanche pour faire élégant et compléter sa tenue et Thomas n'en revient pas : Mais... mais putain... c'est pas possible... ta pochette c'est une feuille d'essuie-mains... je meurs... pas croyable ! Garde-la, ça va émouvoir le Tribunal, fais la sortir plus pour qu'on la voit bien. Génial ! T'es une vedette. Comme revigoré, l'avocat sent l'énergie lui revenir et, sans mentir, s'il devait plaider à cet instant il péterait tout. Mais l'audience dure et son dossier tarde à être appelé. La motivation repart et la tension artérielle monte. Il sent que sa poitrine et sa tête se resserrent.

  • Mots dits

    Ambgs

    Mes semblables / mes très semblables / mes consciences éparpillées / je voudrais de vous ces regards / que donne parfois l'harmonie de la tiédeur de l'air / dans les rues d'une ville

  • Moments de vie

    Bernadette Camachon

    • Benevent
    • 22 Juillet 2010

    Dans chacun de ces textes se cache une histoire vécue. On y trouvera de la joie, de la peine, de l'espoir, des réflexions sur le monde, un peu d'humour aussi ! « Écrire pour l'âme », celle des autres et la mienne également, c'est ce que j'ai tenté de faire à travers mes textes. L'écriture est pour moi un réel soutien, un exutoire, un espace où je me sens libre de m'exprimer. Il suffirait juste de regarder au delà des maux et des phrases qu'ils engendrent, alors on pourra reconnaître, au détour de ces pages, un de nos moments de vie...

empty