Oskar

  • Une adaptation par Marc Séassau d'un texte de Pierre Sylvain Maréchal publié un an avant la Révolution française : Apologues modernes à l'usage d'un Dauphin. L'auteur de ces courtes fables, fervent admirateur des philosophes des Lumières, s'adressait implicitement au fils du roi Louis XVI. Toujours avec les mêmes convictions, il écrira en 1796 dans son Manifeste des égaux " L'instant est venu de fonder la République des Égaux "

  • Pendant des siècles, les Égyptiens racontèrent ces histoires, chacun à sa manière, mais toujours avec beaucoup d'humour ! Car dans ce pays de soleil, rire est l'une des façons d'oublier ses ennuis. Comme il est bon lorsque la vie est trop dure et les impôts trop lourds de se moquer de ses maîtres, des riches et des sots. Généreux, écoutant toujours leur coeur, les Égyptiens soutiennent une pauvre jeune fille contre le Pacha ou un Cadi paresseux au chômage. Ils pardonnent à Goha le Simple ses « bêtises » avant de se demander : « Est-il idiot ou savant, menteur ou sage ? » ). À vous d'en décider, en tout cas, il est drôle !

    Viviane Koenig vit à Paris. Elle a participé aux chantiers de fouilles et au travail de l'atelier de dessin de l'Institut Français d'Archéologie Orientale du Caire (Égypte) de 1976 à 1980. Enseignante depuis 1974, Viviane Koenig rédige et parfois illustre des ouvrages pour la jeunesse depuis 1983, avec un domaine de prédilection : l'Égypte ancienne. Elle a signé plusieurs titres chez Oskar : Nuit de folie au musée, Jours de folie au musée, Le monde selon Pharaon, Une grève chez Pharaon ? et L'Étoile.

  • Qu'on l'appelle Satan, Lucifer, Belzébuth ou l'Ennemi, le Malin nous guette depuis la nuit des temps pour acheter notre âme en nous faisant signer un pacte de sang. Dans les contes et légendes, ses ruses sont souvent. diaboliques, pour piéger tant les honnêtes gens que les méchants. Voici donc notre diable sous toutes ses formes, toutes ses métamorphoses, pour mieux nous tenter. Mais l'âme humaine a ses propres ressources, qui n'en finissent pas d'étonner les démons eux-mêmes.

  • Dans ce recueil, le lecteur découvre neuf " vrais " contes ! Des contes que tous les Japonais connaissent et qui se transmettent de génération en génération. Au Japon, ces contes se retrouvent aussi dans les mangas et les dessins animés et remportent toujours un grand succès. Ils regorgent de fantôme, de monstre vêtu de cape-qui-rend-invisible, d'ogres, de paresseux, de gourmands ou de rusés, sans oublier quelques brigands et de belles princesses venues du plus haut des cieux ou du fond des océans. Les animaux parlent comme les hommes, agissent, se transforment et disparaissent, la neige tombe à gros flocons... Un monde enchanteur vous y attend.

  • Ce recueil de contes traditionnels africains nous montre à quel point l'Afrique est multiple !

    La plume d'oiseau magique - et autres contes d'Afrique centrale :
    Ces contes nous viennent d'Afrique centrale et principalement du Congo. Ils sont nés dans un pays où les arbres des forêts sont si hauts qu'ils mangent la lumière. Les contes que nous offre Adèle Caby-Livannah sont comme des secrets qu'elle nous murmurerait, pour que nous allions trouver sagesse et bonheur derrière l'ultime lisière des mots.
    Le bracelet de cristal - et autres contes d'Afrique de l'Ouest :
    Ces contes d'Afrique de l'Ouest viennent principalement du pays Adja. Ce sont des contes de la savane et sont le reflet de la société qui les a créés. Pas étonnant donc qu'ils posent les grandes questions de toujours sur les relations que l'homme entretient avec ses semblables...
    Les six frères - et autres contes d'Afrique de l'Est :
    Les contes de ce recueil viennent de Djibouti et des pays de la Corne d'Afrique de l'Est. Là-bas, on sait que les paroles dites par les guerriers ou les bergers peuvent être douces comme la soie... Yves Pinguilly, lui, sait que ceux qui s'aiment s'offrent aussi des mots... Ici, les mots nous parlent des animaux craints et respectés de toute l'Abyssinie, sans doute pour mieux nous parler de nous-mêmes ?

  • Depuis la nuit des temps, il parcourt inlassablement le monde pour tenter les humains. D'Italie à la Forêt-Noire ou aux steppes de Russie, on peut le rencontrer au coeur de la forêt profonde ou à la croisée des chemins. Il apparaît toujours là où c'est nécessaire, grand cornu aux pieds fourchus, homme noir énigmatique ou passant à l'aspect bonhomme. Le diable s'autorise toutes les métamorphoses ! À moins qu'il ne délègue une de ses créatures, car toutes les ruses sont bonnes pour nous séduire. Mais il ignore souvent à qui il a affaire, et les ressources humaines sont infinies : à Malin, malin et demi !

  • Neuf monstres, neuf contes qui se lisent comme un roman. Ces contes revisitent la mythologie grecque dans un langage vivant et moderne, tout en en respectant les sources antiques. Nous suivons ainsi les aventures du cyclope, celles des sirènes. de leur propre point de vue. Pourquoi le sphinx est-il posté sur la route de Thèbes ? Qui lui a ordonné de rester là sans bouger, en posant des énigmes aux passants terrorisés ? Les sirènes ont-elles toujours dévoré les marins en perdition ? Un dossier documentaire en fin d'ouvrage permet de resituer la mythologie grecque et ses principaux dieux et héros, qui jouent un rôle clé dans le destin des monstres.

  • Lissapo ongué ! écoutez le conte ! - Ongué ! on écoute ! Voici des contes ! Voici des contes du pays où quelquefois la grande forêt mange toute la lumière du soleil... Voici des contes du pays où le fleuve est un géant qui peut prendre le ciel dans ses bras... Voici des contes du Congo. La plume d'oiseau magique : Dans un village du Congo, les intempéries condamnent les gens à la famine. Mais à côté de cette grande misère, vit Issanga, un homme très riche mais pingre et sans coeur. Son fils Bono est très ami avec Kassa, jeune villageois très pauvre à qui il apporte son aide de temps en temps. Un jour, Kassa ne supportant plus sa condition, décide de se battre et d'affronter Issanga. Leur rencontre est loin d'être chaleureuse mais le malin Kassa lui propose un marché, une plume d'oiseau magique contre de la marchandise...

  • Neuf contes chinois, neuf façons de découvrir la Chine ancienne avec ses traditions, ses mystères et ses sagesses !
    Inventées il y a très longtemps, racontées depuis toujours, modifiées à chaque nouveau récit, ces histoires nous emmènent à la découverte d'un temps où le merveilleux bouleversait la vie de simples paysans : l'île du Soleil étincelle d'or, une calebasse aspire les eaux de la mer, un chien se transforme en jeune fille, dix soleils brillent dans le ciel, un mouchoir transforme une simple servante, un archer trouve la pilule d'Immortalité, un buffle conseille son maître, une femme s'envole sur la lune ou un monstrueux Singe Blanc terrifie toute une région. Autant de contes étonnants à découvrir dans ce recueil, mais, à chaque fois, la sagesse, la bonté, la générosité et le courage sont récompensés.

  • La parole métissée des Wolofs, des Peuls, des Sérères, des Toucouleurs et des Soninkés est arrosée par le fleuve.
    Chaque peuple possède sa langue, sa musique et sa littérature. Les Hommes, les génies et les animaux jouent dans une arène dont les acteurs sont Gayndé le lion, Boukki la Hyène et leurs compères. Au cours de ce voyage, vous découvrirez la princesse sans nom, Sakoura le cultivateur paresseux, le village où les enfants ne riaient plus... Mais également Fatou et le caïman, le masque du ciel, le crapaud et le maître de savoir, et bien d'autres histoires à déguster et à partager sans modération...

  • Qu'est-ce qu'un conte ? Un conte, c'est la vérité au creux du mensonge ! Le bracelet de cristal est un conte adja, du sud du Togo et du Bénin. Deux jumeaux orphelins Zinsi et Zinson ont grandi dans le lointain village de Bas-Mono. Alors qu'ils deviennent grands, le jeune Zinsou tombe amoureux de la princesse Sikavi. En guise de gage d'amour, elle lui demande de lui offrir le bracelet de cristal que porte sa soeur jumelle. Malheureusement, Zinsi porte ce précieux bracelet depuis sa naissance et elle ne pourrait jamais l'enlever sauf si on lui coupe la main...

empty