Fantasy & Science-fiction

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Loin des jeux qui leur sont destinés, ces petites filles tournent le dos à leurs poupées et trouvent leur plaisir dans le meurtre. Face à l´esprit d´initiative et à la candeur de ces treize lolitas criminelles,le Marquis de Sade nous semble subitement bien fade... Écrivain et réalisatrice belgo-Montmartroise, Nadine Monfils excelle dans les univers étranges et érotiques.Elle décroche le Prix Polar à Cognac en 2007 et le Prix de la ville de Limoges en 2010. Son livre «Les Vacances d´un serial killer» s´est vendu à 100000 exemplaires.

  • Souliers de satan (les)

    Nadine Monfils

    • Tabou
    • 13 Juillet 2012

    Nous entraînent dans un univers fellinien, peuplé de créatures aux seins énormes, qui allaitent des adolescents perdus, que la femme aux petits souliers rouges élève dans son antre pour les offrir aux hommes qu'elle aime. Drôle d'histoire d'amour du côté de la Rue-aux-folles, entre Eros et Thanatos, quand les dieux oubliés se prennent les pieds dans une étoile d'araignée.
    Voyage au bout des interdits ou de l'Enfer ? Tendre, féroce, violent, l'univers atypique, onirique et sulftireux de Nadine Monfils, nous embarque dans une danse macabre et colorée, à l'image des carnavals fous d'Ensor. Pas loin de là où le ciel s'est pendu, sous le regard amusé d'un clown qui a piqué les souliers de Satan.

  • La velue

    Nadine Monfils

    Épuisé depuis plus de 20 ans, le premier roman de la terrible Nadine MONFILS (Les vacances d'un serial Killer, Mémé goes to Hollywood, La vieille qui voulait tuer le Bon Dieu, Contes pour petites filles criminelles, Les souliers de Satan.) est ENFIN réédité aux éditions Fragrances.
    Le mariage réussi entre une métamorphose kafkaïenne et l'écume des jours de Boris Vian, un peu de romantisme, beaucoup de mystère, des personnages effrayants, des relents d'innocence perdue, un soupçon de perversité, pas mal d'excentricité et surtout des mots qui dansent.
    Les jeunes vous diront que c'est « space ». Ceux qui ont connu les expérimentations sous acide dans les années 70 renoueront avec des sensations qu'ils croyaient à jamais enterrées, rien qu'en lisant.
    />

empty