Chocolat

  • Deux jardiniers raconte l´histoire de deux voisins, un ours et un singe, qui rêvent de voir pousser dans leurs champs des fleurs bleues pour l´un, des palmiers pour l´autre. Deux envies et deux façons de faire bien différentes pour ces deux voisins qui ne se ressemblent pas tellement mais que leurs projets horticoles vont rapprocher. Sans être didactique, l´histoire nous fait comprendre que réaliser un rêve ou un projet demande des efforts, du travail, et qu´on est parfois, surtout au jardin, tributaire du hasard, des conditions, du temps qu´il fait. Ce livre a reçu le soutien de la ville de Nanterre dans le cadre de l´action Livre Mater à destination des enfants de maternelle.

  • Le Monde perdu est une grande carte au trésor qui se déplie : Au fur et à mesure que l´on déplie la carte, on découvre, dans les versos illustrés en regard, l´histoire du jeune cartographe et de son aventure chez les pirates, partis à la découverte d´un monde perdu. Un livre objet très original, dans l´esthétique et l´univers de la piraterie.

  • à table !

    Collectif

    Les enfants voient défiler dans leur journée beaucoup plus de dessins que de photos ; pourtant, cellesci les aident à découvrir le vrai monde, à leur donner un référent pour apprécier d'autant mieux l'interprétation qu'est l'illustration. Ce rapport au réel, l'immédiateté de l'émerveillement que procure une belle photo, tel est le point de départ de la collection «Petits focus» : Proposer de très belles prises de vue d'animaux, sélectionnées dans ce souci cher aux Éditions Chocolat d'éveiller les plus jeunes à l'esthétique et la beauté graphique.
    Pour sortir des thématiques récurrentes des animaux de la ferme ou des bois, chaque galerie de portraits s'organise par activité : Nos charmants animaux sont endormis (Dodo !), à l'heure du repas (À table !), en pleine course (Vite !), nagent (À l'eau !) ou s'envolent (En plein vol !).

  • Une grande ville, une journée ensoleillée. Soudain, des ombres immenses envahissent les rues : celles de baleines gigantesques, flottant entre les immeubles. Une crise pour les hautes sphères de l'État, qui réagit à l'invasion placide des cétacés par une violence aveugle et aveuglante. Le réalisme chirurgical du dessin de Tommaso Carozzi vient illustrer la douce folie de cette fable muette imaginée par Davide Calì. Chocolat s'offre un petit détour dans la bande dessinée avec ce "Jour des baleines", livre muet, silencieux, poétique, tout en noir et blanc, envoûtant et dérangeant, comme un vieil épisode de la quatrième dimension. Pour l'occasion ce bel ovni s'adresse aux lecteurs ado/adultes, mais ne déroge pas à la ligne éditoriale : un conte, un minimum de texte, des illustrations magnifiques.

  • Deux chemins

    Raùl Guridi

    • Chocolat
    • 12 Février 2019

    Deux personnages quittent leur maison par deux chemins différents.
    Chacun rencontre des situations qu'il devra surmonter pour aller de l'avant... Bien sûr, des coïncidences se produisent, les routes se croisent et parfois elles mènent à l'inattendu.

  • «Bienvenue au fond du marais ! Permettez que je me présente : On m'appelle Pam, et c'est vrai, je suis une vilaine plante». Séduisante, fatale, vénéneuse et vorace, Pam est une plante carnivore comme on en rencontre peu. En vers, et tout en malice, elle nous brosse son propre portrait, mi-envoûtant, mieffrayant : En effet, peu de créatures trouvent grâce à ses yeux -mouches, vers, criquets, crapauds, rats, font son régal, et son appétit reste son meilleur conseiller. Dès lors, on hésiterait presque à retirer nos mains du livre, de crainte d'y laisser un doigt ! À mi-chemin entre l'étude botanique et la galerie des monstres, Pam promène sa fatale élégance au fil des pages.Avec son graphisme décalé et poétique, et ses quatrains aux accents de Tim Burton, elle est un anti héros craquant, une méchante comme on les adore, latine, cruelle et haute en couleurs dans un univers sombre et fantasque.

  • Grimm : la clé d'or

    Joseph Vernot

    • Chocolat
    • 15 Octobre 2016

    La Clé d'Or raconte comment un jeune homme trouve un clé, puis le coffre qu'elle ouvre. Mais nous n'en saurons pas plus sur le mystérieux contenu !
    La Clé d'Or est l'un des rares « contes-attrape » des frères Grimm : un conte très court qui se termine en pied de nez à l'auditeur ou au lecteur. Le recueil Contes de l'enfance et du foyer se referme sur ce petit texte : les frères Grimm voyaient en lui une métaphore du genre même du conte : dépourvu de fin, il est à l'image du genre tout entier, qui connaît une multitude de fluctuations au gré des époques et des conteurs, mais qui est néanmoins porteur de messages à qui veut les entendre.
    Ce conte très court, dans lequel il ne se passe presque rien et qui laisse toute la place à l'imaginaire du lecteur, contient tous les ingrédients d'un bel album Chocolat ! et faisait partie de nos projets depuis 2008. Pour ce conte emblématique, nous jouons la carte de la belle édition classique, dans un format allongé très élégant, avec dorure en couverture et pages intérieures, et les illustrations ciselées de Joseph Vernot.

  • Monsieur Walter

    Clément Lefèvre

    On trouve le temps long, assis sur un toit, comme le malheureux Monsieur Walter, surpris par un orage interminable qui a tout inondé. Que faire ? Attendre. Attendre la décrue. Et puis soudain, la maison d'une poule vient heurter la sienne.Pour ce conte, petit trésor de douceur et de lenteur, Chocolat a offert un très beau format à Clément Lefèvre. Avec une maîtrise graphique toujours inoxydable, il y plante le décor de cette immense étendue d'eau, dans laquelle baigne la mauvaise fortune de Monsieur Walter et son étonnant projet de cité lacustre. Avec ce livre, Chocolat renoue avec l'équilibre touchant des Vacances de Monsieur Rhino : Un texte discret et mesuré qui laisse toute leur place au talent et à la maîtrise remarquables de Clément Lefèvre.

  • Kibo est un rhinocéros inspiré : chaque soir il écrit. Sur le soleil brûlant et la fraîcheur de l'ombre, sur le ciel rouge, la danse des zèbres, l'odeur des herbes jaunes, et mille autres choses de l'envoûtante savane. Il écrit tellement qu'il finit par remplir tout un livre. Emporté par Naki la cigogne, son livre va s'envoler par delà l'horizon, et passer de mains en mains : celles de Camilo le lion, de Simon le lapin, de Valentine la poule rousse, de Nanuk l'ours blanc de la banquise... Chacun de ces lecteurs successifs est emporté par la chaleur et la magie du livre de Kibo, et le livre voyageur fait voyager tous ses lecteurs...
    A travers des illustrations colorées, vivantes, habitées, Mariana Ruiz Johnson nous parle de la magie de l'imaginaire, du cortège d'inspirations et de sentiments qu'apporte un livre à ceux qui prennent la peine de l'ouvrir. Manifeste discret du pouvoir de la lecture, "Le livre de Kibo" est une sorte de mise en abîme, un livre qui parle d'un livre, emportant les petits lecteurs dans le monde de Mariana Ruiz Johnson, comme sont emportés le lion Camilo ou l'ours blanc Nanuk dans celui de Kibo. Un livre chatoyant et tout en retenue, un livre parfaitement Chocolat !

  • En plein vol !

    Collectif

    • Chocolat
    • 6 Septembre 2016

    Les enfants voient défiler dans leur journée beaucoup plus de dessins que de photos ; pourtant, cellesci les aident à découvrir le vrai monde, à leur donner un référent pour apprécier d'autant mieux l'interprétation qu'est l'illustration. Ce rapport au réel, l'immédiateté de l'émerveillement que procure une belle photo, tel est le point de départ de la collection «Petits focus» : Proposer de très belles prises de vue d'animaux, sélectionnées dans ce souci cher aux Éditions Chocolat d'éveiller les plus jeunes à l'esthétique et la beauté graphique.
    Pour sortir des thématiques récurrentes des animaux de la ferme ou des bois, chaque galerie de portraits s'organise par activité : Nos charmants animaux sont endormis (Dodo !), à l'heure du repas (À table !), en pleine course (Vite !), nagent (À l'eau !) ou s'envolent (En plein vol !).

  • Drako

    Benoît Perroud

    Pio, Rému et Jadi se préparent à un grand concours de skate-board. Un jour, un inconnu fait son entrée en piste. En même temps, d'étranges rumeurs se répandent en ville sur un rôdeur infréquentable...
    Le talentueux Benoît Perroud signe le texte et les illustrations de ce palpitant polar urbain aux couleurs acidulées, campé dans un décor de skate-park et de courses-poursuites. Nul besoin d'être un spécialiste des kickflips, slides et autres grinds pour glisser dans l'intrigue et son univers graphique inventif et audacieux : Drako va captiver les agités comme les plus placides !

  • Théotim a toujours été très doué pour retrouver les choses : objets perdus, chats égarés, clefs oubliées... Mais aujourd'hui c'est différent, c'est une personne qui a disparu : la jolie Piccola Bianca ! Tout le village est en émoi, et se tourne vers Théotim pour qu'il mène l'enquête. Pas si simple ! Surtout qu'entre ce que les gens croient avoir vu et la réalité, il y a parfois un fossé ! Après La pêche à la Lanterne, Simon Moreau nous embarque dans un nouvel univers surprenant et poétique, au couleurs inattendues.
    Jouant sur les formes, les silhouettes et les interprétations qu'en ont les témoins, cette petite enquête champêtre et mystérieuse emmène le lecteur à déjouer une à une les fausses pistes.

  • Un bruit court ce matin dans l'école : une licorne serait cachée au sous-sol. Alors les hypothèses vont bon-train : Est-ce une licorne qui veut apprendre à lire ? Pourquoi se cache-t-elle au sous-sol ? Pourrat- on la coiffer ? Élèves, maîtres et directrice, chacun y va de ce qu'il convient de croire, de faire et d'imaginer...

  • à l'eau !

    Collectif

    Les enfants voient défiler dans leur journée beaucoup plus de dessins que de photos ; pourtant, celles-ci les aident à découvrir le vrai monde, à leur donner un référent pour apprécier d'autant mieux l'interprétation qu'est l'illustration. Ce rapport au réel, l'immédiateté de l'émerveillement que procure une belle photo, tel est le point de départ de la collection «Petits focus» : Proposer de très belles prises de vue d'animaux, sélectionnées dans ce souci cher aux Éditions Chocolat d'éveiller les plus jeunes à l'esthétique et la beauté graphique.
    Pour sortir des thématiques récurrentes des animaux de la ferme ou des bois, chaque galerie de portraits s'organise par activité : Nos charmants animaux sont endormis (Dodo !), à l'heure du repas (À table !), en pleine course (Vite !), nagent (À l'eau !) ou s'envolent (En plein vol !).

  • Chaque dimanche soir, alors que l'heure du souper approche, Mariette sort de chez elle sur la pointe des pieds.
    Puis elle court pour rejoindre son Petit Bois. Nous la suivons au fil des pages, pour faire avec elle de bien curieuses rencontres, pour pénétrer dans ce petit bout de monde imaginaire. De lentes minutes s'égrennent, alors qu'elle rejoint quelques êtres étranges : Lézard noir le grand herboriste du Petit Bois, Solitaire-Jack à la Cabane Sans Nom, Oie-bel-oeil et son hôtel, ou encore les frères Corbeau.
    Mariette partage avec eux quelques instants suspendus, magiques, avant le retour sonnant du lundi matin. Ce petit bois ressemble à celui que nous explorons en songe : féerique, intrigant, merveilleux, lointain, un refuge dans lequel nous nous jetons éperdument, pour échapper au spleen universel du dimanche soir. Estelle Billon nous décrit avec une grande économie les êtres étonnants qu'elle croisait dans son petit bois, tandis que Xavier Collette leur prête le visage de ceux qui peuplaient le sien.
    Une visite envoûtante et rassérenante pour s'évader chaque fin de semaine !

  • " C'est un voleur d'enfant, avec de longues dents, pointues comme des couteaux. On ne sait pas d'où il vient, qui il est encore moins, mais on sait où il va...".
    Au fil d'une litanie lancinante, Michaël Escoffier dresse le portrait inquiétant de ce voleur d'enfants, parcourant la campagne à la recherche d'innocentes têtes blondes... Les magnifiques illustrations de Clément Lefèvre habillent l'univers velouté de ce conte mystérieux et étrange, au surprenant dénouement : car si l'on frissonne déjà en ouvrant l'inquiétante couverture, les lecteurs refermeront la dernière page avec un sourire rassuré et ébloui... Talentueux et inspirés, les auteurs nous délivrent avec ce livre magnifique un petit bijou de poésie et de mystère.

  • L'escalier, faut pas y aller ! La recommandation de maman est claire et pourtant pleine de mystère... Pourquoi ne faut-il pas y aller ? Son petit curieux de fils s'imagine une par une toutes les bonnes raisons qui pourraient justifier cette interdiction. Dans sa petite tête, ce n'est pas le danger d'une chute domestique qu'il entrevoit, mais une foule de menaces fantasques et extraordinaires : sorcières, pirates, dragons et autres éléphants malpropres... Chocolat aime depuis toujours proposer aux plus jeunes de belles et grandes planches talentueuses et détaillées :
    C'est encore le cas aujourd'hui avec le travail de Poly Bernatene que nous mettons en avant depuis 2009. Petite nouveauté : c'est dans un format cartonné, articulé pour permettre une lecture du soir comme une lecture en groupe dans les classes et les bibliothèques, que «L'escalier» est envisagé. Le texte, rassemblé sur un rabat en fin de livre, permet aux enfants de se plonger avec bonheur dans ces grandes planches muettes explorant les mystères fantasmés d'un escalier interdit...

  • Jompirú

    ,

    Jompirú raconte l'histoire d'un jeune garçon qui retrouve son oiseau perdu et, chose moins banale, va rendre la nuit à son peuple.
    En effet, à la tombée de la nuit, dans le petit village où vit Jompirú, les habitants se rassemblent autour d'un feu de joie pour se raconter des histoires... Mais un soir, la nuit disparaît, et avec elle, bien sûr, les histoires autour du feu. Seule persiste une lumière éblouissante qui prive de rêves et de repos. À force d'ennui et d'épuisement, les habitants se décident à partir à la recherche de la nuit...
    Magistralement, les dessins de Raúl Nieto Guridi restituent la lumière aveuglante, les tremblements de terre, les soupirs d'un géant, les ombres dansantes d'auditeurs au coin du feu...
    Et le texte de Gustavo Roldán, en forme de conte ancestral, nous convie à rejoindre le feu de camp et à nous laisser emporter par la quête improbable du jeune Jompirú...

  • « Dans un petit village de Catalogne, il y a un cerisier juste au milieu de la place, en face d'une minuscule librairie. Et, dans ce cerisier, il y a un cheval haut perché qui refuse de descendre ».
    L'automne passe. Puis l'hiver, le printemps, et l'été. Si Alba, la petite fille silencieuse qui passe son temps dans la librairie s'accommode plutôt bien de cette présence inattendue, le libraire finit, après un an d'hésitations, à essayer de le faire descendre. Mais rien n'y fait : toutes ses idées s'épuisent les unes après les autres. C'est finalement la petite fille silencieuse, perchée à ses côtés pour lire ses livres chaque matin d'été, qui aura raison de l'immobilisme obstiné du cheval dans l'arbre.

  • Hymne au chocolat mais surtout à une vie rythmée par la passion et la créativité, ce beau livre relate le parcours de Jean-Luc Decluzeau. Au fil des pages, l'auteur nous raconte son passé et ce qui l'a poussé à devenir ce qu'il est aujourd'hui : un maître chocolatier, artiste et sculpteur de chocolat.

  • Hans la chance raconte l'histoire d'un serviteur en apparence fort chanceux, puisqu'il reçoit de son maître un lingot d'or aussi gros que sa tête, mais ce n'est qu'un début ! Hans l'échangera bientôt contre un cheval, qu'il troquera pour une vache, bientôt laissée pour un cochon, puis une oie.
    A se faire ainsi rouler à chacune de ses rencontres, notre promeneur, candide (et optimiste !), finira par savourer comme un bonheur ultime le simple contentement d'être là, libre, sous le soleil. On en tirera si on le souhaite une leçon, ou plus simplement on se laissera envahir par l'enthousiasme, la bonne humeur, l'indéboulonnable optimisme de Hans, pour enfin se dire que la chance est définitivement une question de point de vue.

  • Petit personnage naïf sorti d'on ne sait où,Martin arpente la campagne, par une belle journée ensoleillée, flanqué de deux acolytes silencieux, un papillon mal réveillé et un. une. on ne saurait dire ce que c'est vraiment.Leur chemin va croiser tour à tour celui de voisins malheureux,chacun en proie à un souci évident. Candide et enthousiaste, Martin leur vient en aide,mais ne déploie pour ce faire que des solutions absurdes, drôles, stupides et improbables.
    Si l'absurde prête à sourire,il est aussi touchant et poétique : L'inattendu est séduisant, il charme et interroge, comme les idées improbables de cet étonnant personnage.
    Fabienne Roulié déroule avec fraîcheur cette journée d'été par une narration très simple, presque épurée, quand Dankerleroux nous envoûte en installant ces rencontres loufoques dans une nature foisonnante et simple, le coin de pré idéal, le cadre magique de cette belle, très belle journée.

  • Voilà un nouveau petit voyage dans un monde étrange et magique comme on en traverse en rêve, ou dans certains albums «Chocolat»...
    Un monde peuplé de géants, d'arbres farceurs, de krakens et de gâteaux grincheux, décrits en vers sous la plume de Chae Strathie, et qui prennent vie sous les pinceaux du talentueux Poly Bernatene.
    Un monde tout en légèreté et en poésie, pas si inaccessible que ça pour les rêveurs...

  • Un matin de Juillet, une idée vient à Nine : passer la nuit dans l'arbre au fond du jardin. Après un aménagement sommaire, la fillette, flanquée de sa fidèle troupe -ses cousins Bill et Rosie, et Mouche le chien du voisin- investit le semblant de cabane pour une première nuit en aventuriers. Puis ce sera une autre nuit, puis une autre. au cours desquelles la troupe se réduit, pour cause de peur, de froid ou d'enfantillages. Nine, la plus téméraire assurément, finit par rester seule dans le vieil arbre, bravant avec lui le vent et l'orage, joue contre écorce. Estelle Billon Spagnol signe cette petite chronique d'une semaine estivale avec une retenue et une poésie touchantes, s'immisçant dans les petits défis de cette poignée de gamins. Une petite tranche d'été douce et enviable, surtout campée dans les décors magiques et lumineux d'Annette Marnat.

empty