Littérature argumentative

  • Cet essai n'est pas un ouvrage universitaire, un travail de spécialiste, mais celui d'un lecteur attentif désireux de faire pénétrer dans l'oeuvre de Mac Orlan ceux qui ne la connaissent que superficiellement, mais qu'elle intrigue. On peut, pour cela, choisir un seul thème (« La Ville dans les récits, les souvenirs, et les chansons de Mac Orlan », par exemple) et l'approfondir... En ce qui me concerne, j'ai préféré jeter des « coups d'oeil » sur les romans les plus importants de cet auteur pour essayer de voyager dans ce monde imaginaire de la façon la plus agréable possible sans tenter d'épuiser la question. J'ai donc traité du « fantastique social » chez Mac Orlan ; traité aussi de ses portraits des filles d'amour et d'un quartier réservé, de sa conception de l'aventure comparée à celle de Malraux et de ses propos sur la chanson et sur la guerre. Par ailleurs, j'ai ajouté à cette plaquette un entretien avec la chanteuse Monique Morelli qui fut l'interprète de Mac Orlan et de Carco, entre autres.

  • En 1938, Malraux définit ce que signifie pour lui le mot destin : "La conscience qu'a l'homme de ce qui lui est étranger et de ce qui l'entraîne ; du cosmos dans ce qu'il a d'indifférent et dans ce qu'il a de mortel ; l'univers et le temps - la terre et la mort". Ainsi, grâce à des grilles de lectures multiples et en répertoriant les mots-clés et en analysant les scènes capitales des romans de Malraux derrière lesquelles se dessinent l'image de la prison, l'auteur s'efforce de cerner le concept de destin tel que le conçoit l'auteur de /La condition humaine/.

empty