Littérature générale

  • Avoir un lion pour meilleur ami ? C'est le rêve que vit Patricia. Chaque jour, dans la réserve que dirige son père, la petit fille retrouve King, un grand mâle qu'elle a recueilli lionceau et rendu à la vie sauvage. Mais King est en danger : Oriounga, un jeune Masaï, est décidé à le tuer pour gagner sa place parmi les guerriers de sa tribu...

    Un bouleversant roman d'aventures et d'amitié dans les paysages grandioses du Kilimandjaro

  • Une grande aventure en version abrégée ! Savant colérique et têtu, le professeur Lidenbrock a découvert dans un vieux manuscrit un surprenant message, oeuvre d'un alchimiste du XVIe siècle. Aussitôt, il entraîne son neveu Axel et leur guide islandais dans une incroyable expédition au centre de la Terre. Les rares indications laissées par leur hardi prédécesseur vont-elles suf?re à nos explorateurs pour trouver leur chemin dans les entrailles du globe ?

  • «Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
    Au fond de l'inconnu, pour trouver du nouveau !».
    Ces vers du «Voyage» éclairent à eux seuls l'entreprise du poète. Esprit vagabond, toujours mobile, Baudelaire explore les dédales de la conscience. Il atteint tantôt à l'extase, tantôt se perd dans les abîmes du péché. À travers ses poèmes, il nous fait partager le drame qui se joue en lui et qui n'est autre que la tragédie humaine. Baudelaire, premier poète moderne, donne à la poésie sa véritable dimension : exprimer, par-delà les mots, ce vertige absolu qui s'empare de l'âme. Tout chez lui, en lui affirme la nécessité de la souffrance, la fatalité du péché. Tout traduit en lui une âme profondément troublée mais charitable. Baudelaire fait des Fleurs du Mal un immense poème de la vie et du monde.

  • Escrimeur et poète accompli, Cyrano de Bergerac ne manque pas de panache. Il n'a qu'un défaut : son nez, aussi grand qu'un monument !Comment, affublé d'un nez pareil, avouer à Roxane, sa cousine, l'amour qu'il a pour elle ? Quand celle-ci s'éprend de Christian, jeune homme séduisant mais sans esprit, Cyrano fait à son rival une incroyable proposition : il lui prêtera ses mots pour faire la cour à la belle...

  • Victor Hugo a vingt-six ans quand il écrit, en deux mois et demi, Le Dernier Jour d'un Condamné, roman qui constitue sans doute le réquisitoire le plus véhément jamais prononcé contre la peine de mort.
    Nous ne saurons pas qui est le Condamné, nous ne saurons rien du crime qu'il a commis. Car le propos de l'auteur n'est pas d'entrer dans un débat mais d'exhiber l'horreur et l'absurdité de la situation dans laquelle se trouve n'importe quel homme à qui l'on va trancher le cou dans quelques heures.
    Ce roman - aux accents souvent étrangement modernes - a une telle puissance de suggestion que le lecteur finit par s'identifier au narrateur dont il partage tour à tour l'angoisse et les vaines espérances. Jusqu'aux dernières lignes du livre, le génie de Victor Hugo nous fait participer à une attente effarée : celle du bruit grinçant que fera le couperet se précipitant dans les rails de la guillotine.
    Quiconque aura lu ce livre n'oubliera plus jamais cette saisissante leçon d'écriture et d'humanité.

  • Le jeune d'Artagnan, gentilhomme fougueux et téméraire, rêve de devenir mousquetaire du roi.
    Dès son arrivée et Paris, il est plongé au coeur d'un terrible complot contre la reine, ourdi par le cardinal de Richelieu. Duels, traquenards, enlèvements : le danger menace à chaque instant. Mais d'Artagnan peut compter sur ses nouveaux amis, Athos, Porthos et Aramis. Tous pour un, un pour tous ! Un grand roman d'aventures dans une version abrégée.

  • Nouvel élève à Sainte-Agathe, Augustin Meaulnes fascine François dont il devient le meilleur ami. Un jour d'hiver, il disparaît. A son retour, il n'est plus le même. Où est-il allé ? Qu'a-t-il vécu de si extraordinaire? Seul françois est dans la confidence. Ce secret partagé va changer pour toujours le destin des deux garçons...
    Entre réalisme et merveilleux, une bouleversante histoire d'amour et d'amité. L'unique roman d'un jeune écrivain mort à la guerre de 1914.

  • « Juliette Veux-tu partir ? Ce n'est pas encore le jour.
    C'était le rossignol, non l'alouette, Qui perçait le tympan craintif de ton oreille.
    Il chante chaque nuit sous ce grenadier.
    Crois-moi, mon bien-aimé, c'était le rossignol.
    Roméo C'est l'alouette, hélas, messagère du jour, Et non le rossignol. Vois, mon aimée, Quelles lueurs là-bas, ourlent envieusement Les nuages à l'est et les séparent.
    Les flambeaux de la nuit se sont consumés et l'aube joyeuse Touche du bout du pied le sommet brumeux des collines.
    Je dois partir et vivre, ou rester et mourir. » (Acte III, scène V).

  • «Michel Strogoff était un de ces hommes qui ne s'arrêtent que le jour où ils tombent morts.» La mort, elle rôde partout où il se trouve, elle le traque. Le capitaine Michel Strogoff a juré au czar Alexandre II de porter un important message de Pétersbourg à Irkoutsk, assiégée par les Tartares. Pour ne pas faillir à sa mission, il affrontera les loups, déjouera les pièges des hommes, au cours d'un voyage qui le conduira jusqu'en lointaine Sibérie...

  • Une balle pourtant, mieux ajustée ou plus traître que les autres, finit par atteindre l'enfant feu follet. On vit Gavroche chanceler, puis il s'affaissa. Toute la barricade poussa un cri ; mais il y avait de l'Antée dans ce pygmée ; pour le gamin toucher la terre ; Gavroche n'était tombé que pour se redresser ; il resta assis sur son séant, un long filet de sang rayait son visage, il éleva ses deux bras en l'air, regarda du côté d'om était venu le coup, et se mit à chanter.

  • La Princesse de Clèves montre l'effet ravageur de la passion dans une âme qui se veut maîtresse d'elle-même. De la première rencontre avec le duc de Nemours jusqu'à la fuite finale dans le « repos », en passant par un aveu qui cause la mort de son mari, Mme de Clèves assiste lucidement à une déroute contre laquelle ses raisonnements restent impuissants. Mme de Lafayette combat ainsi une grande partie de la littérature amoureuse avec cette arme qui s'appelle l'« analyse ». Mme de Lafayette ne l'a pas inventée. Mais jusque-là, elle ne servait qu'à expliquer le comportement des personnages. Ici, pour la première fois, l'analyse devient un moyen de progression et la substance même du récit. Cette audace explique la fortune exceptionnelle du roman, et sa nombreuse postérité.

  • «Claude Gueux, honnête ouvrier naguère, voleur désormais, était une figure digne et grave. Il avait le front haut, déjà ridé, quoique jeune encore, quelques cheveux gris perdus dans les touffes noires, l'oeil doux [.], la lèvre dédaigneuse. C'était une belle tête. On va voir ce que la société en a fait.» S'inspirant d'un fait divers qui eut lieu à Paris en 1832, et quelques années après Le Dernier Jour d'un condamné, Victor Hugo écrit un nouveau plaidoyer contre la peine de mort. Il dénonce la misère qui frappe les classes laborieuses, l'intransigeance bornée des chefs, et montre l'enchaînement fatal qui conduit les pauvres au crime. Ce n'est pas l'individu qu'il faut condamner, c'est la société qu'il faut réformer. Dans un débat toujours actuel, il prône l'éducation contre la prison.

  • « Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme ce sera moi.
    Moi, seul. Je sens mon coeur et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j'ai vus ; j'ose croire n'être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m'a jeté, c'est ce dont on ne peut juger qu'après m'avoir lu. »

  • D'If. Quatorze ans plus tard, il parvient à s'en évader avec la complicité de l'abbé Faria qui lui lègue une immense fortune. Devenu le comte de Monte-Cristo, Edmond n'a plus qu'une obsession : tisser les fils d'une implacable vengeance. Un chef-d'?uvre d'Alexandre Dumas en version abrégée.

  • L'Angleterre a connu, cent quarante ans avant la France, une révolution, un parlement régicide, une république et une restauration fertile en règlements de comptes. Victor Hugo a choisi ce dernier épisode pour brosser un tableau épique de l'aristocratie anglaise à travers la destinée extraordinaire de Gwynplaine, l'Homme qui Rit.
    À la fois roman d'aventures, exposé historique et social, drame injouable et poème visionnaire, ce roman est le plus fou de tous les romans de Hugo. C'est aussi le plus riche de toutes les obsessions de son auteur. On a cru pouvoir, à son propos, citer Freud et le surréalisme.
    Le bateau pris dans la tempête, la vision du pendu servant de vigie, la cabane-théâtre des saltimbanques, les tirades philosophiques d'Ursus, les machinations du traître Barkilphedro, la chirurgie monstrueuse d'Hardquanonne, le portrait de la princesse perverse, l'or des palais et le scandale à la Chambre des lords sont, plus que des morceaux de bravoure, des morceaux d'anthologie.

  • Notre-Dame de Paris, édition d'Adrien Goetz et Benedikte Andersson, parue en 2009 en Folio classique.
    Cette édition offre un appareil critique extrêmement riche : une préface de 50 pages ; un dossier de 250 pages (dont 200 pages de notes).
    Le lecteur trouvera en particulier les sources de Hugo, les lectures qu'il a faites pour se documenter sur l'art médiéval du XVe siècle et l'architecture des cathédrales ; ce qui permet de voir comment, à partir d'une matière historique, Hugo a composé le roman que l'on connaît.
    C'est aussi une édition richement illustrée, qui reprend des gravures du XIXe siècle (et donne ainsi à voir le livre tel qu'il était lu à l'époque de sa parution, en 1831).

    Tirage spécial de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo en Folio classique, dont les bénéfices sur les ventes seront intégralement reversés à la souscription ouverte par le président de la République Emmanuel Macron via le site rebatirnotredame.fr.

empty