• Faisant suite au 1er volume de La Fabrique de Méditerranée (2019) ce deuxième opus nous emmène vers des champs de réflexion en lien avec l´actualité de cette année 2020. L´homme est la mesure de toute chose, nous apprenaient les Grecs anciens. Il semble que notre civilisation soit sortie de ses gonds. Fille de la démesure, elle nous entraîne là où nous ne voulons pas aller : bouleversement du climat, montée inexorable des eaux, extinction massive des espèces. Tous ces phénomènes sont désormais amplifiés par la course à la mondialisation. La pandémie du coronavirus, le temps de quelques mois, a tout arrêté. Et si c´était l´occasion de nous remettre en cause ? Le moment opportun pour changer nos modes de vie ? Ce livre à plusieurs voix nous interroge et nous invite à tracer enfin des limites, à l´échelle de notre milieu du monde, de notre bio-région méditerranéenne, fragile et singulière. Ou comment retrouver le sens de la mesure, face à la démesure du monde qui vient.

  • Un style de vie, à la méditerranéenne ? Il s'agit d'explorer ici les différentes facettes du prisme. Rien d'exhaustif et encore moins de définitif, mais une invitation à aller plus loin. Le début d'une recherche qui trouve, à travers ces textes, ces images et ces oeuvres, l'expression d'une quête, d'une façon de vivre et d'habiter le monde. La Méditerranée n'est pas une étoile morte. Elle existe, bien au-delà du désastre et fabrique toujours des formes, du sens et de la vie.

  • Le cycle des Rencontres est placé sous le signe du philosophe et théologien araboandalou du XIIe siècle, Averroès. Ouvrage-anniversaire, le présent opus est le refl et d'une 20e édition ambitieuse des Rencontres d'Averroès où chercheurs, penseurs et artistes de tous horizons ont été conviés à penser la Méditerranée depuis son héritage andalou jusqu'à son devenir, enraciné dans un présent troublé. L'ouvrage réunit une vingtaine de contributions autour de cinq thématiques :
    « Athènes, Cordoue, Jérusalem, Héritage partagé ou dénié »; « La Méditerranée, continent liquide ou ensemble fracturé? » ; « Féminin-masculin, liberté et/ou domination ? » ; « Entre Europe et Méditerranée, Paix impossible ou/et guerre improbable ? » ; « La Méditerranée créatrice. L'art dans la cité ? ».

  • Les 18es Rencontres d'Averroès avaient choisi pour thème, bien avant les tragiques actualités de Norvège et de France, les relations entre l'Europe et l'islam. Ces tueries confèrent à cette question une cruelle actualité et une nécessaire réfl exion. Il s'agissait de prendre du recul, avec une approche comparée à l'échelle européenne, pour tenter de mieux comprendre les relations entre l'Europe et l'islam aujourd'hui et demain. Ces ensembles de civilisation sont des réalités historiquement intriquées. Mais n'est-il question que de guerres et de conquêtes, ou les rivalités masquent-elles un passé commun ?  La tension est là, mais quelles leçons en tirer ? L'antagonisme est-il la seule issue ?
    Ou un « monde commun », fait de synthèses culturelles profondes, est-il à naître ?

  • Le cycle annuel des Rencontres est placé sous le signe du philosophe et théologien arabo-andalou du xiie siècle, Averroès (Ibn Rushd), symbole « de la profondeur des liens et de la fertilité des confluences entre les deux rives de la Méditerranée ». En 2010, comme pour répondre à l'urgence du monde, les Rencontres d'Averroès ont ainsi quitté les rives des sciences humaines pour interroger l'espace méditerranéen dans sa dimension environnementale, terrestre et maritime.
    À l'instar d'autres parties du globe, la Méditerranée suffoque aujourd'hui sous la pression des hommes qui exploitent, polluent et épuisent les ressources naturelles, dont pourtant dépend leur survie. La biodiversité marine, une des plus riches au monde, est en péril ; les ressources en eau se raréfient, etc.

  • Comment saisir la méditerranée, ce nom donné à un espace, dans le temps qui lui est propre? comment ajuster au mieux les regards portés sur le monde méditerranéen aux formes du temps qui se succèdent? les généalogies sont complexes et les angles d'approche divers.
    Les vagues du temps s'entrecroisent, s'interpénètrent et interagissent les unes sur les autres. le temps de l'antique comme le temps des grandes découvertes, le temps de la modernité comme le temps de ce qui vient après et que nous ne savons pas encore exactement comment nommer. pour tenter de mieux comprendre ce monde méditerranéen aux multiples visages, qui se métamorphose selon les époques et se joue des rythmes comme des échelles de mondialisation, cet ouvrage propose une interrogation articulée sur trois rapports au temps et au monde qui donnent à la méditerranée son expression singulière.
    La méditerranée, centre du monde? s'appuie sur l'antiquité, qui a fait de la méditerranée un centre, tout en montrant que ce "temps du monde" a été aboli par d'autres époques qui l'ont au contraire reléguée aux marges de l'histoire. la méditerranée à l'épreuve du temps explore ensuite les failles de temps qui rythment le cours des choses et dessinent la façon dont les sociétés s'organisent. temps sacré et temps profane, temps linéaire et temps circulaire, temps de la mémoire et temps de l'oubli, temps mondial et temps local, temps de soi et temps de l'autre.
    Enfin, la méditerranée dans la mondialisation questionne la place de la méditerranée dans la nouvelle "économie-monde". représente-t-elle une échelle pertinente d'analyse? le monde méditerranéen est-il condamné à la marginalisation? la 14e édition des rencontres d'averroès a donné l'occasion d'approfondir ces questions. les invités de ces rencontres prolongent ici, sous une forme écrite, leurs échanges sur les métamorphoses du temps en europe et méditerranée.

  • Entre Europe et Méditerranée, la pauvreté est de plus en plus étendue, opposée à une richesse elle-même toujours grandissante.
    Et face à ce constat, toute indifférence est impossible: l'Europe ne peut pas devenir une forteresse de prospérité repliée sur elle-même. Quant à adopter une attitude de compassion, elle est passive et inefficace. Alors, comment comprendre, comment agir ? Les explications qui ont aujourd'hui cours sont essentiellement d'ordre économique, mais les sociétés humaines ne sont pas uniquement organisées sur ces seuls critères.
    Dix ans après les accords de Barcelone qui scellaient un partenariat entre rive Nord et rive Sud pour créer à terme une grande zone de libre-échange, c'est le désenchantement qui prévaut. Pourquoi ? Des voix s'élèvent pour rappeler que l'économie doit être une science morale, indissociable d'une approche philosophique et politique. C'est dans cette perspective que les 12e Rencontres d'Averroès ont abordé cette réflexion.
    D'abord par une analyse du passé pour déterminer comment les notions de richesse et de pauvreté ont été perçues à travers l'Histoire. Ensuite par une remise en cause, fondée sur l'économie politique, des grilles de lectures traditionnelles qui servent aujourd'hui à analyser les relations entre Europe et Méditerranée. Enfin en s'interrogeant sur l'avenir: quelles autres formes d'organisation économique sont possibles, et en regard de quels systèmes de valeurs ? Ce cycle annuel de réflexions et d'échanges est conçu par Thierry Fabre, organisé et produit par espace culture à Marseille.
    Il est placé sous le signe du philosophe et théologien arabo-andalou du XIIe siècle, Averroès (Ibn Rushd), symbole " de la profondeur des liens et de la fertilité des confluences entre les deux rives de la Méditerranée ".

  • L'alliance du gai savoir et du goût de la vie, ou comment ouvrir le chemin de la pensée de midi... Cette image, née sous la plume d'Albert Camus, nous invite à découvrir un art de vivre particulièrement nécessaire à notre temps. Loin du stress et du spleen, qui habitent au coeur des sociétés occidentales, l'auteur nous fait partager un style de vie méditerranéen. L'american way of life qui se répand sur la planète n'est pas la seule perspective. Il existe une alternative à portée de main. Le rêve méditerranéen ici présenté n'est pas une chimère ou une vaine illusion, il affronte la réalité de la violence et du terrorisme, cette nouvelle figure du tragique contemporain. Mais il est aussi un tragique solaire qui se retrouve dans le cante jondo, il demeure un élan venu de l'imagination créatrice, cette forme de connaissance laissée en jachère qui ne demande qu'à se déployer, au milieu du monde... Le moment est venu de retrouver le sens de la mesure face à la démesure de notre temps, de savoir tracer des limites pour rendre la terre habitable et respirable, alors que la dynamique du capitalisme et de la société de consommation est en train de la dévaster. En Méditerranée, "la source est là", c'est un héritage pour demain qui nous permet de renouer avec la quête de l'émerveillé. A une époque où la violence, la guerre et les incompréhensions s'accumulent, il est plus nécessaire que jamais d'inventer de nouvelles polyphonies entre les cultures, là où la cacophonie se fait entendre avec force. L'avenir d'un passé, tout se joue là pour l'ensemble méditerranéen, qui peut faire naître un réel "savoir vivre" et dessiner un monde commun, par-delà la faille que l'on devine grandissante...

  • Partager l universel ? Nouv.

    L'Europe ne peut plus se prendre pour le centre du monde. L'universel n'est pas, n'est plus une norme européenne, qui s'affirme au nom de « la » civilisation. Le temps n'est-il pas venu de partager l'universel ? Qu'est-ce que cela signifie à l'échelle de la Méditerranée ? A travers le partage des langues, le partage des mémoires et le partage des droits de l'homme, sans oublier le regard singulier des photographes, comme le partage des musiques et des saveurs, il s'agit ici d'explorer les contours d'un style de vie à la méditerranéenne.

  • Traversees

    Thierry Fabre

    Voici un livre dont l'auteur ne s'est pas contenté de courir les rives de la Méditerranée pour en ramener des impressions superficielles mais qui, à la manière qui était celle de Jean Grenier dans ses Inspirations méditerranéennes, y a cherché pourquoi "par les lignes et les formes qu'elle impose, elle rend la vérité inséparable du bonheur".
    Récit d'un périple qui nous emmène de Tunis à Tanger, de Barcelone à Marseille, de Palerme à Athènes, d'Alexandrie à Beyrouth et Istanbul, Traversées n'est pas un simple carnet de voyage. C'est l'histoire d'une rencontre et d'une quête. Rencontre avec des gens remarquables. avec ceux qui, de l'intérieur, font vivre ces villes et cités de la Méditerranée et nous font partager toute la saveur de ce mode d'être au monde.
    Quête de l'émerveillé, par-delà les blessures et les fractures, les replis et les haines, d'une "mer qui ne sépare pas, mais unit" (Giono).

  • Histoires d'un 20 janvier", ou comment partager un même ordre du temps autour de la Méditerranée ? Onze écrivains, Vladimir Arsenijevié, Mustapha Benfodil, Velibor Colié, Dominique Eddé, Alaa Khaled, Driss Ksikes, Maurizio Maggiani, Yossi Sucary, Hyam Yared, ban Zaldua et Fawzia Zouari, nous racontent un même jour dans la multiplicité de ses avènements.
    Chacun suit son rythme, épouse son imaginaire, dessine la courbe de vie qui est la sienne et nous donne à lire, par le récit, l'essai ou la fiction, ce jour commun, choisi arbitrairement, qui à la fois nous rassemble et nous divise. Avec ces "histoires d'un 20 janvier", la revue La pensée de midi marque ses dix ans d'existence. Dix ans passés à la recherche d'un monde de significations communes, d'une rive à l'autre de la Méditerranée.
    Dix ans - 2000/2010 - d'un XXIe siècle commencé dans le bruit et la fureur d'un 11-Septembre, d'un XXIe siècle qui a assisté au basculement du monde, du communisme à l'islamisme, d'un XXIe que chacun devine incertain et pour lequel nous maintenons un principe espérance... Dix ans de présence, avec René Char et Albert Camus comme alliés substantiels : "Revenir de tout l'avenir au présent et le garnir de son espoir même jamais réalisé." C'est ce que l'un écrivait à l'autre, qui reste pour nous d'une vivante actualité, au printemps de l'année 2010.

  • Les recherches en neurobiologie et sciences cognitives confirment que nous sommes capables d'apprendre tout au long de notre vie.
    Nos fabuleuses ressources cognitives (nos mémoires, nos perceptions sensorielles, nos langages, notre capacité d'abstraction, de décision. ) constituent le véritable patrimoine de l'humanité. l'ouvrage propose de fascinantes images fractales pour illustrer l'extraordinaire pouvoir organisateur et la puissance de création des événements mentaux de notre vie cognitive. le monde éducatif a le devoir de protéger ce patrimoine.
    Il lui revient donc de le reconnaître, de le mieux connaître et de le faire connaître. celui qui apprend va à la rencontre de l'inconnu et doit constamment réorganiser sa relation à ses savoirs antérieurs, à son environnement, aux autres et à lui-même. pour réinventer le métier d'apprendre, c'est-à-dire lui donner une valeur nouvelle, il en va comme dans le bâtiment : construire implique de déblayer le terrain, creuser des fondations, trouver les matériaux adéquats, adapter l'habitacle à l'environnement, et de l'ouvrir sur l'horizon.
    Ces étapes constituent la structure des différentes parties du livre. les parties i à iv abordent le concept d'apprenance, l'importance du questionnement et l'impact des révolutions technologique, scientifique et conceptuelle sur l'acte d'apprendre. elles présentent les dossiers majeurs (incontournables) concernant le vivant. les parties v et vi proposent de reconfigurer la problématique éducative : organisation des temps d'apprendre, découverte d'un référentiel cognitif et des éléments pour construire une véritable ingénierie du métier d'apprendre et élaborer ses propres outils méthodologiques d'accompagnement.
    Pour reconstruire le tissu éducatif et entrer dans une dynamique de développement (partie vii), de nouveaux concepts sont nécessaires, ceux de transaction éducative, d'apprentissage réciproque et d'organisation apprenante. l'ouvrage s'adresse à tous les acteurs du monde éducatif (enseignants, formateurs en entreprise, responsables institutionnels, éducateurs, commanditaires de formation, parents, étudiants) soucieux d'agir en cohérence avec notre histoire cognitive et notre appartenance à l'humanité apprenante.
    De très nombreux exemples d'applications (sondages, grilles, matrices, inventaires, questionnaires. ), des annexes (né pour apprendre, paroles en partage, l'acte de lire, l'université apprenante. ), un index et une abondante bibliographie proposent un prolongement d'exploration personnelle ou en groupe.

empty