• A priori, ces deux-là n'auraient jamais dû se rencontrer. Déjà pour une question de rythme et de volume de voix. Alex Pergaux, chef d'entreprise, 58 ans, revêche et autocentré, parle vite, parle fort, ne vise que la rentabilité. Françoise, infirmière, 39 ans, peintre à ses heures, discrète et mystérieuse, parle lentement, d'une voix douce, ne vise que l'humanité.
    Et pourtant leurs chemins vont se croiser. Alex voit ses plans bouleversés lorsqu'on le prévient que sa mère se meurt en soins palliatifs. Il découvre dans cet endroit des valeurs qui le bouleversent : aux frontières de la mort, les équipes soignantes rient et protègent leurs patients. Françoise l'observe et le déstabilise, au risque de faire vaciller Alex.
    Il va d'abord devoir apprendre à parler moins fort, puis à parler moins, jusqu'à ne plus parler du tout. Il devra ensuite apprendre à écouter. À apprivoiser le silence. Et ça fait peur, le silence, surtout quand on n'y est pas habitué...
    Une quête de soi bouleversante qui va réunir ces deux antipodes, du service des soins palliatifs en Lorraine jusqu'aux confins.

  • La traîtresse

    Dominique Zachary

    • Michalon
    • 10 Octobre 2013

    10 septembre 1944. Morelange, petite ville frontalière belge à deux pas de la France et du Luxembourg.
    Tout le monde célèbre la Libération tant espérée. Suzanne Gasper, une jeune enseignante, danse aussi la troïka. Sou- dain, quelqu'un dans la foule la pointe du doigt. La musique s'arrête. La fête tourne au cauchemar. Suzanne doit com- paraître devant un jury populaire improvisé sur la place du village. En quelques minutes, le destin de la jeune femme bascule : le professeur plein d'idéal, qui luttait pour l'intégration des filles dans son école, devient la bannie, la pestiférée, la « traîtresse ».
    Un très beau roman inspiré de faits réels, dans lequel Domi- nique Zachary décortique avec pertinence cette justice où les accusés sont condamnés d'avance par la raison d'État.
    Me Éric Dupond-Moretti Journaliste et chroniqueur judiciaire, Dominique Zachary est auteur de plusieurs livres à succès en Belgique, dont La Patrouille des enfants juifs, adapté à la scène et en BD. La Traîtresse est son premier roman.

  • Une histoire vraie, souvent tragique, toujours émouvante Cette histoire raconte comment, entre 1943 et 1945, une centaine d'enfants juifs de Bruxelles et Anvers ont été soustraits à leurs poursuivants nazis, dissimulés en scouts dans un château le long de la Semois, au sud du pays, et sauvés de la déportation par des hommes et des femmes qui ont pris des risques au péril de leur vie. Dès la première publication en 1994, le réalisateur français Louis Malle avait été impressionné par ce livre. Il en avait signé la préface et avait établi le parallèle entre l'aventure extraordinaire de Jamoigne et son célèbre film Au revoir les enfants.

  • En 1791, la fuite de Louis XVI et de sa famille stoppée à Varennes fut un événement considérable qui précipita l'avènement de la République et la fin tragique du couple royal.
    Mais que ce serait-il passé si le Roi et la Reine avaient pu rejoindre comme prévu Montmédy, aux portes de la Belgique ? Partant d'échanges épistolaires entre Marie-Antoinette et son conseiller secret, le comte belge Mercy d'Argenteau, basant sa recherche sur de nombreux documents inédits puisés dans des fonds d'archives en France, en Belgique et au Grand-Duché, Dominique Zachary révèle pour la première fois le véritable plan de fuite conçu par Marie-Antoinette.
    Le voyage clandestin ne devait s'arrêter ni à Varennes ni à Montmédy, mais bien se prolonger jusqu'à Luxembourg, au sud des Pays-Bas chers au coeur de Marie-Antoinette, "l'Autrichienne". C'est le général-marquis de Bouillé qui avait tout préparé, depuis Longwy, pour amener la famille royale à l'étranger. Témoignages et preuves à l'appui, ce livre passionnant révèle, 210 ans plus tard, tous les détails de ce plan et les nombreuses complicités sur lesquelles il s'appuyait.
    L'auteur fait aussi un sort au mythe du "trésor de Marie-Antoinette" qui se trouverait encore à Montmédy ou dans les ruines de l'abbaye d'Orval. Dès octobre 1789, quatre mois après la prise de la Bastille, un premier plan secret, également révélé dans ce livre, avait déjà pour objectif d'acheminer Marie-Antoinette via le château de Latour, près de Virton en Belgique, jusqu'à la place forte de Luxembourg.

empty