• Comment les femmes parlent-elles ? Comment se parlent-elles ? Comment leur parle-t-on ? Et comment parle-t-on d'elles ? Les femmes et les hommes parlent-ils la même langue ? Quel rôle jouent la métaphore sexuelle, les connotations dépréciatives, les insultes à caractère sexuel comme véhicules de l'idéologie sexiste ? Ce livre tente de cerner le langage dans sa diversité sexuelle posée comme culturelle et non pas "naturelle".

  • Jouer avec le langage, c'est en violer les règles, la norme, c'est tirer parti de ses points faibles, de l'ambiguïté, de l'homophonie. Mais calembours et contrepétries, mots-valises, charades, slogans, comptines manifestent tout autant et même plus que le discours conforme à la norme, la compétence linguistique des sujets parlants. Ne peut jouer de et avec la langue que celui qui la possède à fond. Le jeu, la déviance poétique, sont sous-tendus par une analyse linguistique inconsciente qui fait de tous les locuteurs des linguistes qui s'ignorent.

    La linguistique est une chose trop sérieuse pour être confiée aux seuls linguistes et c'est l'Alice de Lewis Carroll qui ouvre ici au lecteur la voie d'une réflexion non conformiste sur le langage, conduisant à un exposé des thèmes majeurs de la linguistique.

    On peut tout apprendre du langage en général et des langues en particulier à travers l'humour, le jeu, la poésie. Telle est la conviction qui porte ce livre : il propose aux non-spécialistes une introduction inattendue mais rigoureuse à la science du langage.

  • « La diversité des langues, souvent perçue comme une malédiction, en particulier par les utopistes inventeurs de langues universelles, est en fait une richesse, un trésor dont nous n'avons pas fini de faire l'inventaire. »Loin du jargon rébarbatif des linguistes, Marina Yaguello débusque avec humour les idées reçues sur la langue et leur tord le cou avec malice. Chaque forme de langage est considérée une source irremplaçable de culture, et l'invraisemblable richesse, la formidable diversité des langues sont célébrées avec un plaisir contagieux.Marina Yaguello a été professeur à l'université Paris VII, René-Diderot. De langue maternelle russe, elle travaille sur le français, l'anglais et le wolof. Elle a publié de nombreux ouvrages sur le langage et les langues, dont Le Sexe des mots, Les mots ont un sexe et Les langues imaginaires, disponibles en Points.

  • La langue est-elle machiste ? Faut-il modifier le genre des mots par attachement à l'égalité des sexes ? Le débat est ancien mais toujours d'actualité. Pourquoi certains noms d'agent sont-ils privés de féminin (orateur, syndic, écrivain)? Pourquoi les termes " génériques " désignant des humains sont-ils masculins ? C'est à toutes ces questions et bien d'autres que Marina Yaguello répond dans ce livre, de façon érudite mais jamais pédante, fidèle à son credo selon lequel la linguistique n'est pas qu'une affaire de spécialistes.

  • Les hommes ne se contentent pas de parler les langues, ils les rêvent aussi ; et ces rêves prennent des formes diverses : quête chimérique d'une langue primitive mythique (la lingua adamica) ; création utopique d'une langue parfaite, expression pure de la pensée, ou encore de langues universelles que parleront les sociétés idéales de l'avenir ; innombrables fictions proposant des langues imaginaires se situant en des temps ou des espaces lointains ; fantasmes enfin des spirites et des sectes fondamentalistes qui croient communiquer avec les autres mondes ou parler le langage des anges.

    C'est de tous ces rêves, dont certains ont tourné au cauchemar, que Marina Yaguello fait ici l'histoire, rêves qui contredisent l'Histoire mais s'y intègrent, qui s'opposent à la science mais la rejoignent aujourd'hui à travers la théorie des universaux du langage.

  • Un ensemble de spécialistes reconnus répondent avec compétence et clarté aux grandes questions que nous pouvons nous poser sur la langue française : quels sont les grands traits de son histoire ? de sa syntaxe ? de sa phonétique ? Quels problèmes spécifiques pose son apprentissage ? quelle est sa situation internationale ? Quels sont les contours de la francophonie ? Loin des nostalgies du passé, ce livre attrayant, agréablement illustré, peut nous aider à construire l'avenir.

  • La grammaire francaise dans tous ses etats Nouv.

  • «Elle est vraiment grave, la nouvelle prof», se plaint votre fille.

    «Je milite sur le treizième», annonce votre voisin.

    «Il faut dégraisser le mammouth», proclame le ministre.

    «Je me suis permise de vous appeler», dit la dame trop polie.

    «Il appelle genre trois fois par jour», s'étonne votre amie.

    «Mon ordinateur a encore planté», se lamente votre fils.

    Conçu dans le même esprit que En écoutant parler la langue (Le Seuil, 1991), dont il se présente comme une suite, ce recueil de vingt-quatre essais explore de Petits Faits de langue - lexicaux, syntaxiques, stylistiques ou phonétiques - qui constituent autant d'indices de l'évolution du français aujourd'hui. Le sentiment dominant en France est de considérer le changement linguistique comme une décadence. Position illogique et absurde puisqu'une langue ne survit que par le mouvement qui l'anime.

  • Pourquoi certains noms d'agent sont-ils privés de féminin ? (écrivain, ministre, docteur.
    ) qu'est-ce qui fait obstacle à leur féminisation ? la grammaire ou la société ? pourquoi les termes " génériques " désignant des humains sont-ils masculins ? le fait que les espèces animales soient désignées au masculin (le lion) ou au féminin (la souris) a-t-il un sens ? comment se fait-il que des termes du registre militaire comme ordonnance ou sentinelle soient féminins alors qu'ils concernent des hommes ? quels sont les noms d'agent dont le masculin est dérivé du féminin ? pourquoi les injures comme fripouille ou canaille ont-elles tendance à être du féminin ? qu'est-ce qu'un mot épicène ?
    Pourquoi les machines sont-elles du féminin ? en quoi la lune s'oppose-t-elle symboliquement au soleil ? comment s'expliquent les changements de genre, si fréquents dans l'histoire de la langue ? (amour, aigle, horloge, jument.
    ) quels sont les mots à genre fluctuant ? (équivoque, astérisque, autoroute. ) c'est à toutes ces questions que répond ici, de façon érudite mais jamais pédante, marina yaguello, professeur à l'université paris vii, auteur, notamment d'alice au pays du langage et du catalogue des idées reçues sur la langue.

  • En écoutant parler la langue au quotidien, le linguiste repère à chaque instant des petits faits apparemment insignifiants, dont l'accumulation fait sens. A travers la parole des locuteurs, la langue nous raconte comment elle va, comment elle vit, d'où elle vient et où elle va.

  • Comment les femmes parlent-elles ? comment se parlent-elles ? comment leur parle-t-on ? et comment parle-t-on d'elles ? les femmes et les hommes parlent-ils la même langue ? quel rôle jouent la métaphore sexuelle, les connotations dépréciatives, les insultes à caractère sexuel comme véhicules de l'idéologie sexiste ? ce livre tente de cerner le langage dans sa diversité sexuelle posée comme culturelle et non pas " naturelle ".

  • Le wolof est une langue parlée principalement au Sénégal et en Gambie, mais aussi en Mauritanie.
    C'est l'une des six langues retenues officiellement au Sénégal pour la communication dans les médias et pour l'enseignement. Environ 40 % des Sénégalais sont de langue maternelle wolof et 40 % supplémentaires utilisent le wolof à titre de langue véhiculaire. C'est dire l'intérêt qu'il y a pour toute personne qui veut connaître le Sénégal, qu'il soit résident, coopérant, homme d'affaires ou touriste, à apprendre le wolof.
    L'ouvrage pourra aussi être utile aux enseignants en langues nationales, qui y trouveront de nombreux exercices rédigés suivant les principes de l'orthographe officielle. Cette méthode d'apprentissage - dont le texte est entièrement repris sur cassettes - permet d'acquérir seul ou avec un guide une variété de wolof qui reflète assez bien l'usage moyen des wolophones natifs urbanisés.

empty