• Amit Chaudhuri - ou son double romanesque - retourne à Bombay, la ville où il a grandi, pour donner une lecture. Il s'attend, comme à chacun de ses séjours, à retrouver Ramu, son ami d'enfance, avec qui il aime tant sortir et dériver dans la ville. Seulement, après des années d'addiction, Ramu est en cure de désintoxication. Esseulé, Amit Chaudhuri, répond aux exigences de sa mère et de sa soeur qui le mènent notamment à l'hôtel Taj Mahal où a eu lieu la sanglante attaque terroriste en 2008. Construit comme un long plan séquence, Ami de ma jeunesse décrit avec précision et par touches impressionnistes le portrait mouvant d'une mégalopole frappée par la mondialisation puis frappée par les attentats terroristes de 2008. Il faut lire Ami de ma jeunesse comme on verrait un film neo-réaliste italien tant la réalité y est regardée sous toutes ses coutures.

  • Freedom song est le dernier volume de la trilogie d'Amit Chaudhuri, où il
    évoque son enfance indienne aux étés indolents dans Une étrange et sublime adresse.
    Freedom song raconte comment des parents réussissent à marier leur fils
    Bhaskar pour le détourner de ses activités politiques. Dans cette immense ville
    qu'est Calcutta, après la mise à sac de la mosquée par les fondamentalistes
    hindous, deux vieilles dames, amies de classe d'autrefois, ponctuent de leurs
    remarques et de leurs siestes les événements de leurs familles et de leur ville.
    L' intérêt de Chaudhuri pour les détails confère au texte une vivacité et une urgence qui ne se démentent à aucun instant, malgré une langueur apparente, en ce moment où chacun redoute la démesure qui pourrait toucher la ville, en cas de conflit ouvert entre hindous et musulmans.

  • En cette Etrange et sublime adresse, un jeune garçon de Bombay vient à Calcutta passer ses vacances en famille. Il fait chaud, bien sûr, sa mère et sa tante passent de longues journées, allongées sur le grand lit, Sandeep et ses cousins chahutent sur le petit, un lézard lorgne un moustique égaré, le temps semble arrêté. On attend le soir pour monter sur la terrasse observer les terrasses voisines - une jeune fille dans un sari fraîchement repassé, une autre qui apprend à chanter - tandis qu'en bas, le cinéma en plein air bat son plein. Parfois, à la recherche d'une faible brise, la famille s'entasse dans la voiture en direction des ghats, et assiste au déferlement des lumières et des néons mystérieux.
    Dans ce court roman conçu comme une série de saynètes miniatures, de poèmes en prose, Amit Chaudhuri, dans un style d'orfèvre, dresse un tableau fin et minutieux de la classe moyenne indienne, avec ses activités, ses traditions et ses langueurs, mais exprime aussi une certaine mélancolie face au temps qui passe, inexorablement, et aux questions qui assaillent l'Inde d'aujourd'hui.

  • Les Immortels est le roman de formation d'un jeune Indien de Bombay, Nirmalya, dont le passage de l'enfance à l'âge adulte croise les bouleversements subis par la société indienne des années 80. Passionné par la musique traditionnelle et la philosophie, Nirmalya observe la trajectoire de sa famille ; issue d'un milieu aisé, elle est forcée de s'adapter aux mutations économiques que connaît le pays. Le jeune homme juge d'un oeil critique son professeur de musique, Shyamji, fils d'un grand chanteur classique, amené à arbitrer entre la pratique du chant classique et la nécessité de gagner sa vie en donnant des cours à des artistes de variété. Entre ces deux voies, Nirmalya devra trouver la sienne, et opérer les choix qui feront de lui un homme.

  • Dans ce livre, Amit Chaudhuri prend a bras]le]corps Calcutta, une de ces villes enormes dont parlait deja Baudelaire, et nous la fait decouvrir dans ses moindres recoins. Nous parcourons avec lui les arteres surpeuplees debordant dfactivite, nous le suivons dans les ruelles somnolentes, les immeubles de bureau dernier cri ou les trains de banlieue qui amenent chaque jour leurs convois dfemployes de maison. Restaurants et salons de the nous deviennent aussi familiers que si nous etions des habitues. Avec un sens aigu de la satire qui nfexclut pas la tendresse, Amit Chaudhuri nous fait penetrer dans une famille indienne dfaujourdfhui, la sienne.
    Au fil des rencontres et de breves et incisives digressions . rappels des annees 70, de lfhistoire coloniale ou des spasmes de la vie politique contemporaine . une reflexion se dessine en filigrane, qui fait de Calcutta le paradigme du monde contemporain et de ses tensions, mais aussi, plus largement, de cet univers qui est le notre, soumis au temps et a ses modalites, anime dfune sourde volonte dfexister.
    L'ecriture de Chaudhuri est extremement sensuelle et musicale, ce qui n'est pas un hasard.
    Comme l'illustre Rabindranath Tagore (Bengali lui aussi, prix Nobel de litterature en 1913), l'ecrivain est egalement un musicien qui, dans ses concerts, essaie de realiser une fusion entre la musique indienne traditionnelle et certains courants occidentaux, le jazz, le blues, voire le rock.
    Meme s'il a vecu son enfance a Bombay, poursuivi ses etudes a Oxford et Cambridge, Amit Chaudhuri ne s'est jamais vraiment eloigne de Calcutta, la ville ou il est ne, en 1962, la turbulente et vivante megalopole bengalie. Calcutta demeure son point d'ancrage.
    Amit Chaudhuri est professeur de litterature contemporaine a lfuniversite dfEast Anglia, mais aussi musicien et journaliste. Il a ecrit de nombreux essais et romans pour lesquels il a recu une liste impressionnante de prix litteraires, parmi les plus envies. Il vit aujourd'hui entre Londres et Calcutta.

  • Anglais ODYSSEUS ABROAD

    Amit Chaudhuri

    1 autre édition :

  • Un nouveau monde

    Amit Chaudhuri

    • Picquier
    • 27 Octobre 2007

    Amit chaudhuri est un musicien de la langue, et son roman en joue avec la délicate richesse de ces mélodies indiennes, les râgas, colorées de la puissance des sentiments qui nous lient à la vie et aux êtres.
    1n compagnie de son fils de cinq ans, jayojit rentre en inde passer quelques semaines chez ses parents. il vit et travaille dans une ville américaine du nliddle west, sa femme vient de le quitter. dans ce calcutta plongé dans la torpeur étouffante précédant la mousson, le temps semble en suspens, à l'image de jayojit errant à cette zone frontière où tout est fini et rien n'est encore possible. avec une précision illuminée d'éclats de poésie, chaudhuri nous fait pénétrer dans l'intimité des êtres, où l'anodine présence des gestes et des paroles dévoile l'absence, où l'inde natale et familière se dédouble sous l'oeil caustique de l'exilé, qui a vu autre chose et peut comparer.
    Un livre serein en apparence, véritablement ironique, à lire entre les lignes, comme si les choses les plus simples étaient sujettes à des influences incontrôlables... dans l'attente, peut-être l'espoir, de la violence des pluies qui donneront le signal que la vie peut reprendre son élan et son cours.

  • In recent years American readers have been thrilling to the work of such Indian writers as Salman Rushdie and Vikram Seth. Now this extravagant and wonderfully discerning anthology unfurls the full diversity of Indian literature from the 1850s to the present, presenting today's brightest talents in the company of their distinguished forbearers and likely heirs. The thirty-eight authors collected by novelist Amit Chaudhuri write not only in English but also in Hindi, Bengali, and Urdu. They include Rabindranath Tagore, arguably the first international literary celebrity, chronicling the wistful relationship between a village postal inspector and a servant girl, and Bibhuti Bhushan Banerjee, represented by an excerpt from his classic novel about an impoverished Bengali childhood, Pather Panchali . Here, too, are selections from Nirad C. Chaudhuri's Autobiography of an Unknown Indian , R. K. Narayan's The English Teacher , and Salman Rushdie's Midnight's Children alongside a high-spirited nonsense tale, a drily funny account of a pre-Partition Muslim girlhood, and a Bombay policier as gripping as anything by Ed McBain. Never before has so much of the subcontinent's writing been made available in a single volume.

  • Anglais The Immortals

    Amit Chaudhuri

    Shyamji has music in his blood. Mallika Sengupta's voice could have made her famous, but being the wife of a successful businessman is a full-time occupation in itself. Mallika's son, Nirmalya, believes in suffering for his art, and for him, all compromise is failure. This title tells the story of Shyam, Mallika and Nirmalya.

  • In Friend of My Youth , a novelist named Amit Chaudhuri visits his childhood home of Bombay. The city, reeling from the impact of the 2008 terrorist attacks, weighs heavily on his mind, as does the unexpected absence of his childhood friend Ramu, a drifting, opaque figure who is Amit's last remaining connection to the city he once called home. Amit Chaudhuri's new novel is about geographical, historical and personal change. It asks a question we all grapple with in our lives: what does it mean to exist in both the past and the present? It is a striking reminder that, as the Guardian has said, 'Chaudhuri has been pushing away at form, trying to make something new of the novel.'

  • Raga d'apres-midi

    Chaudhuri/Amit

    Un jeune étudiant d'Oxford est également obsédé par la musique et les images douloureuses de son passé. Le "râga" du titre ne fait pas simplement référence à ses goûts musicaux mais devient la vraie matière du livre et de sa prose poétique et musicale. Le roman adopte le rythme du râga, la musique classique indienne, pour faire naître les émotions complexes du héros.

empty