Littérature générale

  • Le souffleur de nuages

    Nadine Monfils

    "J'ai lu votre texte ou plutôt je l'ai traversé de part en part, comme on traverse un pays étranger, sans jamais s'y sentir en exil." Christian Bobin Franck, chauffeur de taxi, est triste parce que son chat est mort, que sa vie est monotone et qu'il est seul. Un jour, il reçoit un appel de Louise, qui souhaite se rendre à Enghien. Quand il arrive, une vieille dame l'attend, avec une petite valise à ses côtés, devant la porte de sa maison qu'elle a décidé de laisser grande ouverte : « comme ça, tout le monde pourra venir se servir... » Elle n'a pas l'intention de revenir mais souhaite retrouver enfin le grand amour de sa vie.
    Franck et Louise vont alors se lancer dans une aventure pleine de surprises et devenir l'un pour l'autre des souffleurs de nuages. Car il n'y a pas d'âge pour poursuivre ses rêves et les rencontres inattendues peuvent parfois ramener un peu de soleil dans la vie...

  • Elvis Cadillac roule à fond les ballons du côté de Chimay où la trappiste coule à flots. Invité dans un « home » de vieux pour y donner un concert, le sosie officiel du King est chaud boulette. La banane rose fluo de sa chienne Priscilla vole au vent. Soudain, crac !, il s'aperçoit qu'il a renversé quelqu'un ! Qu'est-ce qu'il va raconter à la majorette qui l'attend encore dans son lit, avec ses bottes et l'espoir de lui mettre le grappin dessus ? Il se retrouve emberlificoté dans un drôle de drame à la sauce Fargo, avec en guest-star mémé Cornemuse. Aller simple vers la catastrophe. Ça va swinguer !

  • Monsieur Émile

    Nadine Monfils

    Une vie de carte postale, colorée par des personnages croustillants : Carmen, la vieille collectionneuse de lapins nains, ce porc d'Alphonse qui soigne ses verrues avec des os humains, un commissaire de police avec des passions secrètes...
    Tout va bien jusqu'au jour où...
    Profitant du calme ambiant, le diable s'amuse et installe minutieusement ses p'tits couteaux, s'attaquant tel un orfèvre du crime au bonheur de ces gens apparemment sans histoire.

  • Mémé Cornemuse, fan d'Annie Cordy et de Jean-Claude Van Damme, est une vieille bique, entre Ma Dalton et Carmen Cru, à la sauce belge. Elle a trouvé un emploi de concierge dans un immeuble foutraque-où son arrivée va déclencher des horreurs rocambolesques. Ce soir-là, Ginette, une des locataires, gaga de Lady Di, s'envoie en l'air dans un parking et trompe son mari pour la première fois. L'extase est de courte durée ! De retour chez elle, elle découvre le cocu en kit dans son plumard.
    Ses mains ont été coupées et son zizi est rangé au frigidaire. Panique à bord ! Ginette va mener son enquête tandis que mémé Cornemuse prépare un casse dans la bijouterie d'à côté, avec un ancien braqueur qu'elle héberge dans la cave. Elle fait les repérages et lui, il creuse...Un événement imprévu, l'arrivée d'une criminelle hébergée au couvent d'en face, va bouleverser leurs plan...

  • Elvis cadillac

    Nadine Monfils

    Avec sa chienne Priscilla affublée d'une banane rose, Elvis sillonne les routes au volant de sa Cadillac ornée de cornes de vache pour aller donner des concerts. Abandonné à l'âge de 5 ans près des toilettes d'un restoroute, il a été recueilli par un couple d'épiciers fans de Georgette Plana, et est devenu Ze sosie officiel du King ! Invité à chanter pour l'anniversaire d'une vieille châtelaine, sur l'air de « Blue Moon », il va se retrouver au coeur d'un crime bien étrange, avec en prime une panoplie de pétés du couvercle, dont le chat Houellebecq qui a des mycoses aux pattes. Yeah !

  • Le rêve d'un fou

    Nadine Monfils

    Quand le destin s'est acharné sur lui, le Facteur Cheval aurait pu sombrer dans la douleur et le désespoir. Il a plutôt choisi de se lancer dans un pari insensé : construire de ses propres mains son Palais Idéal. Mais une étrange rencontre lors de ses tournées va donner un tout autre sens à son rêve.
    Parce que la passion est la seule chose qui peut nous sauver.

    En s'inspirant librement de la vie du Facteur Cheval, Nadine Monfils nous offre un roman émouvant comme un hymne à la liberté, la poésie, l'art, et la foi en ce qui nous dépasse.

  • Le lecteur se laissera charmer par les aventures polissonnes de ces petites filles délurées en culotte courte. Dans une débauche de fantaisie teintée de sagesse, Nadine Monfils ravive le genre du conte et en respecte les codes tout en le détournant de sa fonction première. Ne s'adressant plus exactement aux enfants modèles, ces historiettes les mettent plutôt en scène et, de la théorie freudienne selon laquelle l'enfant serait un pervers polymorphe, nous donne une démonstration aussi touchante que magistrale. Féeriques, tendres et sulfureuses, elles allient à leur parfum suranné la tentation de l'enfance envers le fruit défendu et ne manqueront pas de réveiller chez chacun d'entre nous ses fantasmes lointains et enfouis par les années, l'éducation et les bonnes moeurs. Ce recueil est constitué de contes déjà parus dans Contes pour petites filles perverses, aux éditions du Rocher, et dans Laura Colombe, paru à l'Atelier des Brisants.

  • Le petit cul moulé dans des rêves de soie, Nina croque l'amour avec gourmandise. Jusqu'au jour où elle épouse le diable aux gants blancs. Séduisant et vénéneux, il l'emprisonne dans son château d'épines, peuplé de nains, de fétichistes, de monstres, de personnages de cirque et d'anges aux ailes de cuir. La descente aux enfers du sexe n'est rien à côté de cette histoire où, avec une plume de « contes de fées », on pénètre dans les fantasmes les plus vénéneux d'une Belge surréaliste. Lynch violé par Fellini.

  • Quand les rues de Venise dévoilent leurs secrets, et que sur les eaux d'orage se reflètent les jupons des « petites filles » pas sages. Femmes enfants, un sucre d'orge dans le coeur, elles s'en vont se faire retrousser dans les palais en ruines.
    Et nourrir les ogres de quelques rats qui se sont échappés de leurs nuits les plus chaudes. Parfois, à l'ombre de Barbe Bleue, elles savourent avec délice les interdits de la vie et s'en servent pour coudre leurs fantasmes. Au détour des ruelles les plus sombres, on peut encore les rencontrer aujourd'hui. Si elles vous sourient, méfiez-vous ! Surtout ne les suivez pas. Elles ne sont que fantômes aux yeux de chats et aux mains de porcelaine.
    Parfois, elles se glissent dans le corps des poupées cassées et se cachent sous vos draps. Parce qu'à Venise tout est sorcellerie. Après Contes pour petites filles libertines (Tabou) et Les vacances d'un serial killer (Belfond), la voilà de retour pour un nouveau succès de librairie.

  • Dans ce monde aux parfums de contes de fées, ce sont les "petites filles" qui attendent les vieux messieurs à la sortie des écoles pour leur offrir des friandises et les emmener chez elles. Mais gare au réveil ! Elles seules ont la clef des mensonges. Les "petites filles" de Nadine Monfils sont des femmes enfants. Elles n'ont pas d'âge et ont gardé une fraîcheur délicieuse, mais perverse. Coquines et espiègles, elles ont une imagination débordante pour nous embarquer dans les délires les plus fous et les plus sensuels. L'érotisme, c'est la dentelle du diable. Il se savoure comme un bonbon rouge, laissant un goût lancinant sur la langue.

  • Originaux, déstabilisants et divertissants à la fois, ces contes pour petites filles criminelles et libertines nous entraînent dans le monde étrange et poétique de Nadine Monfils, qui manie les plumes d'anges et les couteaux sanglants avec un égal bonheur.

    Dans cette version intégrale, redécouvrez ces contes pour petites filles qui loin des jeux qui leur sont destinés, tournent le dos à leurs poupées et trouvent leur plaisir dans le meurtre ou dans des délires les plus fous et les plus sensuels. Coquines et espiègles, elles ont une imagination débordante pour nous embarquer dans un monde de conte de fées en passant par les ténèbres de Tim Burton.

  • Rouge fou - - roman

    Nadine Monfils

    Sanguine, petite fille frêle et un peu folle, rencontre un marchand de poupées anciennes. Entre soumission et domination, leur relation devient effroyable : les contes pour enfants trahissent leurs secrets, les désirs les plus inavouables s'affichent à peine masqués.

  • Ces 18 nouvelles érotiques écrites par des femmes couvrent toute la palette des désirs et des fantasmes.
      De la vengeance à la soumission, sans oublier la frustration, chacun de ces textes aborde sans retenue tous les penchants de la sexualité vue du côté des femmes.
      Les auteures, sous la direction de Franck Spengler :
    Françoise Allain

  • Un corps l'Institut mdico-lgal, Paris, deux images en alternance pour la narratrice, Martine Lewine : celle de la femme en tailleur de lin, collier de perles, celle de ce corps cireux et dcharn. Seul lien entre les deux, les cheveux courts. Le triomphe des femmes sur le polar.

empty