Vie pratique & Loisirs

  • On ne parlait que d'elle dans les années de la vague structuraliste. Puis elle a été emportée avec l'eau du bain, au point qu'apparemment il n'y a plus rien à en dire. Or, la parenté est au centre des bouleversements des sociétés occidentales - dans les pratiques (« démariage », familles « recomposées », familles monoparentales...) comme dans les normes (PACS, revendication de l'accès au mariage et à l'adoption pour les couples homosexuels...).
    Laurent Barry propose, à partir d'un état des lieux des « notions » (filiation, alliance et nomenclature) et des « systèmes » (« élémentaires », « endogames », « complexes », etc.), une théorie des groupes de parenté et d'alliance. Ceux-ci ne sont pas de simples procédés visant à remplir des « fonctions » utiles aux agents (l'établissement de réseaux d'échange, via la circulation des femmes, selon Lévi-Strauss, ou selon les intérêts politiques et économiques d'après les analystes des systèmes « endogames » ou « complexes »), mais l'aboutissement d'un processus classificatoire permettant à l'Homme de procéder à la nécessaire démarcation entre le « Nous » et les « Autres ».
    Il apparaît alors que certaines des questions qui se posent à nos sociétés « postmodernes » ne sont pas d'une radicale nouveauté, mais correspondent, plus simplement, à des formes que l'humanité a déjà essayées au cours de sa longue et turbulente histoire.

empty