Langue française

  • Croatie, fin du XIXe siècle. Ana a dix ans lorsqu'elle est jetée sur la grand-route suite à la mort de sa grand-mère. Elle rejoint Spalato, la ville la plus proche, où elle intègre une bande d'enfants des rues menée par la fascinante Dunja. Sans le sou et affamés, les enfants vont vivre le plus froid des hivers, mais Ana ne perdra rien de sa détermination à vivre.
    Des rivalités au sein du groupe poussent Ana au départ quand ses pas croisent ceux de M. Roland, un naturaliste français qui se prend d'affection pour elle. Ana accepte sans hésiter la proposition qu'il lui fait : venir vivre et étudier avec lui en France.
    C'est dix ans plus tard, au coeur d'une paisible campagne, que Dunja retrouve Ana pour lui révéler un secret qui fera de sa vie une aventure qu'elle n'aurait jamais soupçonnée.

  • En chacun de nous sommeille une petite fille cruelle. Zigouiller son petit frère, torturer sa poupée : ce n'est pas conseillé mais il n'est pas interdit d'en rêver...

  • Corps de fille Nouv.

    Corps de fille

    Marie Lenne-Fouquet

    - Agathe, dis bonjour. Comme si j'avais cinq ans. - Bonjour. - Agathe, sois polie s'il te plaît. Là, il faut comprendre "fais une bise". C'est ça, être poli quand on est une gamine : bisouiller des peaux d'inconnus, toucher la dame, toucher le monsieur. J'ai toujours eu horreur de ça. L'homme se lève et s'approche. - Bonjour jeune fille, moi, c'est Pierre. Il pose une main calleuse sur mon épaule nue et je frissonne en regrettant d'avoir choisi ce T-shirt sans manches.
    Il se penche vers moi pour m'embrasser, il sent le tabac froid et le café fort. Je ne bouge pas. Il colle ses lèvres contre ma joue. - Eh ben, t'es un peu sauvage toi, hein, dit-il en me faisant un clin d'oeil. Je me recule. - Nan, mais je n'aime pas tellement qu'on me touche.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Opinion d'une femme sur les femmes Nouv.

    Par la même raison que le concours des deux sexes est nécessaire à la formation et au maintien de la société, il est évident qu'ils doivent trouver dans cette même société une égale portion d'avantages, et les lois qui assurent à l'un sa liberté et l'exercice de ses droits, doivent aussi les assurer à l'autre.

  • Me voici au pied du clapier, le coeur débordant de lait et de miel. Dans leurs cages, les lapins somnolent encore. Moi je n'ai pas dormi, j'ai répété toute la nuit. Et ce matin je suis prêt. Prêt à faire ma déclaration d'amour à Bri-Bri.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Danxomè

    Yann Fastier

    1892. Afrique, campagne du Dahomey. Enro^le ? malgre ? lui dans une guerre coloniale ou` il n'a que faire, Alex redoute autant son pe`re, bien de ? cide ? a` "faire de lui un homme" , que les implacables "Amazones" du roi Be ? hanzin, ces guerrie`res dont la fe ? rocite ? n'a d'e ? gal que le courage. C'est pourtant la rencontre de l'une d'elles qui changera son destin et lui permettra enfin d'affronter ses peurs, tandis que re ? sonne le terrible cri de guerre des agoojie.

  • Le 23 mars 1944, alors que l'Amérique a les yeux tournés vers la fin du conflit en Europe, la Ségrégation bat son plein en Caroline du Sud. George Stinney, jeune Afro-Américain de 14 ans, est arrêté pour le meurtre de deux fillettes blanches. Le garçon, qui reconnaît les avoir croisées quelques heures avant leur disparition, est le coupable parfait aux yeux du shérif.
    Interrogé et poussé à signer des aveux dont il ne comprend pas le sens, il est transféré en prison sans revoir ses parents. Impuissante, la famille de George n'obtient même pas le droit d'assister à son procès. Il ne faudra que dix minutes au jury, composé de douze hommes blancs, pour condamner George, 83 jours après son arrestation.
    George Stinney est le plus jeune condamné du XXe siècle à mourir sur la chaise électrique

  • « Mon grand-père à moi, il déteste qu'on l'appelle Papi ou Pépère. », « Ma mamie, elle déteste la fête des grands-mères. », « Moi, mon papi, il adore les séries ! ».
    Dans ce recueil pas comme les autres, les petits-enfants parlent de leurs grands-parents. Et ce qui apparaît, c'est leur diversité: celle des âges (ils ne sont pas tous à la retraite), des loisirs (ils ne font pas tous du tricot), ou encore des origines (certains parlent avec un accent). Un joyeux florilège dans lequel tous les grands-parents se retrouveront, et qui en décomplexera beaucoup, car il y a autant de grands-parents que de façons de s'investir dans la vie de ses petits-enfants.

  • La révolte des cocottes Nouv.

    Dans la basse-cour, les poules en ont assez d'être les seules à nettoyer le nid et à couver pendant que le coq et les poulets se pavanent la crête en l'air. Menées par Charlotte, elles manifestent et font la grève pour que ça change.

    1 autre édition :

  • C'est la première séance de piscine pour la classe de CE1 de Maîtresse Susie. Alix et Paulin sont très impatients : pas étonnant, ils nagent déjà très bien. Pour Nino, c'est autre chose. Il a une trouille bleue de l'eau mais, par crainte des moqueries, s'est inscrit dans le groupe des dauphins... Mais Nino va vite s'apercevoir qu'il n'est pas le seul à avoir des complexes : Dorian se trouve trop gros dans son maillot, Violette a honte de ses verrues et Hassan a un troisième téton. Nino parviendrat- il à avouer sa peur de l'eau à la classe ?

  • Pierre-Eustache de Saintgriffes est un chat pas comme les autres : il est issu d'une longue lignée de barons et, à ce titre, ne rêve que de grandeur et d'élégance. Lorsqu'il est recueilli par Lila, une jeune femme qui lui voue d'emblée une profonde affection, il découvre les joies de la vie de famille : Lila et sa voisine surnommée Donut tombent amoureuses et très vite, les deux femmes attendent un enfant. Mais s'il veille toujours à vivre selon le code d'honneur de ses nobles ascendants, Pierre-Eustache ne résiste pas longtemps ni à la pâté au saumon, ni à un câlin !

  • "- Je t'appellerai "Angelina née de l'écume". Oui, ce sera ton nom désormais. Tu es une créature venue des eaux et des terres lointaines. - Quel nom étrange, dit-elle. Et toi, pourquoi m'as-tu attirée sur cette plage avec ton grand feu ? Où sommes-nous ? Emmène-moi chez toi. Je veux reprendre des forces et continuer mon voyage... Je hoche la tête. Je ne veux pas la perdre. Je ne veux pas que les autres la voient.
    Ils la séduiraient peut-être. Ils me la prendraient. Et moi... Moi, je redeviendrais June la Sauvage, celle qui vit avec sa grand-mère depuis l'éternité. Cette créature du ciel et de la mer est à moi."

  • C'est l'heure du conte, Lise, la bibliothécaire, devant un parterre d'enfants attentifs, commence : « Il était une fois... » C'est sans compter sur la réactivité et la curiosité de son auditoire : « Ça ressemble à quoi, un royaume ? », « Pourquoi les princesses doivent-elles toujours se marier ? », « Et pourquoi avec un prince ?
    Pourquoi pas un garagiste ou un médecin ? » Au fil des interruptions et questions, Lise fait évoluer un conte a priori classique vers une histoire... décoiffante ! Une façon astucieuse de remettre en question les poncifs d'un genre encore trop souvent porteur de stéréotypes sexistes et sociaux.

  • Il était une fois une princesse lasse de broder et de jouer de la musique. « Pourquoi ne suis-je pas libre comme mon frère ? » se demandait-elle. Lorsqu'elle posa la question au grand sage du royaume, celui-ci lui conseilla de partir à la recherche de la fleur de la liberté, tout en haut dans la montagne. La princesse entama donc un voyage périlleux.

  • Sans armure

    Cathy Ytak

    Tu comprends rien ! La porte claque sur tes mots hurlés. Je t'entends dévaler l'escalier et je ne réagis pas, tétanisée par ta violence. Brune ! Autour de moi, les murs tremblent encore du choc des verres brisés. Je te rappelle trop tard, tu es déjà trop loin. Il y a trop... il n'y a plus d'amour. Mais qu'est-ce qui s'est passé entre nous ?

  • À Pau, dans le château de son époux, le roi de Navarre, Marguerite tente de défendre les intérêts de sa protégée, Violette, tout en cherchant à apaiser les attaques des fervents catholiques qui la soupçonnent d'être attirée par la religion réformée. Pour prouver son attachement au catholicisme, la reine et sa cour effectuent plusieurs pèlerinages qui les mènent dans un couvent où Violette découvre, revêtu de l'habit de novice, son amour d'enfance : Isolier d'Argèles, le frère cadet de son promis. Les jeunes amants se reconnaissent au premier coup d'oeil et, soutenus par la reine, vont tout tenter pour faire annuler la condamnation à la prêtrise qui pèse sur les épaules d'Isolier et le mariage qui doit lier Violette à Almaric.

  • Dans la cour de l'école, c'est tous les jours la même chose : Louise et ses amies sont victimes de Teddy et sa bande, dont le jeu préféré consiste à soulever les jupes des filles. Un jour, ces dernières décident d'unir leurs forces et créent un groupe d'action, le TPNJ (Touchez plus à nos jupes !). Ensemble, elles parviennent à faire réfléchir les garçons et à mettre fin à ce jeu sexiste.

  • Marguerite de Navarre, soeur aînée de François Ier, femme politique, diplomate et poétesse, doit se plier aux volontés de son frère qui lui fait savoir, qu'elle doit partir rejoindre son mari Henri d'Albret, roi de Navarre, dans ses terres béarnaises.
    Parmi les demoiselles d'honneur qui entourent la reine, l'une se distingue par sa beauté, sa sensibilité et sa fortune : Violette, une orpheline, qui a la préférence de Marguerite. La jeune fille est promise à Almaric d'Argèles, aîné d'une famille noble du Béarn, mais elle refuse cette union, au grand dam de son tuteur.
    Marguerite, pour différer le mariage de Violette et calmer son tuteur, propose à la jeune fille de la suivre dans son exil.

  • Un jour sans gloire

    Florence Cadier

    Paul a quatorze ans quand, peu avant Noël, après un déjeuner en famille chez ses grands-parents, son père décide de reprendre la route malgré la neige et le verglas. Sur la route, un camion percute la voiture familiale et la mère de Paul est tuée sur le coup.
    Persuadé que son père est responsable de l'accident, Paul promet à Benjamin, son petit frère, de venger leur mère. Quelques jours plus tard, son père et son frère décident de répandre, en montagne, les cendres de la défunte, Paul part devant afin de profiter de son avance pour régler ses comptes avec son père.

  • Joséphine, Benoît, Sarah, Dorian, Justine, Mehdi, Clotilde et Corentin forment une bande d'amis très soudée. Ils sont en 3e, dans une grande ville du Sud de la France. Ils décident de tenir à tour de rôle le journal de leurs quinze ans. Chacun d'eux va faire le récit d'une tranche de sa vie, de ses interrogations, mutations, drames et réussites.

  • 1942, URSS. Animée par la rage de venger sa famille tuée par les nazis, Ziba s'enrôle dans l'Armée rouge où ses talents lui valent d'intégrer une formation de tireuses d'élite. La jeune Tzigane y fait la connaissance d'Anya, fille de cadres du Parti, avec qui elle va devoir former un binôme. Au camp et à l'entraînement, les deux femmes doivent s'imposer face aux hommes. Mais c'est sur le front qu'elles font la preuve de leurs compétences et de leur courage, forgeant leur amitié au coeur même des combats.

  • En cas d'attaque

    Severine Huguet

    Dans un bois reculé vivait toute une armée. Elle habitait un château qui n'avait jamais été attaqué, si bien que plus personne ne se souciait vraiment de le protéger. Seule une chevalière se préparait, en cas d'attaque, tandis que les troupes préféraient faire la sieste. À défaut d'entraînement militaire, la chevalière décida de faire de son armée, l'armée la mieux formée à paresser, déplier des chaises longues, jouer de la musique et suspendre des hamacs...
    Tout semblait parfait, jusqu'à ce qu'un matin, l'ennemi apparaisse au loin.

  • Un vrai/faux guide pratique hilarant, en 10 étapes et 96 pages. Les princesses en reconversion y apprendront comment se faire la malle sans se faire repérer par les princes charmants, quel forfait Wi-Fi choisir pour leur boule de cristal, et comment entretenir au mieux leur chaudron (la clé : le laver avec une éponge douce).

  • Les garçons comme les filles ont le droit de pleurer, de jouer à la poupée, à la dînette, au papa et à la maman, à l'élastique, à la marelle., de ne pas être tous les jours des super-héros, d'aimer qui ils préfèrent : garçon ou fille (ou les deux).

empty