• Alors qu'il coule une retraite tranquille, Peter Guillam, ex membre au service de Sa Majesté est rattrapé par une ancienne affaire d'espionnage. Interrogé par les nouveaux maîtres du Service, une génération qui n'a que faire des luttes menées jadis par les Occidentaux contre le bloc communiste, que peut dire Guillam pour sa défense ? Les intérêts supérieurs des années 1960 sont-ils audibles aujourd'hui ? Deux conceptions du renseignement s'affrontent.

  • En pleine Guerre froide, le Service, organe obscur des renseignements britanniques, décide d'enquêter sur ce qui se trame en Allemagne de l'Est. Les Soviétiques seraient sur le point d'installer une rampe de missiles à portée de l'Ouest... Une nouvelle crise internationale en découlerait inévitablement. Le Service serait-il dupe d'un miroir aux alouettes ? L'Angleterre serait-elle au coeur du grand jeu mondial de l'espionnage ?

    Ajouter au panier
    En stock
  • Au coeur d'un Extrême-Orient ravagé par la guerre, sur les plages du Schleswig-Holstein ou dans les salons du quartier des ambassades à Berne, se joue un duel sans répit entre l'agent secret britannique George Smiley et un agent double, l'insaisissable Karla. Plus que jamais, Smiley est déterminé à détruire la taupe...

    Ajouter au panier
    En stock
  • Dans ce redoutable thriller politique, Robert Littell restitue un demi-siècle de notre histoire. Entre fiction et réalité, personnages fictifs et figures historiques (Kennedy, Eltsine, mais aussi Ben Laden), il dévoile les mécanismes et les dérapages de l'une des organisations les plus tristement célèbres au monde, la CIA. Un roman d'espionnage magistralement orchestré, qui place Littell aux côtés des maîtres du genre, John le Carré en tête.

  • Écosse, 1933.
    Tandis que son cher Darcy se la coule douce en Amérique du Sud pour les fêtes de fin d'année, et que sa mère s'est réfugiée dans le hameau perdu de Tiddleton-under-Lovey en compagnie du drolatique dramaturge Noel Coward, Georgie, elle, se retrouve coincée au château de Rannoch suite à une tempête de neige.
    C'est donc pour elle un miracle de Noël lorsqu'on fait appel à ses services pour animer une sauterie entre aristocrates à Tiddleton. Ce paisible village tout droit sorti des pages du Chant de Noël de Dickens connaît hélas une succession de tragiques événements : après qu'un enquiquineur du coin s'est cassé le cou en tombant d'un arbre, deux autres soi-disant accidents font deux nouvelles victimes...
    /> Se pourrait-il qu'un vent mauvais souffle au pays des merveilles ?
    Entre Downton Abbey et Miss Marple, une série d'enquêtes royales so British !

  • Londres, 1933.
    La reine vient de confier une nouvelle mission à notre héritière favorite : partir à la recherche de sa précieuse tabatière, volée sur la très hédoniste et chic Côte d'Azur.
    Georgie, déjà comblée par la confiance que lui accorde Sa Majesté, a l'heureuse surprise de voir Coco Chanel en personne lui proposer d'être son modèle pour ses dernières créations ! Toutefois, pendant le défilé, les choses se passent atrocement mal : le collier inestimable qu'elle porte, appartenant lui aussi à la reine, est subtilisé à son tour. Et, peu après, un homme est retrouvé assassiné !
    Avec deux vols sur les bras et un meurtrier en liberté, Georgie n'a pas vraiment le loisir de profiter du casino...
    Entre Downton Abbey et Miss Marple, une série d'enquêtes royales so British !

  • Londres, 1932.
    La reine demande à Georgie de s'acquitter d'une tâche bien délicate : représenter la famille royale lors du mariage de la princesse de Roumanie et du prince de Bulgarie, qui aura lieu en Transylvanie dans le fameux château de Bran. Georgie accepte avec plaisir, d'autant que la mariée se trouve être une ancienne camarade d'école.
    Mais le château est lugubre, l'atmosphère de la région, berceau de toutes les légendes de vampires, macabre. Et le séjour de Georgie prend un tour carrément terrifiant quand, la veille de la cérémonie, l'un des invités meurt empoisonné ! C'est à elle qu'il revient de sauver les festivités nuptiales... avant que la mort ne sépare les jeunes mariés un peu plus tôt que prévu.
    Entre Downton Abbey et Miss Marple, une série d'enquêtes royales so British !

  • Ils voulaient simplement faire une partie de tennis. Gail et Perry, jeune couple anglais en vacances dans les Caraïbes, échangent quelques balles avec d'autres vacanciers, les Dima, une banale famille russe. Invités à leur soirée, ils deviennent malgré eux des émissaires de la mafia. Les services secrets anglais sont à leurs trousses. Pour s'en sortir, Perry n'a qu'une solution : devenir espion.

  • Striptease pour OSS 117

    Jean Bruce

    OSS 117 perSiSte et Signe! La CIA est avertie que des documents ont été remis par un de ses agents à une jeune touriste française à Moscou. Or, Isabelle la bien nommée prétend qu'elle ne sait rien. OSS Le colonel Hubert Bonisseur de la Bath est persuadé que tout s'est passé à son insu. Dans la nuit d'Amsterdam, quelques voitures se retrouvent régulièrement dans le canal... entre autres, celles d'espions soviétiques lancés sur la même piste. OSS 117 va-t-il tomber la veste? Devenu culte depuis que Jean Dujardin l'a incarné avec humour dans les films de Michel Hazanavicius, l'agent OSS 117 est né en 1949 sous la plume de Jean Bruce (1921-1963), qui l'a fait vivre à cent à l'heure dans quatre-vingts romans d'espionnage. Il revient à l'écran en 2021 dans Alerte rouge en Afrique noire, de Nicolas Bedos.

  • Gachis à Karachi ; OSS 117

    Jean Bruce

    OSS 117 a du fil à retOrdre! La nouvelle mission confiée à Hubert Bonisseur de la Bath ne s'annonce pas de tout repos. Il doit partir à la recherche de sa «tante», Mary MacBean, disparue à Karachi avec des microphotographies qu'elle essayait de négocier. OSS Par une chaleur écrasante, de ville en ville, l'agent se lance à sa poursuite. On ne lui facilite pas la tâche. Un serpent se glisse dans son lit, un camion tente de l'écraser, des policiers découvrent tout un arsenal dans sa valise. Pour OSS 117, ça se tend au Pakistan... Devenu culte depuis que Jean Dujardin l'a incarné avec humour dans les films de Michel Hazanavicius, l'agent OSS 117 est né en 1949 sous la plume de Jean Bruce (1921-1963), qui l'a fait vivre à cent à l'heure dans quatre-vingts romans d'espionnage. Il revient à l'écran en 2021 dans Alerte rouge en Afrique noire, de Nicolas Bedos.

  • PAS de rePoS Pour oSS 117! Hubert Bonisseur de la Bath s'e´tait accorde´ quelques jours de repos bien me´rite´s dans la capitale japonaise. Mais une affaire de chantage dont est l'objet l'une des secre´taires de l'antenne locale de la CIA e´veille son inte´re^t. A` plus d'un titre... L'ide´e de jouer le mari de la jeune dame n'est pas pour de´- plaire a` notre se´duisant agent secret. Mais un Nippon bien nippe´ va lui donner du fil a` retordre...

  • Une aventure de Wilde et Chase T.4 ; l'alliance de la génèse Nouv.

    Au large de l'Indonésie, l'archéologue Nina Wilde fait une découverte explosive : la preuve de l'existence d'une communauté, plus de cent mille ans avant toute civilisation connue. Mais lorsque son navire est sauvagement pris d'assaut, il devient évident qu'une mystérieuse société secrète est prête à tout pour l'empêcher de révéler cette avancée historique. Avec son compagnon Eddie Chase, ancien garde du corps du SAS britannique, Nina se lance dans une dangereuse quête aux quatre coins du monde, des profondeurs de l'océan aux couloirs des Nations unies, en passant par l'outback australien.
    Est-elle sur le point de dévoiler la plus fabuleuse légende de tous les temps ?

  • Prend le maquis ; OSS 117

    Jean Bruce

    Ca se corse pour oss 117! Informe´ que les Russes installent en divers points du globe des bases ultrasecre`tes dans des grottes sous-marines, le chef du service action de la CIA envoie son agent OSS 117 sur l'i^le de Beaute´, ou` vient de disparai^tre un homme-grenouille surentrai^ne´. Mais tout se corse. Pour avoir oublie´, dans le feu de l'action, que son Beretta ne contenait que huit balles au lieu des dix de son J. C. Higgins reste´ dans l'autre poche, Hubert Bonisseur de la Bath a failli perdre la vie... mais aussi Brigitta, pour qui il e´prouve une immense tendresse.

  • Malko est invité à participer à titre de consultant , à une petite "manip" : Les services occidentaux ainsi que les Israéliens pensent pouvoir kidnapper ou éliminer Hassan Nazrallah , le chef du Hezbollah au Liban . Malko fonça dans l'escalier de pierre et partit d'un pas rapide vers l'entrée du port. La silhouette désignée par le garçon était à peine visible dans la pénombre. Il contourna le bassin, zigzaguant au milieu d'énormes caissons métalliques et de bâteaux sur cale.
    La zone était à peine éclairée. Il entendit soudain un frôlement derrière lui et voulut se retourner. Il n'en eut pas le temps. Un bras musculeux entoura son cou, l'étranglant à moitié, tandis qu'une main énorme pesait sur sa nuque. Un homme d'une force herculéenne, surgi derrière lui, était en train de lui briser les vertèbres cervicales.

  • Une silhouette venait de surgir près de Malko. La lueur d'un des projecteurs tournant éclaira figitivement le visage de Juanita Cayon, la femme qui avait juré sa mort. Mercedes sentit sa crispation : - ; Qu'est-ce qu'il y a ? demanda-t-elle. Malko n'eut pas le temps de répondre. Le bras de la Cubaine se détendit à l'horiz- ontal, prolongé par un long poignard éffilé. Les services secrets cubains se sont alliés, dans les années 80, au mouvement marxiste M-19, et peut-être aux FARC, pour vendre des armes aux narcotrafiquants, tan- dis que ces derniers leur fourniront de la cocaïne.
    La CIA et la DEA pensent que le narcotrafiquant à l'origine de l'exécution de deux passeurs de drogue, dont l'un travaillait en réalité pour la DEA et l'autre pour la CIA, est Esteban Contador, dit El Gordo (" le Gros "), et que l'agent cubain responsable de la livraison d'armes est Juanita Cayon (" La Loca "), une révolutionnaire exaltée.

  • - Je veux savoir à quelle heure ils arrivent, hurla Bangaré.
    Malko banda ses muscles.
    - Je ne sais rien, dit-il.
    - Très bien, tu vas crever !
    Bangaré aboya un ordre en moré. Ils l'entraînèrent vers une baignoire pleine d'eau sale, où il bascula la tête la première. Il se débattit violemment pour en sortir, mais une main de fer lui maintint la nuque sous l'eau. En 1983 en Haute-Volta (ancien nom du Burkina Faso) le capitaine Thomas Sankara a renversé le régime favorable à l'Occident et installé un régime socialiste pro-soviétique.
    Les Etats-Unis, les Etats africains limitrophes et les chefs coutumiers locaux voient d'un mauvais oeil le nouveau rég

  • SAS T.196 ; le beau Danube rouge Nouv.

    Les poignets et les chevilles attachés par des menottes aux montants du grand lit de cuivre, Malko savourait la caresse de Maryam Nassiri, les yeux fermés. Soudain, il les rouvrit et aperçut, derrière la jeune femme agenouillée sur le lit, un homme debout dans l'encadrement de la porte de la chambre. Des traits brutaux, les cheveux gris, vêtu d'un blouson de cuir et d'un jean. Un long pistolet dans sa main gantée de noir. L'homme qui venait le tuer.

  • Le gouvernement japonais, en grand secret, en 1970, a chargé ses services spéciaux d'influencer le vote des délégués, aux Nations unies, de voter " pour " le remplacement de Taïwan par la Chine. Pour le gouvernement japonais, il est temps que la Chine, un futur partenaire stratégique, évince Taïwan à l'ONU. Le colonel Minoru Tanaka a été chargé de la "sale besogne". - ; Couvrez-moi, Chris tira tellement des deux mains que le panneau commença à ressembler à de la dentelle.
    Malko traversa et grimpa les marches. Les cris de femme venaient de la porte du milieu. Malko se jeta dessus et elle vola en éclats. Un jeune Noir se dressa devant lui, un automatique au poing. Il tira deux fois. Les balles atteignirent Malko en pleine poitrine. Sous le choc, il recula jusqu'au mur, sonné. Le Noir eut le tort de baisser son arme. Malko tira trois fois coup sur coup. Les balles atteignirent leur but et le Noir tomba en avant.

  • Ce 28 décembre 1991 l'Hercule C130 de l'US Air Force fit jaillir des gerbes d'eau lorsque ses roues touchèrent la piste de l'aéroport militaire de Dovers, dans le Delaware. Le C130 fit demi-tour en bout de piste et se dirigea vers un des hangars. Une douzaine d'hommes et une femme attendaient debout, engoncés dans des imperméables. Un peloton de Marines en tenue d'apparat sortit du hangar au pas de course et prit rapidement position sur deux rangs en face de l'ouverture béante de l'arrière du C130. Six Marines s'engouffrèrent dans le fuselage. Ils en ressortirent portant sur leurs épaules un cerceuil de chêne verni recouvert du d'un drapeau américain. Le cerceuil de William J. Buckley, responsable de la Central Intelligence Agency pour le Moyen-Orient, enlevé à Beyrouth par trois hommes, le 16 mars 1984, alors qu'il gagnait son bureau à l'ambassade américain, dans Beyrouth ouest. Personne ne l'avait revu vivant. L'enlèvement avait été le fait du Hezbollah, groupe intégriste libanais, manipulé par Téhéran. William J. Buckley avait été affreusement torturé pendant de longs mois; il en était mort.

  • SAS T.127 ; Hong Kong express Nouv.

    Malko regarda autour de lui et aperçut aussitôt, le long d'une rame à l'arrêt, deux jeunes Chinois. L'un tenait un fléau : un bâton prolongé d'une chaîne, elle-même se terminant par une longue pointe aiguisée. L'autre se préparait à lui lancer une étoile à cinq branches, avec un trou au milieu. L'arme des triades. Terrible. Qui, à vingt mètres, vous tuait silencieusement. Comme il était sorti parmi les derniers, il n'y avait pratiquement plus personne avec lui. Un des deux Chinois rejeta le bras en arrière et, se détendant comme pour un lancer de javelot, projeta une seconde « étoile » qui tournoya à une vitesse diabolique, droit vers Malko.

  • SAS T.163 ; le trésor de Saddam t.1 Nouv.

    « Ivan, tu nous déposes à côté d'eux et ensuite, rasvarot, prêt à repartir. Vous deux, venez avec moi. On les rafale, on prend l'argent et on repart ! - Karacho », firent en coeur les deux spetnatz, prenant sur le plancher deux Kalach- nikovs à crosse pliante. La Mercedes où se trouvait Malko Linge, l'agent de la CIA et ses complices, n'était plus qu'à cinquante mètres. Ses occupants seraient morts avant de réaliser ce qui se passait.

  • Début 1983, la mort de Becik Galata, tué par l'explosion de son téléphone. L'explosif situé dans le combiné a été actionné à distance. Becik Galata était l'intermédiaire secret pour faire passer à l'Ouest un général russe, Fedor Storamov, faisant partie du KGB et actuellement en poste à Sofia en Bulgarie. Ce général a informé la CIA qu'il souhaitait faire défection. Sous la couverture de chauffeur routier et l'identité de Klaus Frost, Malko est envoyé en Bulgarie pour tenter de le faire passer à l'Ouest. L'opération est très importante car le général Storamov avait eu pour mission, deux ans auparavant, d'organiser l'attentat contre Jean-Paul II. Il craint que la direction générale du KGB ne le fasse exécuter pour éliminer tout témoin gênant. Malko se rend donc à Sofia et parvient, grâce à Leïla Galata, à entrer en contact avec le général Storamov. Mais une difficulté inattendue surgit : un colonel des services secrets bulgares, Emil Borovo, fait chanter le général Storamov et exige de bénéficier lui aussi de l'exfiltration. Sinon, il menace de dénoncer Storamov et son projet d'évasion.

  • Daphné Price fixait Malko, appuyée à une commode de bois noire, moulée dans une somptueuse chemise de nuit crème, rehaussée de dentelle, à peu près décente jusqu'au ventre, s'ouvrant ensuite sur les bas argentés. Elle avait conservé ses escarpins. Cette vision de rêve comportait un détail insolite : Daphné Price serrait dans son poing droit un automatique Walter P. 38. Le Zimbabwe (la Rhodésie en 1976) s'engage dans une course à l'indépendance.
    Les Etats-Unis n'y sont pas vraiment opposés. Dans quel camp le pays va-t-il basculer ? Pour la CIA, il n'est pas question que cela tourne " à l'angolaise ". Malko y est envoyé pour " déminer " ce qui se trame et contrôler ainsi un processus de transition qui serait conforme aux vues américaines.

  • Malko aperçut derrière lui une moto noire, chevauchée par un homme en turban et comprit que c'était son "contrôleur". Celui chargé de déclencher la charge explosive dissimulée dans la voiture qu'il conduisait. Délibérément, il cessa de penser et chercha devant lui l'endroit où il allait terminer sa course et sa vie. Un des talibans lança une longue déclaration, traduite aussitôt par Aziz, l'interprète.
    - C'est le mollah Mahmoud Shah Nazay. Il va nous juger au nom de l'islam. Ron Lauder sentit son sang se glacer dans ses veines et Suzie devint livide.
    - Nous juger ! Mais nous n'avons rien fait ! Le chef taleb le foudroya d'un regard luisant de haine et éructa quelques mots.
    - Vous êtes des espions ! traduisit Aziz. La CIA voulait absolument savoir comment des armes iraniennes - explosifs, missiles sol-air ou armes antichars - parvenaient entre les mains des talibans.

empty